La séance du 11 novembre 1918

Partager

1 partage(s)

Clemenceau : La foule attend Clemenceau devant la Chambre des députés

La foule attend Clemenceau devant la Chambre des députés

L'Assemblée et le public font au président du Conseil d'indescriptibles ovations

Avant même dix heures du matin, un nombreux public attendait sur le quai d'Orsay, aux grilles du Palais Bourbon. Jamais demandes de cartes n'avaient été plus nombreuses au dire du secrétariat de la Chambre et de la questure. Naturellement beaucoup attendirent en vain et furent obligés, à une heure et demie, à l'ouverture des portes, de demeurer hors des grilles faute de places.

Ce fut ainsi devant un hémicycle comble, devant des galeries et des tribunes bondées que, vers quatre heures, le président du Conseil fit son entrée, salué par des acclamations unanimes des députés comme du public et au milieu d'un enthousiasme indescriptible. Mais lorsque M. Clemenceau se dirigea vers la tribune, il fut littéralement porté par les députés parmi les acclamations qui redoublaient.

La lecture de l'armistice

Puis un grand calme se fit et ce fut au milieu d'un silence impressionnant que le président du Conseil, d'une voix ferme, donna lecture des conditions d'armistice.

A maintes reprises, tous les députés se levant d'un mouvement unanime, saluèrent par des applaudissements prolongés certaines clauses de la convention : cessation des hostilités, évacuation dans les quinze jours de la France, de la Belgique et de l'Alsace-Lorraine ; rapatriement des habitants des régions envahies ; évacuation de la rive gauche du Rhin et des pays du Rhin ; occupation par les alliés de Mayence, de Coblentz, de Cologne ; rapatriement des prisonniers sans réciprocité ; annulation des traités de Bucarest et de Brest-Litovsk ; réparation des dommages ; livraison de tous les sous-marins.

Quand le président du Conseil eut terminé sa lecture, des acclamations enthousiastes reprirent. Puis, M. Clemenceau ajouta d'une voix calme mais profondément émue :

M. Clemenceau :

« Je cherche vainement ce qu'en pareil moment, après cette lecture devant la Chambre des représentants de la France, je pourrais ajouter.
Je vous dirai seulement que dans un document allemand dont par conséquent, je n'ai pas à donner lecture à cette tribune, et qui contient une protestation contre les rigueurs de l'armistice, les plénipotentiaires de l'Allemagne reconnaissent que la discussion a été dans un grand esprit de conciliation.

Pour moi, cette lecture faite, je me reprocherais d'ajouter une parole, car, dans cette grande heure, solennelle et terrible, mon devoir est accompli.

Un mot seulement.

Au nom du peuple français, au nom du gouvernement de la République française, le salut de la France une et indivisible à l'Alsace et à la Lorraine retrouvées, (Les députés se lèvent. - Applaudissements enthousiastes.)

Et puis honneur à nos grands morts qui nous ont fait cette victoire ! (Longs applaudissements unanimes)

Nous pouvons dire qu'avant tout armistice, la France a été libérée par la puissance de ses armes (applaudissements prolongés), et quand nos vivants, de retour sur nos boulevards, passeront devant nous, en marche vers l'Arc de Triomphe, nous les acclamerons.

Qu'ils soient salués d'avance pour la grande oeuvre de reconstruction sociale. (Vifs applaudissements)

Grâce à eux, la France, hier soldat de Dieu, aujourd'hui soldat de l'humanité, sera toujours le soldat de l'idéal. »

Lentement, le président du Conseil descend alors de la tribune ; des acclamations éclatent de toutes parts, dans les tribunes du public comme sur tous les bancs de la Chambre. Des mains se tendent vers lui, et l'un des députés, M. Lazare Weiller, s'écrie au milieu des applaudissements :
« Au nom des deux seuls Alsaciens et de mes chers collègues lorrains de cette Chambre, ma poitrine gonflée de joie a besoin de crier ; Vive Clemenceau ! »

M. Deschanel :

M. Deschanel, du haut du fauteuil présidentiel, prononce les paroles suivantes :

« La voilà donc enfin l'heure bénie pour laquelle nous vivions depuis quarante-sept ans ! - quarante-sept ans pendant lesquels n'a cessé de retentir en nos âmes le cri de douleur et de révolte de Gambetta, de Jules Grosjean et des députés d'Alsace-Lorraine, celui de Victor Hugo, d'Edgard Quinet et de Georges Clemenceau (Applaudissements prolongés.), quarante-sept ans pendant lesquels l'Alsace bâillonnée n'a cessé de crier vers la France ! Un demi-siècle ! Et demain nous serons à Strasbourg et à Metz ! Nulle parole humaine ne peut égaler ce bonheur ! (Vifs applaudissements.)

