Claude, François, Philibert Tircuy de Corcelle

1802 - 1892

Informations générales
  • Né le 2 juin 1802 à Marcilly-d'azergues (Rhône-et-Loire - France)
  • Décédé le 3 septembre 1892 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
Ve législature
Mandat
Du 2 mars 1839 au 12 juin 1842
Département
Orne
Groupe
Opposition libérale
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
VIe législature
Mandat
Du 9 juillet 1842 au 6 juillet 1846
Département
Orne
Groupe
Opposition libérale
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
VIIe législature
Mandat
Du 1er août 1846 au 24 février 1848
Département
Orne
Groupe
Opposition libérale
Régime politique
Deuxième République
Législature
Assemblée nationale constituante
Mandat
Du 23 avril 1848 au 26 mai 1849
Département
Orne
Groupe
Droite
Régime politique
Deuxième République
Législature
Assemblée nationale législative
Mandat
Du 13 mai 1849 au 2 décembre 1851
Département
Orne
Groupe
Droite
Régime politique
Assemblée Nationale
Législature
Mandat
Du 8 février 1871 au 7 mars 1876
Département
Nord
Groupe
Union des Droites

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député de 1839 à 1848, représentant aux Assemblées constituante et législative de 1848-1849, représentant en 1871, né à Marcilly-d'Azergues (Rhône) le 2 juin 1802, fils de Claude Tircuy de Corcelle (1768-1843), député de 1819 à 1822 et de 1828 à 1834, Claude-François Tircuy de Corcelle fut élu, le 2 mars 1839, député du 2e collège électoral de l'Orne (Séez) par 130 voix sur 218 votants contre M. Clogenson, 88 voix.

Il prit place parmi les libéraux indépendants et catholiques, prit part aux discussions économiques et aux débats relatifs à l'Algérie qu'il avait visitée, et fut successivement réélu le 9 juillet 1842, à l'unanimité (190 voix sur 190 votants et 276 inscrits), et le 1er août 1846 par 225 voix sur 245 votants et 296 inscrits, contre 19 voix à M. Poriquet.

Le 23 avril 1848, le département de l'Orne l'élut représentant du peuple à l'Assemblée constituante, le 2e sur 11, par 89 564 voix (le procès-verbal d'élection ne mentionne ni le chiffre des votants ni celui des inscrits) ; il siégea à droite, fut membre du comité des finances, et vota :

- pour le cautionnement des journaux,
- pour les invalides des campagnes,
- contre le droit au travail,
- contre l'impôt progressif,
- contre l'amendement Grévy sur la présidence,
- pour le remplacement militaire,
- pour la proposition Rateau,
- contre la diminution de l'impôt du sel
- pour la suppression des clubs.

Il soutint le gouvernement du prince L. Napoléon et se montra très favorable à l'expédition de Rome.

Envoyé en mission à Rome par le prince président, il désavoua l'accord conclu par M. de Lesseps avec la république romaine et, après la prise de la ville, y réorganisa le gouvernement pontifical.

Réélu dans l'Orne à l'Assemblée législative, le 13 mai 1849, le 2e sur 9, par 60 669 voix sur 94 068 votants et 126 096 inscrits, il continua de siéger à droite, mais il se montra hostile à la politique du prince président, et rentra dans la vie privée au coup d'Etat de décembre 1851.

Il ne reparut au parlement qu'après la chute de l'Empire, ayant été élu, le 8 février 1871, représentant du Nord, le 14e sur 28, par 205 439 voix sur 262 927 votants et 326 440 inscrits. Il prit place à droite, et vota :

- pour la paix,
- pour les prières publiques,
- pour l'abrogation des lois d'exil,
- pour le pouvoir constituant de l'Assemblée,
- pour le septennat,
- pour le maintien de l'état de siège,
- contre le retour de l'Assemblée à Paris,
- contre la dissolution ;

il s'abstint sur la démission de Thiers.

Nommé, le 12 janvier 1873, ambassadeur près du Saint-Siège, il mena à bien la question délicate du retrait de l'Orénoque des eaux de Civitta-Vecchia (1874), et donna sa démission le 25 octobre 1876.


Retour haut de page