Henry Le Mire

1873 - 1934

Informations générales
  • Né le 22 janvier 1873 à Rouen (Seine-Inférieure - France)
  • Décédé le 4 juillet 1934 à Neuilly-sur-seine (Hauts-de-Seine - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
XIIe législature
Mandat
Du 16 novembre 1919 au 31 mai 1924
Département
Eure
Groupe
Entente républicaine démocratique
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
XIIIe législature
Mandat
Du 11 mai 1924 au 31 mai 1928
Département
Eure
Groupe
Union républicaine démocratique
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
XIVe législature
Mandat
Du 22 avril 1928 au 31 mai 1932
Département
Eure
Groupe
Union républicaine démocratique
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
XVe législature
Mandat
Du 8 mai 1932 au 4 juillet 1934
Département
Eure
Groupe
Républicain et social

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1889 à 1940 (Jean Jolly)

Né le 22 janvier 1873 à Rouen (Seine-inférieure), mort le 4 juillet 1934 à Neuilly (Seine).

Député de l'Eure de 1919 à 1934.

Henry Le Mire était fils d'armateur, négociant, constructeur de navires. Bachelier ès lettres, il est lui-même industriel : filateur-tisseur de coton à Pont-Audemer, membre de l'association de l'industrie et de l'agriculture française, du syndicat général de l'industrie cotonnière- et de l'union textile. En 1914, il est mobilisé comme garde voie R.A.T. et demande à être incorporé dans l'active ; il revient de la guerre avec le grade de capitaine.

Ayant le goût de la politique, il entre au Conseil général et se présente pour la première fois aux élections législatives du 16 novembre 1919, sur la liste du comité républicain d'entente nationale. Il est élu avec 31.580 voix sur 63.807 votants.

Vice-président de la commission des douanes, il siège aussi à la commission de la marine militaire. Il dépose plusieurs propositions de loi, notamment un texte relatif à la part patronale des retraites ouvrières et paysannes pour les assujettis placés dans certaines conditions. On lui doit plusieurs rapports sur des questions financières et douanières de l'immédiate après guerre. Il intervient fréquemment : notamment dans la discussion du projet de loi relatif à la création de nouvelles ressources fiscales, discussion au cours de laquelle il dépose plusieurs amendements concernant les bénéfices de guerre et les importations ; à propos de l'évaluation des stocks et contre l'inflation. Il s'intéresse en effet particulièrement aux débats financiers et à la question des paiements de l'Allemagne et de l'équilibre budgétaire et à la situation économique de la France. Il se représente aux élections générales du 11 mai 1924. Inscrit sur la liste du comité républicain d'entente nationale et d'action sociale, il est élu avec 29.906 voix sur 71.386 votants.

Membre de la commission des douanes et des conventions commerciales et de la commission de la marine militaire, il présente plusieurs rapports au cours de la législature : sur des projets de loi portant ratification de divers arrêtés concernant les colonies françaises ; sur le projet de loi tendant à déterminer le régime douanier applicable à certaines marchandises allemandes importées au titre des prestations en nature et sur le projet de loi portant modification de certains droits de douane. Il intervient à la tribune surtout en matière de finances.

Aux élections générales du 22 avril 1928 (retour au scrutin d'arrondissement) il est réélu dans la circonscription de Pont-Audemer, au premier tour, par 6.424 voix contre 4.994 à Leloup et 451 à Leborgne.

Au cours de cette législature, comme au cours de la précédente, il présente de nombreux rapports, notamment sur : les deux projets de loi tendant à l'approbation d'échange de lettres entre le gouvernement français et le gouvernement allemand sur le projet de loi relatif aux mesures contre le dumping et contre les procédés abusifs entravant le commerce français ; les projets de loi relatifs aux surtaxes compensatoires. A la tribune, il continue à s'intéresser aux questions financières et douanières.

Il retrouve son siège aux élections générales du 1er juin 1932, au second tour de scrutin, par 6.432 voix contre 6.091 à Harou. Au premier tour, il avait obtenu 6.077 voix contre 5.831 à Harou et 2.790 à Camus.

Il est alors membre de la commission des douanes et des conventions commerciales et de la commission de la marine militaire et continue toujours à s'intéresser particulièrement aux questions douanières.

Il mourut en cours de mandat, le 4 juillet 1934, à l'âge de 61 ans, à Neuilly-sur-Seine.

Henry Le Mire était chevalier de la Légion d'honneur et titulaire de quatre citations.


Retour haut de page