Provinces encore plus tendrement aimées parce que vous fûtes plus misérables, chair de notre chair, grâce, force et honneur de notre patrie, un barbare ennemi voulait faire de vous le signe de sa conquête ; non ! vous êtes le gage sacré de notre unité nationale et de notre unité morale, car toute notre histoire resplendit en vous ! C'est toute la France, de tous les temps, notre ancienne France comme celle de la Révolution et de la République triomphante, qui respectueuse de vos traditions, de vos coutumes, de vos libertés, de vos croyances, vous rapporte toute sa gloire !
Et maintenant, Français, inclinons-nous pieusement devant les artisans magnifiques du grand oeuvre de justice, ceux de 1870 et ceux de 1914. Ceux de 1870 sauvèrent - non l'honneur, certes l'honneur était sauf, j'en atteste les mânes des héros de Reichshoffen, de Gravelotte, de Saint-Privat, de Beaumont, Beaumont où les fils des compagnons de Lafayette viennent de venger Sedan - mais ils sauvèrent l'avenir. Leur résistance a préparé nos victoires.

Et vous, combattants sublimes de la grande guerre, votre courage surhumain a fait de l'Alsace-Lorraine, aux yeux de l'Univers, la personnification même du droit ; le retour de nos frères exilés n'est pas seulement la revanche nationale, c'est l'apaisement de la conscience humaine et le présage d'un ordre plus haut ! »

Les députés, qui se sont levés à plusieurs reprises, applaudissent chaleureusement les paroles de leur président.

Un hommage aux députés alsaciens-lorrains

Un incident émotionnant se produit alors.

A la demande d'un député, l'abbé Wetterlé, député de Colmar, et M. Georges Weil, député de Metz, qui se trouvent dans une des galeries du public, s'avancent au premier rang et sont acclamés par l'Assemblée.

C'est sur cette manifestation que la séance est suspendue.

Tous les députés se lèvent alors et chantent La Marseillaise, tandis que des tribunes de la presse et du public partent des salves d'applaudissements.

La Chambre vote un vote un hommage national aux artisans de la victoire

Au début de la reprise de la séance, M. Deschanel annonce à ses collègues émus qu'à Coblentz la foule a délivré M. Inghels, député du Nord, que les Allemands avaient jeté en prison.

Puis, la Chambre commence la discussion de la proposition de loi votée l'autre jour par le Sénat et destinée « à rendre un hommage national aux armées, au président du Conseil Georges Clemenceau et au maréchal Foch. »

Au nom de la commission de l'armée, dont il est président, M. René Renoult demande à la Chambre de voter sans modification cette proposition :

« La présente proposition revêt un caractère symbolique. A côté de l'hommage personnel que, répondant au sentiment unanime du pays, le texte propose de décerner au citoyen Georges Clemenceau, président du Conseil, qui a incarné à l'heure suprême les espérances indomptées et la volonté de vaincre de la nation entière, à côté aussi de l'hommage qu'appellent si justement l'incomparable maîtrise, la haute science militaire, la netteté et l'énergie des conceptions stratégiques du maréchal Foch, qui a libéré le territoire, le texte glorifie les armées et leurs chefs, ainsi que le gouvernement de la République.

Qu'est-ce à dire ? C'est que cet hommage va d'abord à tous ceux qui ont été les artisans de la grande victoire du monde sur l'impérialisme détestable et sur l'hégémonie militaire. (Vifs applaudissements.)

Cet hommage va encore à tous les combattants de nos armées de terre et de mer, à ces héros admirables, auxquels on ne peut songer sans que les larmes montent aux yeux, et auxquels nous avons le grand devoir de préparer une patrie plus maternelle, plus douce et plus souriante encore. (Applaudissements répétés. MM. les députés se lèvent.) »

Hommage à la République

Les députés se lèvent et s'associent à cet hommage par leurs applaudissements. Puis M. René Renoult salue tous « les autres grands artisans de la grande victoire », le peuple français, tous les combattants, « ces héros admirables », « la magnifique pléiade de nos chefs militaires » le gouvernement de la République elle-même. L'affichage de ce discours est ordonné.

La Chambre acclame le Président Wilson

Au nom de ses amis, M. Alexandre Varenne vient d'apporter son adhésion à la proposition du Sénat dont il votera, dit-il, le texte sans modification. Et en ces termes émus, il fait appel à l'union en une heure si belle.

Cet appel n'est pas entendu des députés socialistes. Tour à tour, MM. Ernest Lafont, Renaudel, Bracke s'efforcent de faire voter un contre-projet qui ne recueille que 63 voix : une manoeuvre pour essayer de jeter la désunion dans la Chambre à l'aide du nom de notre grand et loyal ami des États-Unis, le Président Wilson, ne réussit pas mieux. Par la voix de son président et du président de la commission de l'armée, la Chambre rend un éclatant hommage au président des États-Unis, puis à l'unanimité de 435 voix, elle vote l'ensemble du projet, tel que l'avait rédigé le Sénat.
 

Retour haut de page