4 août 1914 : la naissance de l'Union sacrée

Partager

1 partage(s)

Contenu de l'article

« Dans la guerre qui s'engage, la France aura pour elle le droit, dont les peuples, non plus que les individus, ne sauraient impunément méconnaître l'éternelle puissance morale.

Elle sera héroïquement défendue par tous ses fils, dont rien ne brisera devant l'ennemi l'union sacrée et qui sont aujourd'hui fraternellement assemblés dans une même indignation contre l'agresseur et dans une même foi patriotique. »

Raymond Poincaré, Président de la République, message aux assemblées du 4 août 1914

***

Dès la proclamation de l’état de siège sur l’ensemble du territoire le 2 août 1914, le président de la République, Raymond Poincaré, convoque le Parlement en session extraordinaire pour le 4 août.

Dans son message aux Chambres, lu par le président du Conseil René Viviani, Poincaré introduit le terme d’« Union sacrée », traduisant la nécessaire solidarité face à l’ennemi, qui va guider la politique des groupes parlementaires jusqu’à l’été 1917.

Les 18 projets de loi présentés par le gouvernement pour mettre le pays en état de guerre, hâtivement examinés par les commissions, sont adoptés sans débat, à l’unanimité à la Chambre comme au Sénat.

À la fin de la séance, les Chambres décident de s’ajourner sine die et s’en remettent au gouvernement pour la conduite de la guerre, permettant ainsi aux députés mobilisés de rejoindre leur affectation sous huit jours. La conviction d'une guerre courte – et victorieuse – explique largement cette décision. La session parlementaire reste théoriquement ouverte puisque l’état de siège l’exige.

Retour haut de page