Gabriel de Poulpiquet

1914 - 2013

Informations générales
  • Né le 25 octobre 1914 à Milizac (Finistère - France)
  • Décédé le 7 février 2013 à Lannilis (Finistère - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Cinquième République - Assemblée nationale
Législature
Ire législature
Mandat
Du 30 novembre 1958 au 9 octobre 1962
Département
Finistère
Groupe
Union pour la nouvelle République
Régime politique
Cinquième République - Assemblée nationale
Législature
IIe législature
Mandat
Du 18 novembre 1962 au 2 avril 1967
Département
Finistère
Groupe
Union pour la nouvelle République-UDT
Régime politique
Cinquième République - Assemblée nationale
Législature
IIIe législature
Mandat
Du 5 mars 1967 au 30 mai 1968
Département
Finistère
Groupe
Union démocratique pour la V° République
Régime politique
Cinquième République - Assemblée nationale
Législature
IVe législature
Mandat
Du 23 juin 1968 au 1er avril 1973
Département
Finistère
Groupe
Union des démocrates pour la République
Régime politique
Cinquième République - Assemblée nationale
Législature
Ve législature
Mandat
Du 4 mars 1973 au 2 avril 1978
Département
Finistère
Groupe
Union des démocrates pour la République

Biographies

Biographie de la Ve République

POULPIQUET Gabriel, Henri, Emmanuel de

Né le 25 octobre 1914 à Milizac (Finistère)
Décédé le 8 février 2013 à Lannilis (Finistère)
Député de 1958 à 1978


La famille des Poulpiquet de Brescanvel, vieille famille de la noblesse bretonne depuis le XVIIe siècle, est issue de la branche nobiliaire des Poulpiquet du Halgouët, dont plusieurs figures deviennent parlementaires du Morbihan et d’Ille-et-Vilaine au XXe siècle notamment.

Le père de Gabriel de Poulpiquet, Louis de Poulpiquet de Brescanvel (1887-1915), sergent puis capitaine de réserve du 51e régiment d’infanterie, trouve la mort au ravin de Sonvaux lors de la bataille des Éparges dans la Meuse, le 9 juillet 1915. Troisième enfant de la famille, le jeune Gabriel de Poulpiquet est alors âgé seulement de 8 mois.

Sa mère, Anne-Marie Gilart de Kéranflec’h (1889-1955) dite « Renée », appartient également à une famille noble ayant fourni de nombreux élus locaux, comme Gilart de Kéranflec’h, député du Finistère (1848-1851) ou François Gilart de Kéranflec’h, maire de Milizac (1821-1829), commune natale de Gabriel de Poulpiquet. Veuve, sa mère quitte le manoir familial de Kéranflec’h à Milizac pour habiter Brest, afin de faciliter l’éducation de ses enfants.

Externe à l’âge de 8 ans au cours Fénelon, fondé par la congrégation des sœurs du Sacré-Cœur de La Retraite, Gabriel de Poulpiquet passe ensuite quatre années au collège jésuite de Bon-Secours, avant d’intégrer une autre institution privée brestoise, Saint-Louis. À 15 ans, il poursuit ses études, en pension avec son frère durant deux ans, à l’école d’agriculture de Ploërmel dans le Morbihan.

Au début des années 1930, Gabriel de Poulpiquet devance l’appel et opte pour le train des équipages du Camp de Coëtquidan, où il passe son brevet de préparation militaire. Sélectionné pour être sous-officier en vue d’une affectation à Saumur, il devient finalement secrétaire du colonel-commandant de Coëtquidan.

Dégagé de ses obligations militaires, il entame une carrière professionnelle comme agent technique et commercial à L’union meunière agricole, une filiale de l’Office de Landerneau dirigé par Hervé Budes de Guébriant. Il est chargé de la promotion et de la commercialisation des aliments Sanders, entreprise de fabrication d’aliments pour bétail.

Lors de la « drôle de guerre », Gabriel de Poulpiquet appartient à la 19e division d’infanterie en Alsace, puis participe à la bataille de la Somme.

