Jean-Baptiste Chavassieu

1814 - 1891

Informations générales
  • Né le 16 octobre 1814 à Montbrison (Loire - France)
  • Décédé le 21 février 1891 à Montbrison (Loire - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Assemblée Nationale
Législature
Mandat
Du 2 juillet 1871 au 7 mars 1876
Département
Loire
Groupe
Union républicaine
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
Ire législature
Mandat
Du 20 février 1876 au 25 juin 1877
Département
Loire
Groupe
Union républicaine
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
IIe législature
Mandat
Du 14 octobre 1877 au 21 janvier 1879
Département
Loire
Groupe
Union républicaine

Mandats au Sénat ou à la Chambre des pairs

Sénateur
du 5 janvier 1879 au 4 janvier 1888

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Fils de Laurent Chavassieu qui avait été représentant du peuple en 1848-1849, représentant à l'Assemblée nationale de 1871, député de 1876 à 1879, membre du Sénat de 1879 à 1888, né à Montbrison (Loire), le 16 octobre 1814, mort à Montbrison le 21 février 1891, il était propriétaire et maire de Montbrison quand il fut élu, le 2 juillet 1871, par 47,357 voix (75,080 votants, 143,055 inscrits) représentant de la Loire à l'Assemblée nationale : il remplaçait Thiers qui avait opté pour la Seine.

La même année (8 octobre) il devint conseiller général de son département. Il siégea au groupe de l'Union républicaine, et vota avec les républicains :

- le 22 juillet 1871, contre les pétitions des évêques ;
- le 30 août, contre le pouvoir constituant de l'Assemblée ;
- le 24 mai 1873, contre l'acceptation de la démission de Thiers;
- le 24 juin, contre l'arrêté relatif aux enterrements civils;
- les 19-20 novembre, contre le septennat;
- le 20 janvier 1874, contre la loi des maires;
- le 30 janvier 1875, pour l'amendement Wallon;
- le 21 février, pour l'amendement Pascal Duprat;
- le 25 février pour l'ensemble des lois constitutionnelles.

Il s'était abstenu sur la question du retour de l'Assemblée à Paris.

Candidat aux élections sénatoriales de la Loire, le 30 janvier 1876, il échoua, avec 188 voix contre 193 au dernier élu conservateur, M. Arbel, mais fut plus heureux, le 20 février de la même année aux élections de la Chambre des députés dans la 1re circonscription de Montbrison : il passa avec 7,939 voix (12,682 votants, 17,068 inscrits), contre 4,712 à M. Bouchetal-Laroche, ancien député bonapartiste. Il siégea à gauche et fut des 363.

Réélu comme tel, le 14 octobre 1877, avec 8,377 voix (13,234 votants, 17,301 inscrits), contre 4,850 à M. Bouchetal-Laroche, il s'associa de nouveau aux votes de la majorité républicaine, et se prononça notamment pour les invalidations d'un grand nombre de députés de la droite.

Le 5 janvier 1879, M. Chavassieu passa de la Chambre au Sénat, les électeurs sénatoriaux de la Loire lui ayant donné 268 suffrages sur 390 votants; il prit place dans la nouvelle majorité de gauche, vota avec elle l'article 7 et les lois Ferry sur l'enseignement, l'application des décrets aux congrégations, etc., soutint la politique opportuniste et les ministères qui furent chargés de l'appliquer, se prononça pour la réforme judiciaire et la suspension de l'inamovibilité, pour le rétablissement du divorce, pour l'expulsion des princes, pour l'adoption de la nouvelle loi militaire, etc. Il ne fut pas réélu au renouvellement triennal de 1888.


Retour haut de page