Christophe, César Bertholon

1818 - 1885

Informations générales
  • Né le 18 janvier 1818 à Lyon (Rhône-et-Loire - France)
  • Décédé le 6 janvier 1885 à Rochambon (Loire - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Deuxième République
Législature
Assemblée nationale constituante
Mandat
Du 23 avril 1848 au 26 mai 1849
Département
Isère
Groupe
Extrême gauche
Régime politique
Deuxième République
Législature
Assemblée nationale législative
Mandat
Du 13 mai 1849 au 2 décembre 1851
Département
Isère
Groupe
Extrême gauche
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
Ire législature
Mandat
Du 20 février 1876 au 25 juin 1877
Département
Loire
Groupe
Extrême-gauche
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
IIe législature
Mandat
Du 14 octobre 1877 au 14 octobre 1881
Département
Loire
Groupe
Extrême-gauche
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
IIIe législature
Mandat
Du 21 août 1881 au 6 janvier 1885
Département
Loire
Groupe
Gauche radicale

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Représentant du peuple aux Assemblées constituante et législative de 1848-1849, et député de 1876 à 1885, né à Lyon (Rhône), le 18 janvier 1808, mort à Rochambon (Loire), le 6 janvier 1885, après avoir fait fortune dans le commerce des soieries, il devint un des chefs de la démocratie lyonnaise.

Il organisa à Lyon après 1830, la Société des Droits de l'homme, fonda et rédigea le journal républicain le Censeur, et, cité comme témoin dans le procès d'avril (1835), répondit : « Ma place n'est pas ici, elle est au banc des accusés. » Il présida en 1840 un banquet patriotique de plus de six mille personnes, et se présenta aux élections législatives du 1er août 1846, dans le 3e collège électoral de l'Isère (Vienne), où il échoua avec 167 voix, contre 216 accordées au candidat ministériel, M. Lombard de Buffière, élu.

Bertholon entretint activement l'agitation des banquets réformistes, fut nommé sous-commissaire de la république à Vienne (Isère), et le 23 avril 1848, fut élu représentant du peuple dans l'Isère, le 5e sur 15, par 106,186 voix sur 136,486 votants et 159,723 inscrits. Il s'assit à extrême gauche, et vota avec ce groupe:

- pour le bannissement de la famille d'Orléans (28 mai 1848),
- contre la loi sur les attroupements (7 juin),
- contre la proposition Proudhon (31 juillet),
- contre les poursuites contre Louis Blanc et Caussidière (26 août),
- contre le rétablissement de la contrainte par corps (1er septembre),
- pour l'abolition de la peine de mort (18 septembre),
- pour l'amendement Grévy (7 octobre),
- pour les félicitations au général Cavaignac (25 novembre),
- pour le rejet d'une proposition d'amnistie générale (1er février 1849),
- pour la demande de mise en accusation du président et de ses ministres (11 mai).

Il s'était abstenu (2 novembre 1848) dans le scrutin sur le droit au travail.

Réélu à l'Assemblée législative, le 13 mai 1849, le 4e sur 12, par 71,682 voix sur 105,869 votants et 160,450 inscrits, il combattit la politique de l'Elysée, et fut du nombre des représentants qui tentèrent de soulever le peuple le 13 juin 1849; arrêté après le coup d'Etat du 2 décembre, il fut d'abord interné en Algérie, puis se retira en Angleterre, et ne rentra en France qu'à l'amnistie générale de 1859. Le 24 mai 1869, il se présenta comme candidat d'opposition dans la 1re circonscription de la Loire et n'échoua qu'à une très faible minorité, ayant obtenu 14 130 voix contre 14,830 données au candidat officiel, M. de Charpin-Feugerolles.

Nommé préfet de la Loire au 4 Septembre 1870, sur la demande du conseil municipal de Saint-Etienne, il maintint l'ordre avec fermeté, donna sa démission au moment de la signature de la paix, à laquelle il était opposé, se présenta comme candidat à Alger, le 17 février 1871, en même temps que Garibaldi, et n'obtint que 1,984 voix, tandis que Garibaldi, le moins favorisé des deux députés élus, réunit 10,680 suffrages.
Bertholon se mit à la tête d'un petit journal destiné aux campagnes : la République des paysans, et sollicita encore plusieurs fois en vain, les suffrages des électeurs d'Alger : le 11 juillet 1871, en remplacement de Garibaldi, démissionnaire, et de Gambetta qui avait opté pour un autre département; Bertholon eut 5,682 voix contre 6,371 à M. Vuillermoz, élu; le 20 octobre 1872, en remplacement de M. Vuillermoz, démissionnaire, il obtint 4,446 voix contre 5,552 à M. Crémieux, élu; le 20 février 1876, il réunit 2,544 voix contre 5,822 à M. Gastu, élu.

Mais, aux mêmes élections générales de février 1876, la 1re circonscription de Saint-Etienne l'envoya à la Chambre par 7,865 voix sur 14,598 votants et 31,286 inscrits, contre 5,181 données à M. Martin Bernard. Il siégea à l'extrême gauche, combattit le gouvernement du maréchal de Mac-Mahon, et, signataire de la protestation des 363, fut réélu, le 14 octobre 1877, par 15,067 voix sur 17,807 votants et 22,443 inscrits, contre M. Auguste Gérin, candidat officiel, qui n'eut que 2,596 voix. Il reprit sa place à la gauche avancée, et fut maintenu aux élections générales du 21 août 1881, par 9,625 voix sur 17,887 votants et 27,534 inscrits, contre MM. Amouroux (7,095 voix) et Epitalon (425). Il mourut avant la fin de la législature.


Retour haut de page