Démobilisé, Gabriel de Poulpiquet retourne, à l’été 1940, au manoir de Kéranflec’h à Milizac. Son frère étant prisonnier de guerre durant deux ans en Haute-Silésie, il reprend alors la tête de l’exploitation agricole des terres de la famille Poulpiquet-Kéranflec’h. Secrétaire du Syndic agricole communal présidé par Lallouer, il se démarque de la tendance collaborationniste des instances finistériennes de la Corporation paysanne. Entre accommodement et stratégie d’atténuation ou de contournement des réquisitions nazies par exemple, son attitude politique durant l’Occupation ne l’exonère pas, en 1944-1945, d’accusations de collaboration par ses opposants politiques. À la Libération, il mobilise pleinement cette ressource politique qui fait de lui le fils d’un soldat « mort pour la France » mais aussi un « ancien combattant 1939-1940 », cherchant à compenser son absence d’engagement résistant.

Gabriel de Poulpiquet épouse, le 7 octobre 1943, Niquette de Blois de la Calande dite Anne, descendante du comte de Blois. Cette alliance matrimoniale est révélatrice de la part nobiliaire des figures politiques notabiliaires de l’Ouest, jusqu’au milieu du XXe siècle. L’enracinement politique local est le fait de plusieurs générations, comme en témoignent les parcours de son père, le comte Jean de Blois de la Calande, conseiller général de Plabennec (1936-1940) et maire de Coat-Méal, et de son grand-père, Louis de Blois de la Calande, maire de Coat-Méal et conseiller général de Plabennec (1891-1911). En outre, la famille Blois de la Calande avait détenu plusieurs mandats parlementaires sous l’étiquette monarchiste dans le Finistère et dans le Maine-et-Loire au XIXe siècle.

En 1943, les Poulpiquet s’installent dans le manoir familial à Kérascoët, à Coat-Méal par Lannilis. Conservant des liens avec les réseaux nationalistes de résistance, Gabriel de Poulpiquet reste en dehors des maquis locaux, sur les conseils du recteur Férec notamment. En outre, au sein des cercles familiaux, Césaire et Gilberte de Poulpiquet de Brescanvel étaient engagés au sein du réseau Patl Line, depuis leur manoir de Quéménéven. Déporté en compagnie de Jean Crouan, Césaire meurt d’ailleurs en Allemagne en 1945.

En 1945, le maire de Coat-Méal, Jaouen, reconduit dans les urnes, décide de quitter ses fonctions, s’estimant réhabilité. C’est Gabriel de Poulpiquet, épaulé par son premier adjoint, Joseph Bléas, artisan, qui occupe le siège de maire. Il restera maire de Coat-Méal jusqu’en 1978. Durant ses mandats à la tête de la municipalité, il mène une politique qui vise à la modernisation de la commune, tout en veillant à conserver les hiérarchies sociales et culturelles comme socle de l’ordre local.

Aux élections cantonales de septembre-octobre 1945, en dépit du soutien de huit des onze maires du canton au candidat du Mouvement républicain populaire (MRP), Saïk Ar Gall, ancien adjoint au maire de Plabennec, président du Conseil d’arrondissement et président de coopérative agricole, appuyé par les réseaux cléricaux, c’est Gabriel de Poulpiquet qui est élu conseiller général de Plabennec, canton de l’arrondissement de Brest comprenant les communes Le Bourg-Blanc, Coat-Méal, Le Drennec, Kernilis, Kersaint-Plabennec, Lanarvily, Loc-Brévalaire, Plabennec et Plouvien. Fort de l’aura de son beau-père, mort en captivité, et de ses réseaux d’influence notamment nobiliaires et agricoles, il l’emporte dès le premier tour de scrutin. Les cantonales de 1945 impriment un renouvellement du personnel politique dans le Finistère, sans pour autant témoigner d’une mutation des cultures politiques. Ainsi, le canton de Plabennec demeure dans la continuité des parcours des anciens conseillers généraux conservateurs, André Le Bescond de Coat-Pont (1911-1936) et Louis de Blois (1936-1940). Le nouveau maire de maire de Coat-Méal, indépendant, se présentant sous l’étiquette de l’Union républicaine et démocratique (URD), l’emporte avec 4 297 voix (68,2 % des suffrages). Il distance nettement le candidat MRP, Saïk Ar Gall (1 767 voix, 28,1 %), la gauche étant réduite à une portion congrue, Claude Vourch, du Parti communiste français (PCF), recueillant seulement 221 voix (1,6 %).

