Louis, Antoine, Marie, Victor de Galard-Terraube

1765 - 1840

Informations générales
  • Né le 1er juillet 1765 à Terraube (Gers - France)
  • Décédé le 6 mai 1840 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Seconde Restauration - Chambre des députés des départements
Législature
IIe législature
Mandat
Du 16 mai 1822 au 24 décembre 1823
Département
Gers
Groupe
Droite
Régime politique
Seconde Restauration - Chambre des députés des départements
Législature
IIIe législature
Mandat
Du 6 mars 1824 au 5 novembre 1827
Département
Gers
Groupe
Droite

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député de 1822 à 1827, né à Terraube (Gers) le 1er juillet 1765, mort à Paris le 6 mai 1840, il fit sa carrière dans la marine royale et, parvenu au grade de capitaine de vaisseau, reçut du gouvernement de la Restauration les fonctions de directeur de l'Ecole de marine d'Angoulême.

Chevalier de Saint-Louis et de la Légion d'honneur, il fut élu, le 16 mai 1822, par 156 voix sur 221 votants et 275 inscrits, député du Gers, au collège de département, prit place à droite, et fit partie de la majorité royaliste. Réélu, le 6 mars 1824, par 149 voix sur 200 votants et 306 inscrits, il soutint le ministère, et prit la parole dans la discussion sur la validité des opérations électorales de l'arrondissement de Condom.

Un recueil de biographies parlementaires, très hostile au triumvirat Corbière-Villèle-Peyronnet, appréciait en ces termes l'intervention de M. Galard-Terraube: « Les noms d'Eauze et de Galard-Terraube sont désormais devenus inséparables, et il n'est pas un de nos lecteurs qui n'ait présent à l'esprit le naïf discours du directeur de l'Ecole de marine d'Angoulême, dans lequel, en voulant prouver qu'il n'y avait eu aucune fraude employée dans les élections de l'arrondissement de Condom, dont le collège électoral avait été réuni à Eauze, il parvint à démontrer tout le contraire. Jamais orateur ne fut plus maladroit, et jamais aussi il n'y eut à la Chambre une hilarité plus générale. »

M. de Galard-Terraube ne fit pas partie d'autres législatures.

Retour haut de page