Armand, Pierre, Félix Deslongrais

1796 - 1849

Informations générales
  • Né le 13 août 1796 à Vire (Calvados - France)
  • Décédé le 23 mai 1849 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
IIe législature
Mandat
Du 1er février 1834 au 25 mai 1834
Département
Calvados
Groupe
Gauche
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
IIIe législature
Mandat
Du 21 juin 1834 au 3 octobre 1837
Département
Calvados
Groupe
Gauche
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
IVe législature
Mandat
Du 4 novembre 1837 au 2 février 1839
Département
Calvados
Groupe
Gauche
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
Ve législature
Mandat
Du 2 mars 1839 au 12 juin 1842
Département
Calvados
Groupe
Gauche
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
VIe législature
Mandat
Du 9 juillet 1842 au 6 juillet 1846
Département
Calvados
Groupe
Gauche
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
VIIe législature
Mandat
Du 1er août 1846 au 24 février 1848
Département
Calvados
Groupe
Gauche
Régime politique
Deuxième République
Législature
Assemblée nationale constituante
Mandat
Du 23 avril 1848 au 26 mai 1849
Département
Calvados
Groupe
Droite
Régime politique
Deuxième République
Législature
Assemblée nationale législative
Mandat
Du 13 mai 1849 au 23 mai 1849
Département
Calvados
Groupe
Droite

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député de 1834 à 1848, représentant en 1848 et en 1849, né à Vire (Calvados), le 13 août 1796, mort à Paris, le 23 mai 1849, il était fils d'un passementier.

Négociant en vins, et membre du tribunal de commerce de Vire sous la Restauration, il fut, en raison de ses opinions libérales, nommé adjoint au maire de Vire à la révolution de Juillet, et, peu après, conseiller général du département. Réélu conseiller municipal et renommé premier adjoint en 1831, il rentra également au conseil général en 1833 comme représentant du canton de Vire, et fut élu député, le 1er février 1834, dans le 6e collège électoral du Calvados (Vire), par 150 voix sur 297 votants et 442 inscrits, contre 145 voix à M. G. de Pontécoulant, en remplacement de M. Lenouvel, démissionnaire.

Il avait été élu comme conservateur, et il vota quelque temps dans ce sens, mais il ne tarda pas à passer à l'opposition de gauche. En souvenir de cette première élection, un biographe de 1848 disait de lui : « Tout le monde se rappelle l'avoir vu à cette époque : il avait de commun avec l'empereur Napoléon une redingote usée, de nuance grise; mais il se rapprochait entièrement de ses concitoyens, les habitants de l'excellente ville de Vire, par la forme peu prétentieuse de son vieux feutre. Le temps a quelque peu transformé ces accessoires, mais la figure du maire neustrien n'a guère changé. Aux derniers jours de l'ancien gouvernement, il semblait que sa place eût dû être plutôt en pleine et franche gauche que dans les régions brumeuses du centre. »

M. Deslongrais siégea sans interruption à la Chambre jusqu'à la fin du gouvernement de juillet, ayant été successivement réélu : le 21 juin 1834, par 190 voix sur 280 votants et 437 inscrits, contre 82 voix à M. Dubourg; le 4 novembre 1837, par 245 voix sur 323 votants et 520 inscrits; le 2 mars 1839, par 258 voix sur 315 votants et 525 inscrits; le 9 juillet 1842, par 260 voix sur 513 votants et 576 inscrits, contre 250 voix à M. de Pontécoulant; le 1er août 1846, par 428 voix sur 699 votants et 762 inscrits contre 266 voix à M. de Pontécoulant. Il vota notamment contre l'indemnité Pritchard, contre les députés fonctionnaires, contre la corruption politique, contre l'établissement des chemins de fer, et pour la proposition Vivien sur les annonces judiciaires.

Le 23 avril 1848, il fut élu représentant du Calvados à l'Assemblée constituante, le 1er sur 12, par 100,594 voix (les chiffres des votants et des inscrits ne figurent pas au procès-verbal). Il prit d'abord place à gauche, puis devint ensuite complètement conservateur monarchiste. Il fit partie du comité des finances et vota : pour le bannissement de la famille d'Orléans, pour la loi sur les attroupements, pour le décret sur les clubs, contre la proposition Proudhon, pour les poursuites contre Louis Blanc et Caussidière, contre l'abolition de la peine de mort, contre l'impôt progressif, contre l'amendement Grévy sur la présidence, contre le droit au travail, contre la réduction de l'impôt du sel, pour le renvoi des accusés du 15 mai devant la haute cour, contre l'amnistie générale, pour l'interdiction des clubs.

Réélu par le Calvados à l'Assemblée législative, le 13 mai 1849, le 7e sur 10, avec 59,620 voix sur 86,996 votants et 137,851 inscrits, il mourut dix jours après son élection.


Retour haut de page