Président-fondateur de l’association locale de chasse, Gabriel de Poulpiquet est également président de la société hippique de Lesneven (1959-1983) et membre de l’office départemental agricole (1945-1952). Reconduit comme maire (1947 et 1953) et conseiller général (1949), Républicain indépendant (RI) mais présenté par le Rassemblement du peuple français (RPF), Gabriel de Poulpiquet s’affirme comme un compagnon du général de Gaulle, affichant ses engagements dans le nouveau parti gaulliste dès sa fondation. Sous l’étiquette des Républicains sociaux, il recueille 6 129 voix sur 6 344 suffrages exprimés aux élections cantonales du 17 avril 1955. En janvier 1956, il figure sur la liste des Indépendants et paysans, sans être élu.

Aux élections législatives de novembre 1958, dans la 3e circonscription du Finistère (cantons de Landerneau, Lannilis, Ouessant, Plabennec, Ploudalmézeau, Saint-Renan), au scrutin uninominal à deux tours, il rassemble sous l’étiquette de l’Union pour la Nouvelle République (UNR) 17 806 voix sur 51 515 voix au 1er tour. Arrivé en tête, il devance le candidat MRP, André Colin (15 087 voix) ainsi que le Dr Paul Guyader, autre candidat gaulliste, maire de Saint-Renan, sous l’étiquette Ve République (10 436 voix). À gauche, Jean-Louis Rolland, ancien député (1936-1940, 1945-1946) et sénateur (1955-1959), obtient 6 461 voix sous l’étiquette SFIO, tandis que le communiste Henri Roudot (1 725 voix) est largement distancé. Au second tour, le 30 novembre 1958, Gabriel de Poulpiquet l’emporte très nettement avec 29 638 voix contre André Colin, 17 548 voix, figure nationale du MRP, en dépit du rayonnement dans les milieux agricoles du suppléant de celui-ci, Paul Lareur, figure de la Jeunesse agricole chrétienne (JAC). Cette victoire marque surtout la revanche de la droite conservatrice sur les démocrates-chrétiens, une rupture politique depuis l’élection de l’abbé Gayraud en 1897, due notamment au choix décisif du comte de Blois. La circonscription de Quimper, théâtre de l’affrontement de Hervé Nader et d’André Monteil, voit aussi ces tensions et recompositions entre le MRP et l’UNR s’exprimer.

Membre de la Commission de la production et des échanges (1958-1962), Gabriel de Poulpiquet mène une action dynamique dans les domaines agricole et budgétaire à la Commission spéciale chargée d'examiner le projet de loi de finances rectificative pour 1961 et à la Commission spéciale chargée d'examiner le projet de loi complémentaire à la loi d'orientation agricole, en juillet 1962. Ses interventions portent principalement sur les espaces ruraux : l’enseignement agricole (défense de l’école d’apprentissage maritime de l’Aber-Wrac’h, le 9 novembre 1960), infrastructures pour la modernisation des campagnes, décentralisation par rapport au cas brestois, le 30 juin 1959. Il relaye le mécontentement des cultivateurs du Finistère face à la politique agricole du gouvernement, le 23 octobre 1959, expose la situation sociale défavorisée des vieux agriculteurs, le 16 juin 1960, ou analyse la question des prix du lait, le 15 décembre 1959. À plusieurs reprises, il s’insurge contre les importations abusives des produits agricoles. Il s’affirme surtout comme un défenseur acharné des intérêts des agriculteurs finistériens, se faisant l’écho des revendications des syndicats agricoles conservateurs, par ses amendements techniques au projet d’orientation agricole, de mai à décembre 1960, sur les transports, les engrais, le cours de la viande, l’abattage, le remembrement, la règlementation des battues, les crédits et subventions à destination des agriculteurs, les prestations sociales agricoles, les conséquences des inondations. Son activisme parlementaire ne se dément nullement durant l’année 1961, lorsqu’il dénonce avec vigueur la situation critique de la région bretonne au plan socio-économique, le 30 juin 1961, les importations de porcs, le 21 juillet 1961, le poids des cotisations des agriculteurs, le 20 octobre 1961, ou les faibles salaires des professeurs des établissements privés sous contrat et plus largement les difficultés inhérentes à l’enseignement privé, en ce qui concerne les bâtiments et les transports, le 28 octobre 1961.

Réélu dès le premier tour maire de Coat-Méal en 1959 et conseiller général de Plabennec en 1961, il intervient constamment en faveur des habitants de sa circonscription, alors que le Nord-Finistère est secoué en 1961 et 1962 par des conflits sociaux en milieu agricole, non dénués de violences qui culminent avec les manifestations agricoles de juin 1961.

