Jean Moreau

1742 - 1811

Informations générales
  • Né le 7 septembre 1742 à Stainville (Meuse - France)
  • Décédé le 2 novembre 1811 à Bar-le-Duc (Meuse - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Révolution
Législature
Assemblée nationale législative
Mandat
Du 5 septembre 1791 au 20 septembre 1792
Département
Meuse
Groupe
Majorité
Régime politique
Révolution
Législature
Convention nationale
Mandat
Du 3 septembre 1792 au 16 août 1793
Département
Meuse
Groupe
Modérés

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député en 1791, membre de la Convention, député au Conseil des Anciens, né à Stainville (Meuse) le 7 septembre 1742, mort à Bar-le-Duc (Meuse) le 2 novembre 1811, il fut nommé, en 1790, procureur-syndic de la Meuse, et, le 5 septembre 1791, député de ce département à l'Assemblée législative, le 1er sur 8, par 343 voix (le nombre des votants manque au procès-verbal).

Il vota généralement avec la majorité, adhéra aux sentiments exprimés dans l'adresse de la section de la Croix-Rouge, présenta, au mois de juillet 1792, et fit décréter la formation d'une commission chargée d'examiner les dangers dont la patrie était menacée.

Réélu, le 3 septembre 1792, député du même département à la Convention, le 1er sur 8, par 190 voix (271 votants), il siégea parmi les modérés, et dans le procès du roi, au 3e appel nominal, répondit en ces termes: « La sûreté de l'Etat ne me paraît pas commander la destruction de Louis. Je vote pour le bannissement, qui n'aura lieu qu'après la paix. » Puis, jugeant sa mission terminée par l'acceptation de la Constitution, il se démit de son mandat de député le 16 août 1793.

Le 21 vendémiaire an IV, Moreau reparut au Conseil des Anciens, comme député de la Meuse, élu par 190 voix (271 votants); il renonça encore, presque aussitôt, aux fonctions législatives (4 prairial an IV).

Le 29 août 1809, il fut nommé conseiller de préfecture de la Meuse.