Etienne, Frédéric, Auguste Portalis

1804 - 1846

Informations générales
  • Né le 13 avril 1804 à Berlin (Allemagne)
  • Décédé le 29 août 1846 à Passy (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
IIIe législature
Mandat
Du 10 janvier 1835 au 3 octobre 1837
Département
Var
Groupe
Centre droit
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
VIIe législature
Mandat
Du 1er août 1846 au 29 août 1846
Département
Var

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député de 1835 à 1837, et en 1846, fils du comte Joseph-Marie Portalis (1778-1856), pair en 1819, ministre de la Justice en 1828 et des Affaires étrangères en 1829, premier président de la Cour de cassation de 1829 à 1852, puis sénateur en 1852, Etienne Frédéric Auguste Portalis, né à Berlin (Prusse) le 13 avril 1804, mort à Passy (Seine) le 29 août 1846, étudia le droit et se fit recevoir avocat. Il plaida quelque temps avec talent, puis il entra dans la magistrature.

Elu, le 10 janvier 1835, député du 2e collège du Var (Toulon), par 125 voix (217 votants, 283 inscrits), contre 89 à M. de Pontevès, il siégea au centre droit, vota avec la majorité conservatrice, ne fut pas réélu en 1837, échoua encore le 2 mars 1839, avec 111 voix contre 162 à l'élu, M. Denis, puis, le 9 juillet 1842, avec 43 voix contre 175 au député sortant, M. Denis, et 96 à M. Sala.

Il ne regagna son siège que le 1er août 1846, avec 184 voix (357 votants, 423 inscrits), contre 132 à M. Denis, mais il mourut presque aussitôt (29 août 1846).

Il était juge au tribunal de première instance de la Seine.

On lui doit une édition des Discours et rapports de son grand-père.