Mariette Brion Née Drillon

1908 - 1994

Informations générales
  • Né le 6 avril 1908 à Gy-l'evêque (Yonne - France)
  • Décédé le 10 avril 1994 à Roullet-Saint-Estèphe (Charente - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Gouvernement provisoire de la République française
Législature
2e Assemblée nationale constituante
Mandat
Du 2 juin 1946 au 27 novembre 1946
Département
Charente
Groupe
Communiste

Mandats au Sénat ou à la Chambre des pairs

Sénateur
du 1er janvier 1946 au 1er janvier 1948

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1940 à 1958 (La documentation française)



née le 6 avril 1908 à Gy-l'Evêque (Yonne)

Membre de la seconde Assemblée Nationale Constituante (Charente)

Conseiller de la République de la Charente de 1946 à 1948

Mariette Brion est candidate en quatrième position sur la liste communiste qui se présente dans la Charente le 21 octobre 1945 à la première Constituante. Avec 36 517 suffrages sur 153 282 exprimés, cette liste a un élu.

Lors des élections du 2 juin 1946 à la seconde Constituante, Mariette Brion, qui est entre-temps devenue conseiller général du canton de Ruffec et vice-présidente du conseil général de la Charente, est à nouveau candidate, cette fois en deuxième position sur la liste communiste.

Avec 45 573 suffrages sur 156 879 exprimés, cette liste a deux élus, dont Mariette Brion, qui est élue à la plus forte moyenne.

Elle est ensuite élue au Conseil de la République le 8 décembre 1946, toujours dans la Charente ; elle recueille alors 271 suffrages sur 726 exprimés.

Membre du groupe communiste, elle siège en 1947 aux Commissions de ravitaillement, et du travail. Elle prend alors part aux discussions sur le budget du travail, et sur le plan de congélation de la viande.

En 1948, elle quitte la Commission du travail pour celle des affaires économiques. Elle intervient alors sur plusieurs textes fiscaux et sur des textes agricoles : taxe sur les viandes fraîches, stabilisation des prix des baux à ferme, politique céréalière, augmentation de la ration du pain. Elle s'exprime également sur le redressement économique et financier.

Candidate en première position de la liste communiste aux élections du 7 novembre 1948, elle recueille au premier tour 122 voix sur 955 suffrages exprimés et, au deuxième tour, 116 voix sur 963 suffrages exprimés, ce qui ne lui permet pas d'être reconduite dans son mandat.



Retour haut de page