Claude, Charles Prost

1742 - 1804

Informations générales
  • Né le 10 octobre 1742 à Dôle (Jura - France)
  • Décédé le 10 novembre 1804 à Dôle (Jura - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Révolution
Législature
Convention nationale
Mandat
Du 25 septembre 1792 au 26 octobre 1795
Département
Jura
Groupe
Montagne
Régime politique
Révolution
Législature
Conseil des Cinq-Cents
Mandat
Du 15 octobre 1795 au 20 mai 1797
Département
Alpes-Maritimes

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

membre de la Convention, député au Conseil des Cinq Cents, né à Dôle (Jura) le 10 octobre 1742, mort à Dôle le 10 décembre 1804, étudia le droit et se fit recevoir, le 8 janvier 1768, avocat au parlement de Besançon. Il adopta les Principes de la Révolution, devint juge de paix de Dôle, et fut élu, le 25 septembre 1792, député du Jura à la Convention, le 4e sur 7, « à la pluralité des voix » sur 449 votants. Il prit place à la Montagne et, dans le procès du roi, s'exprima en ces termes: « N'ayant jamais appris à transiger avec les rois, la vote pour la mort. » Il remplit, en mai 1794, une mission dans son pays natal avec Lejeune (Voy. ce nom) qu'il dénonça après thermidor, mais qui le fit rappeler, et, à son retour, le fit dénoncer aux Jacobins, dont il faisait partie, « comme ayant favorisé à Dôle une société d'aristocrates et de muscadins. » Robespierre prit sa défense au club, dans la séance du 1er thermidor an II, et déclara que le citoyen Prost ne « portait pas le caractère d'un conspirateur et d'un chef de parti. » Le 23 vendémiaire an IV, Prost fut élu député au Conseil des Cinq Cents par le département des Alpes-Maritimes, avec 76 voix sur 79 votants. Après la session, il remplit les fonctions de juge des eaux et forêts, puis fut nommé président du tribunal de première instance de Dôle, fonctions qu'il remplit jusqu'à, sa mort.