Léon, Cléry Vacher

1832 - 1903

Informations générales
  • Né le 28 mars 1832 à Treignac (Corrèze - France)
  • Décédé le 15 juillet 1903 à Treignac (Corrèze - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
Ire législature
Mandat
Du 20 février 1876 au 25 juin 1877
Département
Corrèze
Groupe
Union républicaine
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
IIe législature
Mandat
Du 14 octobre 1877 au 14 octobre 1881
Département
Corrèze
Groupe
Union républicaine
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
IIIe législature
Mandat
Du 21 août 1881 au 14 octobre 1885
Département
Corrèze
Groupe
Union républicaine
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
IVe législature
Mandat
Du 4 octobre 1885 au 14 octobre 1889
Département
Corrèze
Groupe
Extrême-gauche
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
Ve législature
Mandat
Du 6 octobre 1889 au 25 mars 1890
Département
Corrèze
Groupe
Extrême-gauche
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
VIIe législature
Mandat
Du 22 mai 1898 au 31 mai 1902
Département
Corrèze
Groupe
Radical-socialiste

Biographies

Député de 1876 à 1890, né à Treignac (Corrèze) le 28 mars 1832, il fut reçu docteur en médecine à Paris en 1864 et y exerça sa profession.

Il fit de l'opposition à l'empire, collabora au bulletin de la Société de statistique de Paris, au Contribuable et à la République de Brive, à la Réforme économique, et fut élu, le 20 février 1876, député de la 2e circonscription de Tulle, par 8,152 voix (13,126 votants, 17,528 inscrits), contre 4,573 à M. de Seilhac. Il prit place à l'Union républicaine, et fut l'un des 363 députés qui, au 16 mai, refusèrent le vote de confiance au ministère de Broglie.

Réélu comme tel, le 14 octobre 1877, par 9,731 voix (14,935 votants, 17,690 inscrits), contre 5,142 à M. Lachaud, et, le 21 août 1881, par 10,868 voix (11,810 votants, 18,780 inscrits), il prit place à l'extrême gauche où il se fit remarquer par ses tendances socialistes.

Porté sur la liste radicale de la Corrèze, le 4 octobre 1885, il fut élu, le 1er sur 5, par 34,541 voix (58,252 votants, 88,737 inscrits), et demanda (février 1886) le rachat par l'Etat des réseaux ferrés de l'Orléans et de l'Ouest. Partisan du général Boulanger et de la révision de la constitution dans un sens démocratique, M. Vacher fut l'un des principaux membres et le vice-président du comité républicain national; il repoussa toujours l'alliance avec les réactionnaires. Il s'est prononcé pour l'expulsion des princes, et a voté, dans la dernière session,

- contre le rétablissement du scrutin d'arrondissement (11 février 1889),
- contre l'ajournement indéfini de la révision de la Constitution,
- contre les poursuites contre trois députés membres de la Ligue des patriotes,
- contre le projet de loi Lisbonne restrictif de la liberté de la presse,
- contre les poursuites contre le général Boulanger.

On a de lui: Etude médicale et statistique sur la mortalité à Paris, à Londres, à Vienne et à New-York en 1865 (1866); - Des maladies populaires et de la mortalité à Paris, à Londres, à Vienne et à New-York en 1865 (1865); - Des maladies populaires et de la mortalité à Paris, à Londres et à Vienne en 1866 (1867); - De l'obésité et de son traitement (1873).

Date de mise à jour: décembre 2017



Né le 28 mars 1832 à Treignac (Corrèze), mort le 15 juillet 1903 à Treignac.

Député de la Corrèze de 1876 à 1890 et de 1898 à 1902. (Voir première partie de la biographie dans ROBERT ET COUGNY, Dictionnaire des Parlementaires, t. V, p. 466.)

Réélu en 1889 au second tour par 8.561 voix sur 15.718 votants contre 7.093 voix à son adversaire Delpeuch, son élection est invalidée et le 27 avril 1890 il est battu par le même adversaire d'une centaine de voix, obtenant 8.017 voix sur 16.219 votants contre 8.119 à Delpeuch.

En 1893, il est à nouveau battu, obtenant 5.522 voix contre 6.824 à Delpeuch sur 15.230 votants.

Il prend sa revanche aux élections de 1898, comme candidat républicain indépendant. Il est élu au second tour par 8.259 voix sur 14.239 votants contre 5.976 voix à son adversaire traditionnel Delpeuch, alors sous-secrétaire d'Etat au ministères des Postes et Télégraphes.

A la Chambre, il s'inscrit au groupe radical-socialiste et prône à nouveau la nationalisation des voies ferrées. Il se fait également le défenseur de l'impôt progressif sur le revenu.

Candidat aux élections de 1902, il n'arrive au premier tour qu'en troisième position et ne se présente pas au second. Il devait mourir l'année suivante, à Treignac, le 15 juillet 1903 à l'âge de 71 ans.

Léon Vacher est l'auteur des ouvrages suivants : Etude statistique sur la mortalité à Paris, à Londres, à Vienne et à New York; Des maladies populaires et de la mortalité à Paris, a Londres, à Vienne et à New York ; De l'obésité et de son traitement.


Retour haut de page