En novembre 1962, Gabriel de Poulpiquet est réélu sous l’étiquette gaulliste de l’UNR. Son suppléant est Jean-Pierre Cornec, vétérinaire exerçant à Landerneau. Dès le premier tour, Gabriel de Poulpiquet (33 973 voix sur 45 971 suffrages exprimés) l’emporte aisément face à Alphonse Arzel (MRP, 8 643 voix) et Henri Roudot (PCF, 3 355 voix).

Secrétaire de l’Assemblée nationale à partir du 2 avril 1964, il siège au sein du groupe Union pour la nouvelle république (UNR)-Union démocratique du travail (UDT). Membre de la Commission de la production et des échanges (1962-1964) puis de la Commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l'administration générale de la République (avril 1964-avril 1965), de la Commission des affaires étrangères (avril-juin 1965), il retrouve in fine la Commission de la production et des échanges (1965-1967).

S’affirmant comme un député spécialisé et reconnu des questions agricoles et rurales, son activité se déploie pleinement en tant que membre du comité supérieur consultatif d'aménagement foncier (20 février 1963) et de l’aménagement rural (20 novembre 1964). Par ses interventions régulières, il s’exprime notamment fortement lors de la discussion sur le projet de loi de finances pour 1963, en janvier 1963, autour des questions liées aux enjeux de l’agriculture et de l’enseignement privé par exemple.

Il prend part au débat sur les questions orales relatives aux prix des produits agricoles, le 5 juillet 1963 et le 9 octobre 1964, sur celles relatives aux ressources des collectivités locales, le 21 mai 1965, sur celle relative au ramassage scolaire. Il pose, le 9 décembre 1966, une question orale relative à la construction d'habitations neuves en zone rurale ; il intervient dans la discussion de la deuxième partie du projet de loi de finances pour 1965, critiquant dans le budget de l’Éducation nationale l’insuffisance des crédits pour les bourses, la mauvaise répartition des crédits entre les départements. Il intervient dans la discussion des articles du projet de loi organisant un régime de garantie contre les calamités agricoles, les 22 et 23 avril 1964 ; dans la discussion des articles du projet de loi, adopté par le Sénat, relatif à l'organisation des associations communales et intercommunales de chasse agréées, le 9 juin 1964 ; dans la discussion du budget de l’agriculture, sur les critères d'attribution fondés sur la surface des exploitations ; demandant de permettre à un nombre plus grand d'exploitants de bénéficier de la retraite viagère du fonds d'action sociale et d'aménagement des structures agricoles, le 5 novembre 1964 ; dans la discussion des articles du projet de loi relatif au marché de la viande et à l'inspection sanitaire des denrées animales ou d'origine animale, les 5 mai et 21 juin 1965. Il prend part à la discussion de la première partie du projet de loi de finances pour 1966, déplorant le 8 octobre 1965, la disparition d'un certain nombre de tracteurs à essence chaque année et relayant les plaintes des marins-pêcheurs. Il prend part, le 18 mai 1966, au débat sur la déclaration du Gouvernement sur les collectivités locales, insistant sur les difficultés financières des collectivités locales notamment sur la situation des communes rurales, formulant des observations sur les impositions foncières frappant les immeubles vétustes ; les charges financières concernant la voirie ; la nécessité de réformer la patente avicole ; sur le déclassement des communes urbaines et leur classement parmi les communes rurales. Il prend part, le 7 juin 1966, à la discussion du projet de loi relatif au régime de pensions de retraite des marins français du commerce, de pêche ou de plaisance. Le 7 juin 1966, il prend part à la discussion de la deuxième partie du projet de loi de finances pour 1967, sur le niveau de revenu des personnes âgées, le 26 octobre 1966, notamment sur les conditions d'attribution de l'indemnité viagère de départ, la possibilité de permettre aux veuves d'avoir l'indemnité viagère de départ et sur le problème de l'enseignement agricole, les 22 et 23 novembre 1966, il prend part à la discussion du projet de loi sur l'élevage.

En mars 1967, Gabriel de Poulpiquet entame un troisième mandat parlementaire, épaulé par son suppléant, Jean-Louis Billant, technicien agricole, maire de La Forest-Landerneau. Élu dès le premier tour le 5 mars 1967, il recueille sur 50 326 suffrages exprimés 39 807 voix, face à Yves Cam, PCF, 5 488 voix, et Charles Minguy, Centre démocrate, 5 031 voix, maire du Conquet.

