Louis, Emile Beugniez

1907 - 1998

Informations générales
  • Né le 29 novembre 1907 à Noyelles-godault (Pas-de-Calais - France)
  • Décédé le 10 février 1998 à Noyelle-godault (Pas-de-Calais - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Gouvernement provisoire de la République française
Législature
Ire Assemblée nationale constituante
Mandat
Du 21 octobre 1945 au 10 juin 1946
Département
Pas-de-Calais
Groupe
Mouvement républicain populaire
Régime politique
Gouvernement provisoire de la République française
Législature
2e Assemblée nationale constituante
Mandat
Du 2 juin 1946 au 27 novembre 1946
Département
Pas-de-Calais
Groupe
Mouvement républicain populaire
Régime politique
Quatrième République - Assemblée nationale
Législature
Ire législature
Mandat
Du 10 novembre 1946 au 4 juillet 1951
Département
Pas-de-Calais
Groupe
Mouvement républicain populaire

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1940 à 1958 (La documentation française)



Né le 29 novembre 1907 à Noyelles-Godault (Pas-de-Calais)

Membre de la première et de la seconde Assemblée nationale Constituante (Pas-de-Calais)

Député du Pas-de-Calais de 1946 à 1951

Né dans une famille ouvrière, Louis Beugniez accomplit ses études primaires à l'école publique de Noyelles-Godault, puis entre à l'école primaire supérieure d'Hénin-Liétard, où il a pour condisciple son compatriote Maurice Thorez. Il est employé aux mines de Dourges à partir de 1922 et jusqu'en 1935. Il se marie en 1928 et aura trois enfants.

Dès 1927, il milite dans les rangs de la Jeunesse ouvrière chrétienne. En 1929, il devient un de ses dirigeants dans le Pas-de-Calais. Syndicaliste chrétien, il devient, en 1935, secrétaire permanent du syndicat C.F.T.C. des employés des houillères. La même année, il est élu maire de Noyelles-Godault. Mobilisé en 1939, il est affecté au 8e génie, et devient chef du centre de transmissions à l'état major de la zone d'opérations aériennes nord.

Démobilisé, il est démis de ses fonctions municipales par le régime de Vichy. En 1943, avec Jules Catoire, il fonde un réseau de résistance d'inspiration chrétienne. En novembre 1944, il devient Secrétaire général de la Fédération M.R.P. du Pas-de-Calais. Devenu journaliste, il est rédacteur du journal Nord-Eclair de Lille. Réélu en avril 1947 maire de Noyelles-Godault, il est porté à la vice-présidence de l'Association des maires du Pas-de-Calais.

Au scrutin du 21 octobre 1945, il figure en deuxième position sur la liste M.R.P., derrière Jules Catoire, dans la 2e circonscription du Pas-de-Calais. Pour huit sièges à pourvoir, il y a trois listes en présence présentées par les trois grands partis de la Libération, le P.C.F., la S.F.I.O. et le M.R.P. Sur 420 819 inscrits et 361 413 suffrages exprimés, la S.F.I.O. arrive en tête avec 137 506 voix et emporte trois sièges, les communistes, avec 120 540 voix, ont également trois sièges ; les deux derniers vont au M.R.P. qui regroupe 103 367 voix. Une fois son élection validée, Louis Beugniez est nommé membre de la Commission du travail et de la sécurité sociale et de la Commission de l'équipement national et de la production. Il est également désigné pour représenter la Commission du travail à la Commission supérieure des comités d'entreprise. Représentatif de la génération démocrate-chrétienne de la Libération, il se consacre aux questions sociales, présentant notamment plusieurs rapports au nom de la Commission du travail et de la sécurité sociale.

