Anthelme Ferrand

1758 - 1834

Informations générales
  • Né le 28 août 1758 à Arandas (Ain - France)
  • Décédé le 18 août 1834 à Belley (Ain - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Révolution
Législature
Convention nationale
Mandat
Du 18 août 1793 au 26 octobre 1795
Département
Ain
Groupe
Modérés
Régime politique
Révolution
Législature
Conseil des Cinq-Cents
Mandat
Du 15 octobre 1795 au 20 mai 1797
Département
Ain
Groupe
Modérés

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Membre de la Convention et député au Conseil des Cinq-Cents, né à Indrieux, commune d'Arandas (Ain), le 28 août 1758, mort à Belley (Ain) le 18 août 1834, Anthelme Ferrand était homme de loi dans cette ville avant la Révolution.

Nommé, en 1790, juge au tribunal d'Ambérieux, il fut élu, le 7 septembre 1792, par 207 voix sur 363 votants, premier député suppléant de l'Ain à la Convention, où il fut admis à siéger le 18 août 1793, en remplacement de Mollet, démissionnaire pour raison de santé.

Lorsqu'il fut question, la même année, d'établir la loi sur le maximum, il combattit le projet de taxer les grains. En l'an III, il se prononça pour que le nombre des membres de la Convention fut réduit par les assemblées électorales.

Passé au Conseil des Cinq-Cents, le 23 vendémiaire an IV, il demanda que le dernier quart des biens nationaux vendus fût payé au cours des assignats et que les biens non vendus la fussent à l'enchère.

À l'occasion des troubles réactionnaires qui éclatèrent à Lyon en 1796, il prit la défense des Compagnies de Jésus et du Soleil, auxquelles on les attribuait.

Anthelme Ferrand sortit en mai 1797 du Conseil des Cinq-Cents.

Juge au tribunal de l'Ain, puis président du tribunal civil de Belley (19 germinal an VIII), il conserva ce dernier emploi jusqu'à l'âge de sa retraite.