Inscrit au groupe d'Union démocratique pour la Ve République (UD Ve) et membre de la Commission de la production et des échanges (1967-1968), il participe activement aux travaux du Conseil supérieur de l'aménagement rural. Attentif à la question des impôts directs locaux (notamment en commission spéciale en novembre 1967), il dépose aussi des propositions de loi relatives à l'enseignement des langues et cultures régionales, le 20 décembre 1967, ou modifiant la règlementation des conditions d’accès à la profession de coiffeur, le 17 avril 1968. Il intervient fréquemment en séance publique, notamment à la suite du naufrage du Torrey Canyon, le 26 avril 1967. Il s’intéresse au système des bourses dans l’enseignement supérieur, le 30 mai 1967 en se penchant notamment sur le cas brestois de l’IUT, de la faculté des sciences et du collège d’enseignement technique de Landerneau. Les questions agricoles notamment dans leur dimension sociale et bretonne les 30 juin 1967 et 18 octobre 1967, ou ayant trait au cas de l’élevage porcin le 8 novembre 1967 et le 23 novembre 1967, se trouvent encore sous cette législature au cœur de ses préoccupations politiques. Ses interventions, à résonance locale, portent souvent comme celles de Suzanne Ploux et de Charles Miossec, autres députés gaullistes finistériens, sur des points techniques spécifiques, à l’image de sa prise de parole plaidant en faveur des scaphandriers des arsenaux (24 octobre 1967).

Il est réélu, dès le premier tour, le 23 juin 1968 avec 88 % des voix, obtenant un des meilleurs scores à l’échelle nationale des candidats de l’Union démocratique pour la Ve République (UD Ve). Sur 47 121 suffrages exprimés, il recueille 41 610 voix face à Yves Cam (PCF) obtenant 5 511 voix.

Parlementaire aguerri, il est secrétaire de la Commission de production et des échanges. En 1968, il devient président de la commission parlementaire du Comité d’études et de liaison des intérêts bretons (CELIB), groupe de pression visant à promouvoir le développement économique et l’identité de la Bretagne, pesant de tout son poids, dans la dimension régionale de la crise de 1968, comme il aimait le rappeler. « J’ai mené les démarches auprès du président de la République et du Premier ministre, qui ont amené le gouvernement à établir le Plan breton de 1968, plan qui a privilégié la Bretagne dans son équipement routier, télécommunications et portuaire ainsi que les avantages découlant de l’aménagement du territoire, l’industrialisation et la modernisation de l’agriculture ». Cette action de lobbying politique avait été engagée à partir de sa première rencontre avec le général de Gaulle, le 12 octobre 1967, au titre du CELIB qui a contribué au développement économique de la Bretagne notamment dans le secteur automobile, agroalimentaire et préfiguré une certaine forme de décentralisation.

Inscrit au groupe d'Union des démocrates pour la République (UDR), élu secrétaire de l'Assemblée Nationale (à partir du 2 avril 1970), il est membre de la Commission de la production et des échanges (1968-1970) puis membre de la Commission des lois (avril 1970-avril 1971) et à nouveau membre de la Commission de la production et des échanges (1971-1973). Il est membre du Conseil supérieur de l'établissement national des invalides de la marine (13 novembre 1968).

Il dépose une proposition de loi tendant à garantir le revenu des producteurs de lait par l'organisation du marché, le 20 décembre 1972. Il expose ses conceptions sur la question de la régionalisation, le 17 juillet 1968. Député-chasseur, il ne ménage pas sa peine sur ce thème : aide à la chasse, le 24 octobre 1968, protection du gibier et des poissons, le 19 juin 1970, question d'actualité au Premier ministre relative à la chasse, le 25 juin 1971. Ses interventions traitent aussi du problème du marché de la viande, dénonçant le volume d’importations de porc notamment des pays de l’Est, le 16 novembre 1968, ou réclamant la suppression de la taxe parafiscale sur la volaille, le 10 décembre 1968. Il intervient aussi sur le prix de la pomme de terre, le 5 novembre 1971, la possibilité d'accorder les avantages du Crédit agricole aux jeunes agriculteurs qui s'installent à la suite de leurs parents, le 10 décembre 1968. Conservateur allergique aux mouvements étudiants et sociaux de Mai 1968, il prend position dans la discussion sur le projet de loi relatif à l'exercice du droit syndical dans les entreprises le 4 décembre 1968, s’appuyant sur l’exemple des arsenaux brestois pour s’insurger de façon véhémente contre la distribution dans les entreprises des tracts contenant des attaques personnelles contre le chef de l'État ou contre telle personnalité ou tel groupement politique. Issu d’une région de forte implantation de l’enseignement catholique, il réclame la parité entre les écoles privées et publiques, le 10 novembre 1972.

