Yvonne Stephan

1904 - 1981

Informations générales
  • Né le 6 septembre 1904 à Port-louis (Morbihan - France)
  • Décédé le 5 août 1981 (Lieu de décès inconnu)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Cinquième République - Assemblée nationale
Législature
IVe législature
Mandat
Du 7 août 1972 au 1er avril 1973
Département
Morbihan
Groupe
Républicains indépendants
Régime politique
Cinquième République - Assemblée nationale
Législature
Ve législature
Mandat
Du 13 mai 1973 au 2 avril 1978
Département
Morbihan
Groupe
Républicains indépendants

Biographies

Biographie de la Ve République

STEPHAN (Yvonne, Marie, née KERDAVID)
Né le 6 septembre 1904 à Port-Louis (Morbihan)
Décédée le 5 août 1981 à Port-Louis

Député du Morbihan de 1972 à 1978

Yvonne Stephan a presque 68 ans lorsqu’elle devient officiellement député du Morbihan, en remplacement de Christian Bonnet, qui est entré dans le gouvernement Messmer à l’été 1972. Elle siège au Palais-Bourbon pendant un peu moins de six années consécutives et y montre beaucoup de goût pour le travail législatif.
Née au début du siècle à Port-Louis -près de Lorient-, Yvonne Kerdavid resterait fidèle à cette commune du Morbihan pendant toute son existence. Elle obtient son certificat d’études, puis épouse, à la mairie de sa commune natale, un autre enfant de Port-Louis, Joseph-Marie Stephan. Elle l’assiste d’abord dans la gestion de son entreprise de bâtiments et de travaux publics, avant d’en prendre elle-même la direction au décès de son mari, en 1938. Veuve à 34 ans à peine, Yvonne Stephan élève seule ses deux enfants. Elle est contrainte d’abandonner l’entreprise familiale dès le début de la campagne de France et n’en reprend les rênes qu’à la Libération. Tout est alors à reconstruire dans la région de Lorient, qui a été durement frappée par les bombardements alliés. La sous-préfecture du Morbihan était en effet la principale base des sous-marins allemands sur la côte atlantique sous l’Occupation. Yvonne Stephan n’entre dans la vie publique qu’en mars 1959, en étant élue conseillère municipale, puis adjointe au maire de Port-Louis. Elle prend la tête de cette municipalité six ans plus tard.
Le canton de Port-Louis est compris dans la 2ème circonscription du Morbihan, qui s’étend entre Vannes et Lorient. Depuis novembre 1958, c’est Christian Bonnet qui représente cette circonscription à l’Assemblée nationale. Issu du MRP, il a voté la motion de censure du 4 octobre 1962. C’est sous l’étiquette de l’UD-Vème République qu’il sollicite toutefois le renouvellement de son mandat en mars 1967. Il propose à Yvonne Stephan de devenir sa suppléante ; l’élue de Port-Louis accepte. Dans sa profession de foi électorale, Christian Bonnet explique son évolution politique aux électeurs morbihannais. Il se dit en désaccord avec la position prise par le MRP Jean Lecanuet entre les deux tours de la présidentielle de décembre 1965 : le candidat centriste avait en effet laissé entendre qu’il voterait pour François Mitterrand, en qui Christian Bonnet voit « un homme dont le passé n’est pas tout à fait clair ». Le député sortant ne s’étend pas en revanche sur la personnalité de sa nouvelle suppléante. Le tandem Bonnet-Stephan recueille 55,4% des suffrages exprimés dès le 1er tour de scrutin, le 5 mars 1967. La part d’Yvonne Stephan dans ce large succès est loin d’être négligeable : le canton de Port-Louis, qui est le plus peuplé de la circonscription, accorde 62,8% de ses voix à Christian Bonnet, soit son meilleur résultat après le petit canton de Belle-Isle (67,2%). Un an plus tard, de nouvelles élections législatives sont organisées en France à la suite des événements de mai 1968. Yvonne Stephan a, depuis le dernier vote, renforcé son implantation en étant élue conseillère générale de Port-Louis. C’est contre « l’intolérance, le fanatisme, la violence et même l’esprit partisan », comme le proclament leurs documents électoraux, que Christian Bonnet fait campagne avec Yvonne Stephan. 72,4% des électeurs de la 2ème circonscription du Morbihan leur donnent leur assentiment au 1er tour.
Député depuis 1956, très actif en commissions comme en séances publiques, Christian Bonnet est considéré comme « ministrable » dès les années 1960. Le Morbihan a cependant déjà « son » ministre à cette époque, puisque Raymond Marcellin participe aux gouvernements Pompidou, Couve de Murville et Chaban-Delmas. Lorsque Pierre Messmer devient Premier ministre à l’été 1972, il associe les deux « grands hommes » du Morbihan : Christian Bonnet devient secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Aménagement du territoire, de l’Equipement, du Logement et du Tourisme, tandis que Raymond Marcellin conserve le ministère de l’Intérieur. La formation du premier gouvernement Messmer a donc pour conséquence de faire d’Yvonne Stéphan une parlementaire, en remplacement de Christian Bonnet.