Pour les élections du 2 juin 1946, à la seconde Assemblée nationale Constituante, le M.R.P. présente la même liste. Mais, aux partis du tripartisme, viennent s'ajouter une liste de droite, de l'Union des républicains du nord et du Pas-de-Calais, et une liste du Rassemblement des gauches républicaines. Elles ne changent toutefois pas réellement le rapport des forces. Sur 420 828 inscrits et 371 411 suffrages exprimés, le P.C.F. arrive en tête, avec 122 suffrages et trois élus, la S.F.I.O., avec Guy Mollet, a 120 571 suffrages et trois élus, le M.R.P. avec 93 401, fait réélire Jules Catoire et Louis Beugniez. Ce dernier retrouve la Commission du travail et de la sécurité sociale. Les travaux sur les maladies professionnelles et les accidents du travail occupent entièrement son activité parlementaire. Présentant une proposition de loi sur ces sujets, le 4 octobre 1946, il précise ses convictions en ces termes : « J'ai pris soin que le nouveau texte réalise vraiment une révolution dans la loi. Il ne faut pas toujours dire qu'on est révolutionnaire, mais je pense que, quelquefois, il faut faire cette révolution dans nos textes ».

Aux élections législatives du 10 novembre 1946, dans la même deuxième circonscription du Pas-de-Calais, sur 425 735 inscrits et 369 892 suffrages exprimés, le M.R.P. perd plus de 20 000 voix, en ne rassemblant que 70 948 voix, alors que le P.C.F. progresse avec 131 605 voix et que la S.F.I.O. décline mais obtient 105 619 voix. L'apparition d'une Union gaulliste, qui s'allie à l'Union des républicains, et atteint 61 730 voix, explique l'affaiblissement du M.R.P. L'attribution d'un siège supplémentaire à pourvoir permet cependant au P.C.F. et à la S.F.I.O. de conserver chacun trois sièges, au M.R.P. deux sièges et à l'Union gaulliste d'emporter le neuvième siège.

Dans la nouvelle Assemblée, Louis Beugniez sera membre de plusieurs commissions : celles du travail et de la sécurité sociale, mais aussi celle du règlement et du suffrage universel et celle de la production industrielle. Le 29 janvier 1948, il est élu président de la Commission du travail et de la sécurité sociale. Il la représente, en outre, au sein de la Commission supérieure des comités d'entreprise. Le 24 février 1951, il est nommé membre de la Sous-commission chargée de suivre et d'apprécier la gestion des entreprises industrielles nationalisées et des sociétés d'économie mixte. Au cours de cette législature, il manifeste une importante activité législative ; il présente douze propositions de loi en matière sociale et plusieurs rapports au nom de la Commission du travail et de la Sécurité sociale. Ses interventions sont multiples et concernent tout particulièrement la situation sociale des mineurs, pour lesquels il demande, le 19 décembre 1950, une compensation interprofessionnelle en matière de prestations familiales : « Les enfants des mineurs, comme ceux des cheminots, des agents d'Electricité et Gaz de France, des travailleurs indépendants sont au même titre que les enfants des fonctionnaires et des assurés sociaux du commerce et de l'industrie, des petits Français, il n'y a pas deux sortes d'enfants ».

Le 17 juin 1951, Louis Beugniez figure toujours en deuxième position sur la liste du M.R.P. qui s'est apparentée avec la S.F.I.O. et l'U.D.S.R. Mais, sur 434 566 inscrits et 380 284 suffrages exprimés, les trois listes apparentées n'obtiennent que 41,2 % des voix. Sur les neuf sièges à pourvoir, le P.C.F. en obtient quatre avec 138 376 suffrages, soit 36,4 % du total, la S.F.I.O. en a trois avec 97 021 suffrages, soit 25,5 % ; le Rassemblement du Peuple Français, un, avec 63 546 voix, soit 16,7 % et le M.R.P. un également avec 48 139 voix, soit 12,7 % Louis Beugniez n'est donc pas réélu. Il demeure maire de Noyelles-Godault.

A nouveau deuxième de liste derrière Jules Catoire, il ne sera pas non plus réélu le 2 janvier 1956 pour les dernières élections législatives de la IVe République.


Retour haut de page