Dans la discussion du projet de loi relatif à l'assurance maladie et maternité des travailleurs non salariés des professions non agricoles, il s’inquiète de la situation de certaines femmes qui exercent une profession commerciale et dont le revenu est inférieur au revenu principal fourni par la profession du mari, le 3 décembre 1969. Il pose également deux questions orales sur la situation des habitants des îles de l'Atlantique, le 10 avril 1970, sous un angle pragmatique lié aux difficultés du transport scolaire des enfants des îles qui n'ont ni collège d’enseignement général (CEG) ni collège d’enseignement secondaire (CES) dans leur ville, le 9 octobre 1970. Lors de la discussion sur projet de loi instituant un taux légal d'alcoolémie et généralisant le dépistage par l'air expiré, il critique une sévérité excessive (21 avril 1970).

Dans la discussion du projet de loi portant affiliation des maires et adjoints au régime de retraite complémentaire des agents non titulaires des collectivités publiques, il demande au gouvernement de conférer plus généreusement le Mérite ou la Légion d'honneur aux maires, le 15 décembre 1972.

Le 4 mars 1973, il conserve dès le premier tour son siège, sous l’étiquette Union des démocrates pour la République (UDR), obtenant 33 945 voix sur 54 799 suffrages exprimés. Toutefois, des dynamiques électorales apparaissent dans cette circonscription en faveur des candidats centristes, Alphonse Arzel, 8 422 voix, et socialiste, Loïc Besnard, 5 722 voix. Les autres candidats sont Guy Liziar, PCF, 3 392 voix, Pierre Cadalen, un ecclésiastique qui se présente sous l’étiquette régionaliste Strollad ar Vro, 1 697 voix, et Patrick Dorval, Union démocratique bretonne-UDB, 1 621 voix.

