Régis, Auguste, Casimir Demézange

1800 - 1883

Informations générales
  • Né le 20 juillet 1800 à Mortain (Manche - France)
  • Décédé le 16 mars 1883 à Mortain (Manche - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Deuxième République
Législature
Assemblée nationale constituante
Mandat
Du 23 avril 1848 au 26 mai 1849
Département
Manche
Groupe
Républicain modéré

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Représentant en 1848, né à Mortain (Manche), le 20 juillet 1800, mort à Mortain le 16 mars 1883, il s'établit avocat à Mortain en 1825, et s'y fit remarquer par ses opinions radicales.

A la révolution de Juillet, il entra dans la magistrature, fut nommé (1830) procureur du roi près le tribunal civil de Mortain, puis président du même tribunal en 1835. Conseiller général du canton de Mortain depuis 1842, il se présenta, le 9 juillet de la même année, comme candidat d'opposition dans le 7e collège de la Manche (Mortain), mais il n'obtint que 121 voix contre 144 données au député sortant, M. Le grand, alors sous-secrétaire d'Etat aux travaux publics. Il posa de nouveau sa candidature le 1er août 1846, mais il échoua encore avec 83 voix contre 238 à M. Le grand et 35 à M. Achard de Bonvouloir.

Il entra au parlement après la révolution de Février : le 23 avril 1848, le département de la Manche l'élut représentant du peuple à l'Assemblée constituante, le 6e sur 15, avec 100,938 voix. Il siégea parmi les républicains de la nuance du National, fit partie du comité de la justice, et vota :

- pour le bannissement de la famille d'Orléans,
- pour la loi sur les attroupements,
- contre la proposition Proudhon,
- pour les poursuites contre Louis Blanc et Caussidière (affaire du 15 mai),
- contre les poursuites contre Caussidière (affaire du 23 juin),
- contre l'abolition de la peine de mort,
- contre l'impôt progressif,
- contre l'amendement Grévy sur la présidence,
- contre le droit au travail,
- pour les félicitations en l'honneur de Cavaignac,
- pour la suppression complète de l'impôt du sel,
- pour le renvoi des accusés du 15 mai devant la Haute-Cour,
- contre l'amnistie générale,
- pour le blâme de la dépêche Léon Faucher.

M. Demézange ne fit pas partie de l'Assemblée législative. Le 30 janvier 1876, il se porta comme candidat républicain aux élections sénatoriales de la Manche; mais il échoua avec 294 voix sur 757 votants.

Date de mise à jour: janvier 2016


Retour haut de page