Auguste-Robert Selle

1854 - 1927

Informations générales
  • Né le 10 mai 1854 à Denain (Nord - France)
  • Décédé le 14 septembre 1927 à Piney (Aube - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
VIIIe législature
Mandat
Du 11 mai 1902 au 31 mai 1906
Département
Nord
Groupe
Socialiste
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
IXe législature
Mandat
Du 6 mai 1906 au 31 mai 1910
Département
Nord
Groupe
Socialistes unifiés
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
Xe législature
Mandat
Du 24 avril 1910 au 31 mai 1914
Département
Nord
Groupe
Parti socialiste

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1889 à 1940 (Jean Jolly)

Né le 10 mai 1854 à Denain (Nord), mort le 14 septembre 1927 à Piney (Aube).

Député du Nord de 1902 à 1914.

Auguste-Robert Selle est né à Denain le 10 mai 1854. A sa sortie du lycée, à 17 ans, son père le destine à la fabrication et à la raffinerie du sucre. En fait, après avoir aidé pendant la guerre à secourir les blessés, il entre à la faculté pour faire ses études de pharmacie. En 1873 il est arrêté pour port d'emblèmes de la Commune. Il s'engage dans l'armée en 1874 et, le 16 mai 1877, il est arrêté au régiment pour protestation. Poursuivant ses études à la faculté, il est chargé, par le doyen, d'organiser contre les cléricaux une contre-manifestation à l'occasion de la pose de la première pierre de la Faculté des sciences. En 1879, il est mis en prison pour avoir entraîné les étudiants et brûlé le drapeau blanc. Il est relâché grâce à l'intervention de Testelin. Il s'établit alors pharmacien à Lille. En 1884, il mène la campagne contre Richou et se fait malmener à Bourbourg. En 1885, il s'installe à Wallers, mais il est obligé de quitter cette commune où ses opinions républicaines sont trop connues. Il part donc pour Denain en 1886 où il forme immédiatement un comité républicain En 1893, Guesde et la section du parti ouvrier français (P.O.F.) de Denain lui offrent la candidature législative qu'il refuse. En 1896, il est élu conseiller municipal an premier tour et conquiert avec le P.O.F. toute la municipalité au scrutin de ballottage. Il fut maire de Denain jusqu'en 1911 où il donna sa démission. En 1898, il est candidat à la députation et arrive en tête au premier tour contre Sirot (radical) et Caullet (conservateur). Mais il est battu au second tour par Sirot-Mallez par 10.914 voix contre 7.017. En revanche, il est élu conseiller général du canton de Denain.

Il fut l'un des fondateurs du syndicat des métallurgistes de la région de Valenciennes et participa à la création des coopératives et des groupements ouvriers.

En 1902, il l'emporta aux élections législatives par 11.503 voix sur 20.319 votants contre 8.526 à Caullet, au second tour, dans la 3e circonscription de Valenciennes.

Ses déclarations électorales dénotent une certaine incapacité à concevoir un programme de portée nationale. Il se contente, en effet, de répondre aux accusations portées à la gestion de la municipalité socialiste de Denain, en dressant la liste des réalisations qu'elle avait pu mener à bien. Il intervient peu au Palais Bourbon, reconnaissant lui-même qu'il n'avait pas le talent de Briand, mais il le fait avec courage, au milieu des rires de l'assemblée. Il propose que le prix du charbon soit taxé, que les pouvoirs des délégués mineurs soient accrus et demande que l'assemblée ne se laisse pas distraire, par des questions sans importance, des problèmes ouvriers, à ses yeux essentiels.

Il est réélu en 1906, au premier tour, par 11.247 voix sur 21.675 votants contre 3.901 à Dreyfus. En 1910, il obtient 11.924 voix sur 23.250 contre 10.908 à Macarez, son principal adversaire, et est donc réélu au premier tour. Sa présence au Palais Bourbon se fait de plus en plus rare.

Le 28 novembre 1914, il est nommé, par arrêté ministériel, receveur-buraliste à Gournay en Seine-Inférieure, mais il démissionne le 18 avril 1915.

Il meurt à Piney dans l'Aube le 14 septembre 1927.


Retour haut de page