Jacques, François, Augustin Bourgois

1741 - 1812

Informations générales
  • Né le 27 août 1741 à Lafresnoye (Somme - France)
  • Décédé le 16 juillet 1812 à Aumale (Seine-Maritime - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Révolution
Législature
Convention nationale
Mandat
Du 12 septembre 1792 au 26 octobre 1795
Département
Seine-Inférieure
Groupe
Modérés
Régime politique
Consulat et Premier Empire
Législature
Corps législatif
Mandat
Du 25 décembre 1799 au 1er juillet 1805
Département
Seine-Inférieure
Groupe
Bonapartiste

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Membre de la Convention, député, au Conseil des Anciens et au Corps législatif en l'an VIII, né à Lafresnoye (Somme) le 27 août 1741, mort à Aumale (Seine-Inférieure), le 16 juillet 1812.

On le retrouve avocat en parlement « ès sièges et juridiction d'Aumale » où il s'est établi, dès 1772. Par son mariage, cette année-là, avec Marie Antoinette Charlotte Lenglier, il devenait le beau-frère de Charles Lenglier qui sera député aux Etats-Généraux.

Elu, le 12 septembre 1792, par le département de la Seine-Inférieure, membre de la Convention, il vota « pour la détention de Louis XVI pendant la guerre et pour la déportation ensuite », siégea parmi les plus modérés, et prit la parole le 23 germinal an III, en faveur de Delahaye, son collègue de la Seine-Inférieure, accusé par Laurent Lecointre d'avoir « contracté l'engagement de porter les armes avec les Chouans contre sa patrie. » Merlin (de Douai) ayant exprimé l'avis que l'accusation était dénuée de preuves, Bourgois intervint pour affirmer qu'il y avait confusion et que le vrai coupable était un « ci-devant gentilhomme des environs de Rennes, émigré et rentré sur le territoire de la République. »

Bourgois fit partie du Conseil des Anciens. Son département l'y députa le 23 vendémiaire an IV, par 375 voix, et lui renouvela ce mandat le 24 germinal an VI.

Il se montra partisan du coup d'Etat de brumaire, et fut désigné le 4 nivôse an VIII, comme député de la Seine-Inférieure au Corps législatif, où il siégea jusqu'en 1805.

Date de mise à jour: novembre 2014