Pierre, François, Félix de Saint-Priest

1801 - 1851

Informations générales
  • Né le 13 janvier 1801 à Bretenoux (Lot - France)
  • Décédé le 12 janvier 1851 à Saint-céré (Lot - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
VIe législature
Mandat
Du 9 juillet 1842 au 6 juillet 1846
Département
Lot
Groupe
Opposition dynastique
Régime politique
Deuxième République
Législature
Assemblée nationale constituante
Mandat
Du 23 avril 1848 au 26 mai 1849
Département
Lot
Groupe
Droite
Régime politique
Deuxième République
Législature
Assemblée nationale législative
Mandat
Du 13 mai 1849 au 12 janvier 1851
Département
Lot
Groupe
Droite

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député de 1842 à 1846, représentant en 1848 et en 1849, né à Bretenoux (Lot) le 13 janvier 1801, mort à Saint-Céré (Lot) le 12 juin 1851, il fut reçu avocat à Toulouse.

Elu (1840) membre du conseil général du Lot, il se présenta, le 9 juillet 1842, à la députation, et fut élu député du 5e collège du Lot (Martel), par 132 voix (254 votants, 293 inscrits), contre 89 à M. Deltheil, député sortant. Il siégea dans l'opposition dynastique, présenta plusieurs projets de loi relatifs à l'embrigadement des gardes champêtres, à la conversion des rentes, à la réduction de la taxe des lettres, au remboursement des rentes cinq pour cent, et échoua, grâce aux efforts de l'administration, le 1er avril 1846, avec 173 voix contre 180 à l'élu M. Calmon fils.

Il rentra dans la politique après la révolution de février avec l'appui du parti conservateur : élu représentant du Lot à l'Assemblée constituante (23 avril 1848), le 4e sur 7, par 38,560 voix, il fit partie du comité des finances, et opina avec la droite:

- pour le rétablissement du cautionnement et de la contrainte par corps,
- pour les poursuites contre Louis Blanc et Caussidière,
- contre l'abolition de la peine de mort,
- contre l'amendement Grévy,
- contre le droit au travail,
- pour l'ordre du jour en l'honneur de Cavaignac,
- pour la proposition Rateau,
- pour l'interdiction des clubs.

Réélu, le 13 mai 1849, représentant du Lot à l'Assemblée législative, le 2e sur 6, par 35,572 voix (65,958 votants, 90,046 inscrits), M. de Saint-Priest appartint au comité de la rue de Poitiers, soutint de ses votes la politique de la majorité, proposa l'érection d'un monument à Mgr Affre, la création d'un ministère général de l'agriculture, la révision de la loi de 1807 sur l'usure, et réclama avec une nouvelle insistance la réforme postale. Il mourut pendant la législature.

On a de lui quelques brochures politiques: la Conversion des rentes (1843); la Taxe des lettres (1844); la Question des deux Chambres (1845).


Retour haut de page