Louis Brunet

1899 - 1987

Informations générales
  • Né le 12 février 1899 à Sfax (Tunisie)
  • Décédé le 14 juin 1987 à Saint-amand-montrond (Cher - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Gouvernement provisoire de la République française
Législature
Ire Assemblée nationale constituante
Mandat
Du 21 octobre 1945 au 10 juin 1946
Département
Citoyens français de Tunisie
Groupe
Résistance démocratique et socialiste
Régime politique
Gouvernement provisoire de la République française
Législature
2e Assemblée nationale constituante
Mandat
Du 2 juin 1946 au 27 novembre 1946
Département
Citoyens français de Tunisie
Groupe
Démocratique et socialiste de la Résistance

Mandats au Sénat ou à la Chambre des pairs

Sénateur
du 1er janvier 1947 au 1er janvier 1952

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1940 à 1958 (La documentation française)



Né le 12 février 1899 à Sfax (Tunisie)

Décédé le 14 juin 1987 à Saint-Amand-Montrond (Cher)

Membre de la première et de la seconde Assemblée nationale Constituante (Tunisie)

Conseiller de la République, puis Sénateur, élu par l'Assemblée nationale, représentant les citoyens français de Tunisie (1947-1952)

Louis Brunet gère une exploitation agricole à Sfax, sa ville natale, lorsque survient la guerre. Il participe alors activement à la résistance à l'ennemi, ce qui lui vaut d'être déporté en Allemagne, au camp d'Oranienburg le 31 mars 1943.

A son retour en Tunisie, il siège à l'Assemblée consultative provisoire, puis est élu député de la Tunisie aux deux Constituantes.

Le 21 octobre 1945, il est membre de la liste de Rassemblement français d'action républicaine, démocratique et sociale qui, avec 27 429 suffrages sur 50 654 exprimés, remporte les deux sièges à pourvoir ; les deux députés sortants sont reconduits le 2 juin 1946, avec 26 916 suffrages sur 47 398 exprimés.

Le 14 janvier 1947, il est élu par l'Assemblée nationale pour représenter au Conseil de la République les citoyens français de Tunisie : il remporte alors 345 voix sur 504 suffrages exprimés. Il est réélu le 7 novembre 1948, avec l'étiquette RGR, par 42 voix sur 62 suffrages exprimés.

Il est membre du groupe du RGR du Conseil de la République, et siège aux Commissions du ravitaillement, de la reconstruction et des dommages de guerre, et de la marine.

Il n'intervient pas en séance publique, mais dépose en janvier 1948 une proposition de loi complétant la loi du 28 octobre 1946 sur les dommages de guerre.

Il n'est pas candidat en 1952, et reprend alors la gestion de son domaine agricole en Tunisie, jusqu'à ce que la crise de Bizerte le contraigne à regagner la France en 1961.

Il était officier de la Légion d'honneur, Croix des volontaires de la Résistance, et titulaire de la Médaille des déportés résistants.



Retour haut de page