Inscrit au groupe de l’Union des démocrates pour la République (UDR) puis du Rassemblement pour la République (RPR), il siège au sein de la Commission de la production et des échanges durant cette législature. Il siège dans la commission spéciale, chargée d’examiner le projet de loi complétant certaines dispositions du code rural relatives au statut du fermage et du métayage (4 mai 1973). Il est membre de la commission d'enquête sur l'organisation et les pratiques du commerce de la viande (22 octobre 1974). Il est nommé rapporteur du projet de loi, adopté par le Sénat, relatif au permis de chasse, le 23 avril 1975. Il dépose deux propositions de loi, l’une tendant à garantir le revenu des producteurs de lait par l'organisation du marché, le 12 avril 1973, l’autre introduisant la coordination de la politique des structures agricoles et de l'action des sociétés d'aménagement foncier et d'établissement rural (SAFER), le 24 novembre 1977. Durant son mandat, ses interventions témoignent de son influence et de ses conceptions du travail parlementaire. Ainsi, il expose ses vues politiques dans des domaines tels que la limitation de vitesse (22 juin 1973), la dégradation des prix des viandes bovine et porcine sur les marchés français (12 juin 1974), de la viande chevaline (13 mai 1977), du poulet (16 novembre 1977), la rapidité de l’accès au crédit pour les artisans (11 juin 1976), les difficultés dans le Finistère pour accéder aux crédits aux bâtiments d’élevage (30 juin 1976), le poids excessif de la taxe professionnelle (27 octobre 1976), l’exercice abusif du droit de préemption des SAFER, en particulier de la SAFER de Bretagne (25 juin 1975 et 5 décembre 1975). Suite au naufrage de l'Olympic Bravery (7 avril 1976), il réclame l'organisation de la lutte contre la pollution d'Ouessant, doublée de dispositions juridiques et techniques pour éviter le renouvellement de telles circonstances et d’une politique d'indemnisation des victimes. Il interroge le ministre de l’Agriculture sur la déception des agriculteurs face à la politique européenne et demande que la Bretagne soit incluse dans la liste des régions défavorisées. Évoquant le problème du lait, il rappelle le dépôt de sa proposition de loi tendant à rétablir le système du « quantum » pour le paiement du lait et souhaite une organisation du marché de la pomme de terre (4 mai 1973). Il prône un assouplissement des règles en matière de constructions (18 mai 1973), voyant la décentralisation comme un moyen de contourner les rigidités administratives. Les 6 juin 1973 et 13 novembre 1973, il revient sur les orientations de la politique de l'éducation nationale, se plaignant de l’insuffisance des crédits dans le département du Finistère, ciblant surtout les problèmes qui se posent à l’enseignement privé. Signalant les conséquences d’une crise sévissant dans ces secteurs, il demande la suspension de la taxe sur le fuel domestique pour les pêcheurs et maraîchers (18 décembre 1973) et une limitation des importations de viande (22 octobre 1974). Dans la discussion des articles du projet de loi relatif à l'éducation, le 17 juin 1975, en ce qui concerne les éléments éducatifs à acquérir par les élèves du « tronc commun de promotion éducative », il présente un amendement afin que soit ajouté le mot patriotique après le mot civique, arguant de la nécessité d'apprendre aux jeunes à respecter le drapeau français, et déplorant « qu’on ne leur ait jamais appris à respecter l’autorité démocratique ou l’emblème pour lequel tant de braves sont morts […] ». Dans la discussion du projet de loi relatif à la protection de la nature (22 avril 1976), en ce qui concerne la Bretagne et son littoral, il s’inquiète des éventuelles atteintes au droit de propriété et aux activités économiques d'une région sous prétexte de protection de la nature. Lors de l’examen du projet de loi de finances rectificative pour 1976, il critique, le 13 octobre 1976, les technocrates et regrette l'amenuisement de la collaboration entre Parlement et Gouvernement. Le 5 novembre 1976, il revendique une aide exceptionnelle aux agriculteurs finistériens, en raison des effets de la sécheresse. Le 18 novembre 1976, prenant appui sur le cas des petites structures éducatives (CES, CEG) dans le Finistère, il dénonce les liens politiques des enseignants et de la gauche.

Vice-président du Conseil régional de Bretagne, de 1974 à 1977, il appuie les choix politiques de René Pleven. Parmi les proches de Jacques Chirac, il signe l’Appel des 43, manifeste publié le 13 avril 1974 qui défend une candidature unique à l’élection présidentielle plutôt que celle de Chaban-Delmas.

En mars 1978, il ne se représente pas aux élections législatives et fait activement campagne pour installer son successeur, Jean-Louis Goasduff, membre du Rassemblement pour la République (RPR), qui avait déjà pris sa suite au Conseil général en septembre 1973. Il reste vice-président du SIVOM de Plabennec (1976-1993).

En décembre 1985, suite aux tensions exprimées avec la direction du RPR pour les législatives et les régionales, il décide de partir en campagne aux côtés de Marc Bécam et Georges Lombard, rompant la dynamique d’union du RPR et de l’Union pour la démocratie française (UDF). Très critique vis-à-vis de son successeur, Jean-Louis Goasduff, il continue à prendre position dans le débat politique. En 2002, il rend public son soutien à la candidature de Jean-Pierre Chevènement à l’élection présidentielle, tandis que son ancienne assistante parlementaire, Marguerite Lamour, regagne pour l’Union pour un mouvement populaire (UMP) la circonscription de Landerneau, perdue en 1997 face au PS. En 2005, il prend position pour le vote « Non » au référendum sur le Traité constitutionnel européen. En 2010, il figure parmi les membres du comité de soutien à Bernadette Malgorn (UMP), aux élections régionales, dans la perspective de reprendre la région gagnée par Jean-Yves Le Drian (PS) en 2004.

Officier de la légion d’honneur, décoré par Michel Debré, Gabriel de Poulpiquet, décédé le 8 février 2013 à l’âge de 98 ans, avait publié une autobiographie intitulée Ma Vérité (éd. Alain Bargain), préfacée par Charles Pasqua. Maire de Coat-Méal (1945-1983), conseiller général de Plabennec (1945-1973) et député (1958-1978), Gabriel de Poulpiquet, surnommé le Vieux Lion de Coat-Méal, s’avère une figure politique marquante du gaullisme breton.

Retour haut de page