Louis, René, Désiré Porion

1805 - 1858

Informations générales
  • Né le 1er août 1805 à Amiens (Somme - France)
  • Décédé le 9 janvier 1858 à Amiens (Somme - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Deuxième République
Législature
Assemblée nationale constituante
Mandat
Du 23 avril 1848 au 26 mai 1849
Département
Somme
Groupe
Droite
Régime politique
Deuxième République
Législature
Assemblée nationale législative
Mandat
Du 13 mai 1849 au 2 décembre 1851
Département
Somme
Groupe
Droite

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Représentant en 1848 et en 1849, né à Amiens (Somme) le 1er août 1805, mort à Amiens le 9 janvier 1858, « fils de Louis-Edme-Dominique Porion, négociant, et de Marie-Rosalie Robert », il étudia le droit à Paris, fut reçu avocat, et devint adjoint au maire d'Amiens sous Louis-Philippe.

En 1848, il fut placé à la tête de la commission municipale provisoire, fit fonction de maire, et réprima les désordres dont cette ville fut alors le théâtre. Elu, le 23 avril 1848, représentant de la Somme à l'Assemblée constituante, le 4e sur 14, par 136,677 voix, il siégea à droite et vota:

- pour les poursuites contre Louis Blanc et Caussidière,
- pour le rétablissement de la contrainte par corps,
- contre l'abolition de la peine de mort,
- contre l'amendement Grévy,
- contre le droit au travail,
- contre l'amnistie,
- pour les crédits de l'expédition de Rome,
- pour l'interdiction des clubs.

Le 14 mars 1849, il demanda un congé pour affaire municipale. Une voix cria : « Pour affaire électorale », et l'Assemblée refusa le congé. Il n'en fut pas moins réélu (13 mai 1849) à l'Assemblée législative, le 3e sur 13, par 86,421 voix (106,444 votants, 169,321 inscrits). Il appartint à la majorité, suivit les inspirations de Thiers et du groupe orléaniste, appuya l'expédition de Rome, la loi Falloux-Parieu sur l'enseignement, la loi restrictive du suffrage universel, et fut du nombre des représentants qui se réunirent à la mairie du Xe arrondissement pour protester contre le coup d'Etat de 1851. Il avait été décoré de la Légion d'honneur en 1849.

Conseiller général de la Somme de 1848 à 1852 et de 1855 à 1858, il se présenta, le 22 juin 1857, comme candidat indépendant au Corps législatif dans la 1re circonscription de la Somme, et échoua avec 8,236 voix contre 22,370 à l'élu officiel, M.Mallart.


Retour haut de page