André, Sébastien, Joseph Tourné

1915 - 2001

Informations générales
  • Né le 9 août 1915 à Villelongue-de-la-salenque (Pyrénées-Orientales - France)
  • Décédé le 18 octobre 2001 à Perpignan (Pyrénées-Orientales - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Quatrième République - Assemblée nationale
Législature
Ire législature
Mandat
Du 10 novembre 1946 au 4 juillet 1951
Département
Pyrénées-Orientales
Groupe
Communiste
Régime politique
Quatrième République - Assemblée nationale
Législature
IIe législature
Mandat
Du 17 juin 1951 au 1er décembre 1955
Département
Pyrénées-Orientales
Groupe
Communiste
Régime politique
Quatrième République - Assemblée nationale
Législature
IIIe législature
Mandat
Du 2 janvier 1956 au 8 décembre 1958
Département
Pyrénées-Orientales
Groupe
Communiste
Régime politique
Cinquième République - Assemblée nationale
Législature
IIe législature
Mandat
Du 25 novembre 1962 au 2 avril 1967
Département
Pyrénées-Orientales
Groupe
Communiste
Régime politique
Cinquième République - Assemblée nationale
Législature
IIIe législature
Mandat
Du 12 mars 1967 au 30 mai 1968
Département
Pyrénées-Orientales
Groupe
Communiste
Régime politique
Cinquième République - Assemblée nationale
Législature
Ve législature
Mandat
Du 2 avril 1973 au 2 avril 1978
Département
Pyrénées-Orientales
Groupe
Communiste
Régime politique
Cinquième République - Assemblée nationale
Législature
VIe législature
Mandat
Du 19 mars 1978 au 22 mai 1981
Département
Pyrénées-Orientales
Groupe
Communiste
Régime politique
Cinquième République - Assemblée nationale
Législature
VIIe législature
Mandat
Du 2 juillet 1981 au 1er avril 1986
Département
Pyrénées-Orientales
Groupe
Communiste

Biographies

Biographie de la IVe République

TOURNÉ (André, Sébastien, Joseph)
Né le 9 août 1915 à Villelongue-de-la-Salanque (Pyrénées-Orientales).
Décédé le 18 octobre 2001 à Perpignan (Pyrénées-Orientales)

