Auguste, Valentin, Honoré Ragheboom

1859 - 1939

Informations générales
  • Né le 2 août 1859 à Lille (Nord - France)
  • Décédé le 27 octobre 1939 à Lille (Nord - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
XIe législature
Mandat
Du 26 avril 1914 au 7 décembre 1919
Département
Nord
Groupe
Parti socialiste

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1889 à 1940 (Jean Jolly)

Né le 2 août 1859 à Lille (Nord), mort le 27 octobre 1939 à Lille.

Député du Nord de 1914 à 1919.

Sellier à Lille, Auguste Ragheboom était père d'une très nombreuse famille. Il devint secrétaire du Syndicat des cuirs et peaux et membre du Syndicat des vendeurs de journaux dont il avait été le fondateur.

Il entra en 1885 au parti ouvrier français dont il devait toujours rester un militant actif. Il fut élu conseiller prud'homme de Lille en 1898 puis vice-président de ce Conseil. Conseiller municipal de Lille en 1900, il devint, la même année, conseiller d'arrondissement de Lille Sud-Ouest.

Il se présenta sans succès aux élections législatives de 1902, 1906 et 1910. En 1902, il obtint 5.194 voix sur 19.945 votants, contre 14.070 à M. Delaune. De même, en 1906, au premier tour, il ne recueillit que 3.770 voix contre 10.814 à M. Delaune, député sortant, qui fut réélu. Il fut élu député de la 5e circonscription de Lille en 1914, au second tour de scrutin, par 11.883 voix contre 11.780 à M. le comte d'Hespel. C'est en vain qu'il se présenta à nouveau aux élections législatives en 1919 et 1924, sur la liste socialiste.

A la Chambre des députés, il s'inscrivit au groupe du parti socialiste.

La guerre, et surtout l'occupation du Nord de la France par les Allemands, le retinrent pendant plus de quatre ans loin de la Chambre. Pendant cette longue période il apporta soutien et réconfort aux populations éprouvées de cette partie du territoire.

Le 22 octobre 1918, il put regagner le Parlement où il fit le récit des souffrances et privations endurées par ses compatriotes.

Son activité au sein de la Chambre des députés fut, dès lors, consacrée à la réorganisation du travail et de la vie économique de ces régions.

Il prit part à la discussion de projets de loi sur la réparation des dommages causés par les faits de la guerre, sur la législation des pensions des armées de terre et de mer en matière de décès et maladies survenues en services et sur les nominations et promotions dans l'Ordre de la Légion d'honneur pour récompenser des services exceptionnels rendus à titre civil au cours de la guerre. Parallèlement il intervint dans la discussion de textes relatifs au logement des familles nombreuses, à la journée de 8 heures et à la durée du travail dans les mines.

Il devait décéder à Lille le 27 octobre 1939.


Retour haut de page