Elle s’inscrit au groupe des Républicains indépendants et siège à la Commission des affaires culturelles, familiales et sociales de l’Assemblée nationale en 1972-1973. Elle ne siège que quelques mois sous la 4ème législature de la Vème République mais prend la parole à deux reprises en séances publiques. Le 26 octobre 1972, la discussion du budget du Commerce et de l’artisanat lui offre l’occasion de saluer « la réapparition, après une trop longue absence, d’un département ministériel propre » à ce secteur d’activités. Dans la même intervention, Yvonne Stephan demande au Gouvernement d’augmenter le nombre des « assistants techniques du commerce », qui sont chargés d’aider les commerçants et artisans « en ce qui concerne les dispositions sociales et fiscales ». Ce premier discours au Palais-Bourbon est remarqué : en affirmant qu’« en pays communiste, il n’y a plus de problèmes de petits commerçants ou d’artisans, pour la bonne raison que ces derniers n’existent plus », l’ancienne suppléante de Christian Bonnet provoque de vives protestations sur les bancs du groupe communiste. Yvonne Stephan y répond en faisant part de son expérience personnelle, elle qui n’a « vu là-bas dans les pays du Bloc soviétique que des magasins d’Etat et d’immenses coopératives » et a constaté « que les rues sont bien tristes dans ces pays ». Elue d’une circonscription maritime, elle attire peu après l’attention du Gouvernement sur la médiocrité des résultats de la pêche sardinière en 1972 et réclame notamment « des reports d’échéance par le crédit maritime » en faveur des marins concernés (3 novembre 1972).
Christian Bonnet fait à nouveau confiance à Yvonne Stephan aux élections législatives de mars 1973. Il est du reste réélu député du Morbihan avec 61,9% des suffrages exprimés dès le 1er tour de scrutin, dans un contexte pourtant difficile pour la majorité. Yvonne Stephan remplace à nouveau Christian Bonnet au Parlement en mai 1973, celui-ci conservant son portefeuille ministériel. Elle reste fidèle au groupe des Républicains indépendants et accède à la Commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l’administration générale de la République au printemps 1973.
Yvonne Stephan fait entendre sa voix à 10 reprises en séances publiques au cours de la 5ème législature. Trois sujets retiennent plus particulièrement son attention : la politique de la famille au sens large ; la pêche et le soutien apporté à la marine marchande ; enfin, la place des petits commerçants et artisans dans la société française. Mais l’élue morbihannaise marque surtout les esprits par sa défense des « conjoints survivants », c’est-à-dire des veuves et veufs. Elle juge « injuste » par exemple qu’une veuve n’ait droit à aucune pension de réversion à cette époque « si son mari a cotisé (…) pendant moins de quarante trimestres » (27 juin 1973) ou souhaite une extension des activités de l’Office national des anciens combattants « en faveur (…) de ses ressortissants âgés, qu’il s’agisse d’hébergement, de participation aux services d’aide ménagère à domicile et, plus généralement, d’accompagnement social » (9 novembre 1973). Elle n’hésite pas à mettre en avant sa douloureuse expérience de veuve d’un chef d’entreprise lors de la seconde lecture de la loi d’orientation du commerce et de l’artisanat, le 7 décembre 1973 : il faut, selon elle, aménager la législation pour permettre aux « femmes dont le mari vient de décéder et qui n’ont aucune qualification » « de continuer à faire marcher l’entreprise au moins pendant un certain temps » sans leur créer de difficultés juridiques ou financières. Un an plus tard, elle attire l’attention de l’exécutif sur la situation des « jeunes veuves » ayant des enfants à élever : Yvonne Stephan envisage que l’Etat leur « accorde un pécule » pendant deux ans « afin qu’elles puissent rechercher un emploi dans les meilleures conditions » (5 décembre 1974). Elle se réjouit par conséquent, le 18 mai 1976, de la création de l’allocation en faveur des mères isolées et rappelle qu’alors, « une femme sur cinq a perdu son premier conjoint à cinquante ans » en France, selon les statistiques de l’INSEE.
Yvonne Stephan approuve la réduction du mandat présidentiel à cinq ans (16 octobre 1973), comme l’extension de la saisine du Conseil constitutionnel (10 octobre 1974). Membre de la majorité des Premiers ministres Jacques Chirac et Raymond Barre, elle prend néanmoins des positions conservatrices sur les questions de société. L’élue du Morbihan vote contre la loi sur l’interruption volontaire de grossesse (28 novembre 1974) et s’oppose également à la création du divorce par consentement mutuel (4 juin 1975). Elle soutient en revanche le programme du gouvernement Barre (28 avril 1977).
C’est avec un nouveau suppléant que Christian Bonnet se présente aux élections législatives de 1978. Septuagénaire, Yvonne Stephan quitte alors le Parlement. Elle reçoit la Légion d’honneur au titre du ministère du Commerce et de l’Artisanat en 1979 et décède deux ans plus tard.