Marie, Philippe, Onuphre, Désiré, Louis Leroux du Chatelet

1763 - 1834

Informations générales
  • Né le 26 janvier 1763 à Arras (Pas-de-Calais - France)
  • Décédé le 19 octobre 1834 à Roeux (Pas-de-Calais - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Seconde Restauration - Chambre des députés des départements
Législature
Ire législature
Mandat
Du 22 août 1815 au 5 septembre 1816
Département
Pas-de-Calais
Groupe
Majorité ministérielle
Régime politique
Seconde Restauration - Chambre des députés des départements
Législature
IIe législature
Mandat
Du 10 octobre 1821 au 24 décembre 1823
Département
Pas-de-Calais
Groupe
Majorité ministérielle
Régime politique
Seconde Restauration - Chambre des députés des départements
Législature
IIIe législature
Mandat
Du 25 février 1824 au 5 novembre 1827
Département
Pas-de-Calais
Groupe
Majorité ministérielle

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député de 1815 à 1816 et de 1821 à 1827, né à Arras (Pas-de-Calais) le 26 janvier 1763 « en légitime mariage de Monsieur Etienne Guislain Stanislas Leroux écuier, seigneur du Châtelet, conseiller secrétaire du Roi, maison Couronne de France, contrôleur en la Chancellerie près le Conseil provincial et supérieur d'Artois et de Dame Marie Jeanne Antoinette Florence Leroux », mort à Roeux (Pas-de-Calais) le 19 octobre 1834, il appartenait à une famille de magistrats.

Il fit ses études au collège de Navarre à Paris, et fut appelé, en 1788, au conseil supérieur d'Artois en qualité de conseiller et à la chancellerie de ce même conseil en qualité de garde des sceaux.

Devenu, au début de la Révolution, officier municipal d'Arras, il donna sa démission au bout de neuf mois, et fut emprisonné en 1793, comme suspect et frère d'émigré. Très attaché lui-même à la cause de l'ancien régime, il se prononça, en 1814, contre Napoléon, remplit, à la première Restauration, les fonctions de sous-préfet d'Arras par intérim, et protesta, pendant les Cent-jours, contre l'Acte additionnel.

Le 22 août 1815, il fut élu, par 121 voix (223 votants, 303 inscrits) député du Pas-de-Calais, au collège de département. Leroux du Chatelet vota avec la majorité de la Chambre introuvable, prit la parole sur les questions de finances, et n'obtint pas sa réélection après la dissolution en date du 5 septembre 1816.

Il ne revint à la Chambre que le 10 octobre 1821, comme l'élu du même collège, avec 199 voix sur 376 votants et 527 inscrits, contre 165 au général Garbé. Huit jours auparavant, il avait échoué dans le 1er arrondissement, celui d'Arras, avec 155 voix contre 193 à M. Harlé, élu. Leroux du Chatelet prit place à droite, et soutint le ministère Villèle. A la séance du 22 février 1823, il appuya une pétition d'un M. Demailly, propriétaire à Lille, demandant « la prohibition de l'usage du gaz hydrogène en France, à cause des dommages qu'il causait aux fabricants d'huile ». M. Leroux du Chatelet demanda, sans succès, « qu'au moins le gaz fût prohibé dans tous les établissements publics».

Réélu dans la circonscription d'Arras, le 25 février 1824, par 269 voix (465 votants, 526 inscrits) contre 188 à M. Harlé père, il quitta le parlement en 1827, ayant échoué, à cette date, le 24 novembre, au collège de département, avec 124 voix contre 158 à M. Dutertre, élu, puis, le 23 juin 1830, dans l'arrondissement d'Arras, avec 173 voix contre 295 à l'élu, M. Harlé.

Il a été fait chevalier de la Légion d'honneur le 19 mai 1825.

Leroux du Chatelet a publié :
- Des assemblées provinciales, ou de la nécessité de réorganiser les administrations secondaires et municipales, et de les mettre en harmonie avec les principes de la charte (1818) ;
- Des finances, depuis le système présenté par Sully à Henri le Grand, adapté à la situation de la France.

Date de mise à jour : mars 2015


Retour haut de page