Louis Vigouroux

1866 - 1956

Informations générales
  • Né le 25 août 1866 à Le puy (Haute-Loire - France)
  • Décédé le 16 novembre 1956 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
VIIe législature
Mandat
Du 16 septembre 1900 au 31 mai 1902
Département
Haute-Loire
Groupe
Gauche démocratique
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
VIIIe législature
Mandat
Du 27 avril 1902 au 31 mai 1906
Département
Haute-Loire
Groupe
Gauche démocratique
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
IXe législature
Mandat
Du 20 mai 1906 au 31 mai 1910
Département
Haute-Loire
Groupe
Gauche démocratique

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1889 à 1940 (Jean Jolly)

Né le 25 août 1866 au Puy (Haute-Loire).

Député de la Haute-Loire de 1900 à 1910.

Louis Vigouroux fit des études classiques au lycée du Puy, sa ville natale. Il fréquenta ensuite la Faculté de droit de Paris, qui le reçut licencié en 1891. Professeur d'économie politique et industrielle à l'école spéciale d'architecture et au collège libre des sciences sociales, il fut aussi, pendant deux ans, chef de section aux études financières du Crédit lyonnais.

Tenant des théories libérales, il illustra ces dernières dans ses écrits et travaux : contribution au Nouveau dictionnaire d'économie politique publié en 1890 sous la direction de Leon Say et Joseph Chailley-Bert, travaux pour l'association libérale pour la défense du travail et du commerce français, articles dans le Monde économique, dans le Journal des économistes, dans la Revue politique et parlementaire...

Il effectua de nombreux voyages d'études, envoyé en mission par le Musée Social : Angleterre, Grèce, Algérie, Etats-Unis, Canada (1896), Afrique du Sud (1897-1898), Australie et Nouvelle-Zélande (1898), à la suite desquels il publia deux ouvrages : La concentration des forces ouvrières dans l'Amérique du Nord (1899), L'évolution sociale en Australie (1902).

Il fut élu député de la 1re circonscription du Puy à l'élection partielle du 16 septembre 1900, en remplacement de Charles Dupuy, élu sénateur ; son élection fut acquise au premier tour, par 10.205 voix sur 16.770 votants, contre 6.369 voix à Hippolyte Schaffer.

Il fut réélu au premier tour des élections générales des 27 avril et 11 mai 1902, par 10.111 voix sur 18.962 votants contre 8.762 voix à Schaffner ; aux élections des 6 et 20 mai 1906, il fut mis en ballottage au premier tour par Constant, qui obtint 8.327 voix sur 18.968 votants tandis que lui-même en recueillait 6.950 ; il l'emporta au second tour par 10.635 voix sur 19.126 votants contre 8.424 à son adversaire.

Aux élections suivantes, les 24 avril et 8 mai 1910, il fut battu dès le premier tour par Joseph Boutaud, par 9.130 voix contre 8.136 sur 18.045 votants.

Louis Vigouroux était un républicain modéré, qui siégeait à la Chambre sur les bancs de la gauche démocratique. Il appartint à diverses commissions et en particulier à la commission de l'agriculture, à celle du commerce et de 1 industrie, à celle des affaires extérieures, des protectorats et des colonies. Il déploya une grande activité en qualité de rapporteur ; on peut citer entre autres sujets : l'application en France des conventions internationales concernant la propriété industrielle ; avances aux sociétés coopératives agricoles ; avances aux sociétés coopératives agricoles de l'Algérie ; la constitution d'un bien de famille insaisissable ; le crédit individuel à long terme, en vue de faciliter l'acquisition, l'aménagement, la transformation et la reconstitution des petites exploitations rurales ; l'approbation des conventions internationales signées à La Haye le 18 octobre 1907.

Il intervint fréquemment dans la discussion budgétaire, en particulier sur les budgets de l'agriculture et de l'instruction publique et lors de la discussion du projet de loi de séparation des Eglises et de l'Etat.

Louis Vigouroux était membre de l'association française pour l'avancement des sciences, de la société d'économie politique, de la société de géographie commerciale.


Retour haut de page