Armand, Joseph Brault

1888 - 1960

Informations générales
  • Né le 25 octobre 1888 à Hermes (Oise - France)
  • Décédé le 6 octobre 1960 à Hermes (Oise - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Gouvernement provisoire de la République française
Législature
2e Assemblée nationale constituante
Mandat
Du 2 juin 1946 au 27 novembre 1946
Département
Oise
Groupe
Communiste
Régime politique
Quatrième République - Assemblée nationale
Législature
Ire législature
Mandat
Du 10 novembre 1946 au 4 juillet 1951
Département
Oise
Groupe
Communiste
Régime politique
Quatrième République - Assemblée nationale
Législature
IIe législature
Mandat
Du 17 juin 1951 au 1er décembre 1955
Département
Oise
Groupe
Communiste

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1940 à 1958 (La documentation française)



Né le 25 octobre 1888 à Hermes (Oise) Décédé le 6 octobre 1960 à Hermes (Oise)

Membre de la seconde Assemblée nationale Constituante (Oise)

Député de l'Oise de 1946 à 1955

Né dans une famille ouvrière de l'Oise, Armand Brault, après l'école primaire, apprend le métier de tourneur sur bois. Il commence jeune dans l'action militante. A vingt ans, il est membre du Parti socialiste S.F.I.O. et anime aussi le syndicat des ouvriers du bois de la région.

Mobilisé en août 1914, il accomplit une guerre courageuse. Fait prisonnier en 1917, il s'évade et termine la guerre au front. Il obtient la Croix de guerre et deux citations à l'ordre du régiment.

Démobilisé, il reprend son métier et ses activités militantes. Après le congrès de Tours, il s'inscrit au Parti communiste. En 1926, il est délégué au congrès de Lille. En 1928, il est présenté comme candidat communiste aux élections législatives. En mars 1929, il fait partie des 119 délégués de la conférence communiste de la région parisienne qui ont été interpellés par la police. En 1931, le Comité central le charge d'organiser la nouvelle région englobant les départements de l'Oise et la Somme. Armand Brault se montre particulièrement actif. Il orchestre le lancement d'un hebdomadaire pour la région picarde. Le Travailleur de Somme et Oise. Il est de nouveau candidat aux élections législatives de 1932 et 1936 dans le département de l'Oise, sans plus de succès qu'en 1928.

En janvier 1937, le Comité central le nomme Secrétaire permanent de la région, poste qu'il conserve jusqu'à la dissolution officielle du Parti communiste en septembre 1939.

Armand Brault est arrêté en mars 1940. Il est d'abord interné en métropole, puis déporté en Algérie par les autorités de Vichy. Interné au camp de Bossuet, il est libéré par le débarquement allié de novembre 1942. Il regagne la métropole en octobre 1944.

Revenu dans l'Oise, élu conseiller municipal de Beauvais, il est présenté par le Parti communiste en troisième position sur sa liste aux élections du 21 octobre 1945 à la première Assemblée nationale Constituante. Pour cinq sièges à pourvoir dans ce département, sur 228 443 électeurs inscrits et 187 474 suffrages exprimés, la liste communiste arrive en tête avec 57 290 voix, mais n'a que deux élus. Le 2 juin 1946, pour les élections à la seconde Assemblée nationale Constituante, Armand Brault figure en deuxième position sur la liste communiste. Sur 229 380 électeurs inscrits et 193 293 suffrages exprimés, le P.C.F. obtient 59 549 voix et a deux élus, les trois autres sièges vont respectivement au Parti républicain de la liberté, avec 44 709 voix, à la S.F.I.O., avec 38 120 voix, enfin, au Mouvement républicain populaire, avec 29 626 suffrages. Armand Brault est nommé membre de la Commission du travail et de la Sécurité sociale.

Le 10 novembre 1946, pour les élections à la première Assemblée législative, cinq listes se disputent les cinq sièges à pourvoir. Sur 232 275 électeurs inscrits et 187 310 suffrages exprimés, la liste du Parti communiste, où Armand Brault figure toujours en deuxième position, obtient son meilleur résultat depuis la Libération avec 64 288 voix mais n'emporte toujours que deux sièges. La droite, avec le Rassemblement des républicains de l'Oise, regroupe 47 834 voix et a un élu. La S.F.I.O., avec 31 397 voix et le M.R.P. avec 29 983 ont chacun un siège.

En décembre, Armand Brault est de nouveau nommé membre de la Commission du travail et de la Sécurité sociale. En janvier 1947, il est membre de la Commission du ravitaillement, en février de celle de la reconstruction et des dommages de guerre, enfin en janvier 1948, il est membre de la Commission de la presse. Pendant cette législature, il dépose plusieurs propositions de résolution qui, pour l'essentiel, portent sur des aides pour son département. En octobre 1947, il est réélu conseiller municipal de Beauvais.

Les élections législatives du 17 juin 1951 se font au scrutin majoritaire à un tour avec apparentement. Mais, sur 231 501 inscrits et 190 842 suffrages exprimés dans le département de l'Oise, aucun groupement de listes apparentées n'obtient la majorité absolue. les cinq sièges sont répartis à la proportionnelle. Le Rassemblement du peuple français devance, avec 65 670 voix et trois sièges, le Parti communiste qui ne compte que 58 851 voix et a deux élus, les deux députés sortants.

Armand Brault est à nouveau nommé membre de la Commission de la reconstruction et des dommages de guerre. Son activité parlementaire a principalement trait aux questions sociales, notamment les problèmes du logement, de loyers, de la construction, et de l'urbanisme. En 1953, il est élu maire de Hermes, sa commune natale. En janvier 1956, il renonce à se représenter aux élections législatives pour des raisons de santé.


Retour haut de page