Guillaume des Rotours

1888 - 1970

Informations générales
  • Né le 1er juillet 1888 à Cambrai (Nord - France)
  • Décédé le 14 août 1970 à Pouilly-sur-loire (Nièvre - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
XIIe législature
Mandat
Du 16 novembre 1919 au 31 mai 1924
Département
Nord
Groupe
Non inscrit
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
XIIIe législature
Mandat
Du 11 mai 1924 au 31 mai 1928
Département
Nord
Groupe
Union républicaine démocratique
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
XIVe législature
Mandat
Du 29 avril 1928 au 31 mai 1932
Département
Nord
Groupe
Union républicaine démocratique
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
XVe législature
Mandat
Du 8 mai 1932 au 22 octobre 1935
Département
Nord
Groupe
Républicains de gauche

Mandats au Sénat ou à la Chambre des pairs

Sénateur
du 1er janvier 1935 au 1er janvier 1941

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1889 à 1940 (Jean Jolly)

Né le 1er juillet 1888 à Cambrai (Nord).

Député du Nord de 1919 à 1936.

Sénateur du Nord de 1935 à 1941.

Fils, petit-fils et arrière-petit-fils de députés du Nord, Guillaume des Rotours, après avoir passé sa licence en droit, entra de bonne heure dans la vie publique, devenant en 1913 conseiller d'arrondissement du canton d'Orchies qu'il devait par la suite (à partir de 1937) représenter au Conseil général. Mobilisé en 1914 comme sous-lieutenant d'infanterie, il termina la guerre comme capitaine avec la Croix de guerre et chevalier de la Légion d'honneur.

Maire d'Avelines en 1919, il fut élu député du Nord le 16 novembre de la même année sur une liste de l'union nationale et républicaine, obtenant 89.959 voix sur 374.022 votants. Il fut réélu le 11 mai 1924 sur une liste d'entente républicaine et démocratique avec 119.326 voix sur 451.058 votants. Le 22 avril 1928, au scrutin uninominal cette fois, il fut de nouveau élu comme représentant de la 5e circonscription de Lille : arrivé en tête au premier tour avec 8.485 voix sur 18.761 votants, il obtenait au second tour 9.401 voix sur 18.689 votants, contre 7.898 à Dereuse. Le 8 mai 1932 il remportait dans la même circonscription un autre succès : en tête au premier tour avec 7.197 voix sur 19.283 votants, il réunissait au second tour 9.818 suffrages sur 19.805 votants contre 8.723 à son même concurrent, Dereuse. Il siégea sur les bancs de l'union républicaine et démocratique, puis parmi les républicains de gauche.

Représentant d'une région gravement touchée par les hostilités, mutilé de guerre lui-même, Guillaume des Rotours s'intéressa tout naturellement à la réparation des dommages subis par les personnes et les biens. Membre, puis président de la commission des régions libérées, membre de la commission des pensions, il participa activement à la préparation des textes relatifs aux dommages de guerre et aux pensions. Il déposa lui-même un certain nombre de propositions de loi à ce sujet. Mais ses interventions touchèrent aussi à d'autres domaines, notamment les accidents du travail, l'agriculture et les questions fiscales. Il fut également membre de la commission de l'agriculture et de la commission d'enquête sur l'affaire Stavisky. Le 22 octobre 1935, il se présenta à l'élection sénatoriale partielle qui eut lieu dans le Nord à la suite du décès de Hayez : arrivé en tête au premier tour avec 1.928 voix sur 2.650 votants, il fut élu au 2e tour par 1.421 voix sur 2.647 votants contre 1.216 à Goniaux.

Au Sénat, il siégea sur les bancs de l'union démocratique et radicale. Membre de la commission de l'administration générale, départementale et communale et de la commission de l'hygiène et de la prévoyance sociales, il traita à la tribune de sujets assez divers, notamment la semaine de 40 heures, l'office du blé, les accidents du travail et les pensions. Il déposa plusieurs propositions de loi intéressant en particulier l'agriculture et la décentralisation administrative.

Le 10 juillet 1940, il vota la délégation du pouvoir constituant au maréchal Pétain.


Retour haut de page