Député des Pyrénées-Orientales de 1946 à 1958

André Tourné est un fils d'exploitants agricoles, pupille de la Nation en 1928. Devenu viticulteur, il adhère en 1932 aux jeunesses communistes. Secrétaire régional de cette organisation, il suit une école de formation pour les paysans, puis les cours de l’École léniniste internationale à Moscou. À son retour, il part combattre en Espagne. En 1939, il devient suppléant au Comité central des jeunesses communistes et intègre la direction régionale du Parti communiste. Arrêté en 1940, il est libéré en 1943. En mai 1944, après la chute de l’état-major zone sud des Francs tireurs et partisans français (FTPF), il se voit confier la direction des FTP à Lyon. Après l’insurrection de Villeurbanne dirigée par l’interrégional des FTP-MOI (Francs Tireurs et Partisans-Main d’œuvre Immigrée) Georges Filip-Lefort, André Tourné fait intervenir les maquis FTP de la région pour relancer les combats dans l’agglomération lyonnaise. Il est blessé dans un bombardement lors des combats pour la libération de la ville et il est amputé de plusieurs doigts à chaque main. À partir de 1945, il rejoint la direction régionale des Pyrénées Orientales du PCF avec Léopold Figuières. Il est élu conseiller général du canton de Perpignan en 1945 et devient vice-président du Conseil général des Pyrénées-Orientales. Il n’est pas réélu en 1951. A partir de 1948, il a assuré la direction politique de l’hebdomadaire communiste le Travailleur catalan et a dirigé en 1945 1946, le journal communiste France d’abord.
André Tourné figure en deuxième position sur la liste dirigée par Léopold Figuières lors des élections à la première et à la deuxième Assemblée constituante des 21 octobre 1945 et 2 juin 1946. À ces deux scrutins, elle obtient un élu. Puis l’ordre est inversé et André Tourné devient député aux élections législatives du 10 novembre 1946 avec 42 273 voix (41,2 % des suffrages exprimés). Il est réélu en 1951 avec 37 798 voix (35,5 % des suffrages exprimés) et en 1956 avec 40 054 voix (34,8 % des suffrages exprimés).
Lors de son premier mandat, il appartient à la commission de la défense nationale (1946-1951), à la commission des pensions (1946-1951) et à la commission des immunités parlementaires (1949-1951). A partir du 26 janvier 1947, il est membre, également, du comité d’administration de l’office national et des offices départementaux des anciens combattants et victimes de guerre. Il est nommé juré à la Haute Cour de Justice en janvier et mai 1948. Lors de ce premier mandat, il dépose dix-sept propositions de loi, vingt-trois propositions de résolution et un avis. Il en est de même pour vingt-et-un rapports – dont un porte sur un projet de loi (18 juillet 1947) - et un rapport supplémentaire. Très actif au Palais-Bourbon, André Tourné intervient à quatre-vingt-huit reprises en séance publique, en défendant quarante-deux amendements. Il dépose treize demandes d’interpellation, trois rappels au règlement, deux motions, un contre-projet et une motion préjudicielle.
Au cours de la deuxième législature de la Quatrième République, le député communiste des Pyrénées orientales appartient à la commission des boissons (1951-1955), à celle des pensions (1951-1955) et retrouve également celle des immunités parlementaires (1951-1952). Il est membre titulaire de cette commission de 1953 à 1955. Au cours de ce mandat, il ne dépose pas moins de cent trente-trois textes, ce qui en fait un des députés les plus actifs de la législature : quarante-cinq propositions de loi, quarante-quatre propositions de résolution, quarante-trois rapports sur des textes d’initiative parlementaire et un rapport supplémentaire. En séance publique, il intervient à soixante-neuf reprises, en défendant jusqu’à soixante-dix amendements et quatre amendements indicatifs. Il dépose trois motions préjudicielles, quinze demandes d’interpellation, un rappel au règlement et six articles additionnels. Le 1er avril 1954, il est rapporteur d’une proposition de résolution relative au coefficient d’augmentation des impôts et taxes sur le vin.
Enfin, sous la dernière législature de la Quatrième République, laquelle correspond aussi au dernier mandat parlementaire d’André Tourné, il retrouve les commissions des boissons (1956-1958), des pensions (1956-1958), des immunités parlementaires (1956-1958). Il est aussi membre titulaire de la commission chargée de faire le point des demandes présentées par les associations des ressortissants du ministère des anciens combattants, à partir du 7 février 1957. Il est secrétaire de la commission des immunités parlementaires (1957-1958) et vice-président de la commission des boissons (1958). Il dépose alors trente-trois textes : neuf propositions de loi ; quatorze propositions de résolution, neuf rapports – dont deux sur un projet de loi (16 mars et 7 juin 1956) ; un avis sur un projet de loi (16 novembre 1956). En séance publique, il intervient à quatorze reprises, en remplissant les fonctions de rapporteur, le 17 avril 1956 : il intervient alors dans la discussion du projet de loi relatif au transfert des corps des victimes civiles de la guerre d’Indochine. Par deux fois, il est rapporteur pour avis, le 24 mai et le 26 novembre 1956.
L’ancien viticulteur se fait le porte-parole de certaines revendications du communisme rural. Ainsi, tout naturellement vote-t-il les lois de 1946-1947 relatives au statut des métayers et des baux à ferme. En 1953, il demande la fixation d’un prix minimum pour le vin et la régulation du marché viticole.
L’élu local porte une attention particulière à son département et à sa région. Il dépose de nombreux amendements et propositions de loi et intervient dans les débats parlementaires pour apporter des aides aux victimes d’orages dans les Pyrénées-Orientales, au sujet de la fermeture des mines dans l’Aude. Il demande aussi à l’État de prendre en charge les frais occasionnés par la construction du lycée de Perpignan.
L’ancien combattant demande également la revalorisation du statut de ses camarades, mais aussi l’amélioration de celui des appelés et de leur famille. Ainsi, il dépose plusieurs propositions de loi visant à réduire les frais postaux pour les appelés du contingent, à augmenter les pensions des invalides des deux guerres mondiales et à créer la médaille des prisonniers civils des deux guerres. André Tourné s’est aussi attaché à défendre les mutilés de guerre, réclamant l’octroi d’un statut, l’amélioration des pensions et la création de centres de traitement appropriés.
Comme l’ensemble du groupe communiste, il s’oppose à l’envoi des troupes en Indochine et, à plusieurs reprises, interpelle le gouvernement sur cette question. Il émet par ailleurs des protestations contre l’entrée de l’Espagne à l’UNESCO et demande la limitation des importations de produits d’origine espagnole. Lors des scrutins de juin 1958, avec son groupe, il s’oppose au retour du général de Gaulle.
Battu en 1958 par le socialiste Arthur Conte, dans la deuxième circonscription des Pyrénées-Orientales, il prend sa revanche en 1962 et devient secrétaire du groupe communiste à l’Assemblée nationale. Réélu en 1967, il est battu l’année suivante, toujours par Arthur Conte qui se présente alors sous les couleurs de l’Union des démocrates pour la République (UDR). Il est à nouveau élu en 1973, 1978 et 1981. Il est battu en 1986 et en 1988 lors de ses dernières campagnes pour la députation.
De 1955 à 1979, André Tourné a été conseiller général du canton de Prades (Pyrénées-Orientales). En 1973, il a également été élu membre du conseil régional du Languedoc-Roussillon dont il devient le secrétaire en 1975.
Membre de la direction de l’Association des volontaires pour l’Espagne républicaine, il préside l’Association républicaine des anciens combattants de 1965 à 1986, date à laquelle il en devient président honoraire. Titulaire de la Croix de guerre, André Tourné a été fait Chevalier de la Légion d’honneur en 1986. Il disparaît le 18 octobre 2001 à Perpignan.




Retour haut de page