Jean, Louis Catrice

1903 - 1979

Informations générales
  • Né le 27 août 1903 à Lys (Nord - France)
  • Décédé le 6 février 1979 à Roubaix (Nord - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Gouvernement provisoire de la République française
Législature
2e Assemblée nationale constituante
Mandat
Du 2 juin 1946 au 27 novembre 1946
Département
Nord
Groupe
Mouvement républicain populaire
Régime politique
Quatrième République - Assemblée nationale
Législature
Ire législature
Mandat
Du 10 novembre 1946 au 4 juillet 1951
Département
Nord
Groupe
Mouvement républicain populaire
Régime politique
Quatrième République - Assemblée nationale
Législature
IIe législature
Mandat
Du 17 juin 1951 au 1er décembre 1955
Département
Nord
Groupe
Mouvement républicain populaire

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1940 à 1958 (La documentation française)



Né le 27 août 1903 à Lys (Nord)
Décédé le 6 février 1979 à Roubaix (Nord)

Membre de la seconde Assemblée nationale Constituante (Nord)
Député du Nord de 1946 à 1955

Jean Catrice a fait ses études à l'institution Notre-Dame des Victoires de Roubaix puis à l'Ecole nationale supérieure des arts et industries textiles. Une fois ingénieur, il entre dans l'entreprise familiale. Il appartient à cette partie du patronat chrétien qui a fait siens les principes du catholicisme social.

En 1926, Jean Catrice est président de la Fédération roubaisienne de l'Association catholique de la jeunesse française. L'été 1928, il se marie avec Claire Corset et aura sept enfants, quatre filles et trois garçons. En octobre 1930, il succède à l'industriel Adolphe Demasure comme président de l'Union diocésaine de Lille. Il défend l'action des laïcs dans l'apostolat de l'Eglise. Ami du chanoine Pierre Tiberghien, proche du cardinal Lienard, il se fait l'avocat de la jeunesse ouvrière chrétienne et de la Confédération française des travailleurs chrétiens dans les milieux patronaux. Il a aussi une action politique. Membre du Parti démocrate populaire, fondé en 1924, il se retrouve secrétaire général de la section roubaisienne à la veille de la guerre.

Entré tôt dans la Résistance, il appartient à l'Organisation civile et militaire. En 1943, il est chargé de la constitution des comités départementaux de libération dans le Nord et le Pas-de-Calais. Il assure en même temps la liaison du mouvement « Voix du Nord » auprès du Conseil national de la Résistance. A la veille de la Libération, il est une des figures les plus marquantes de la Résistance dans le Nord. Il est nommé Commissaire régional de l'information. Il fonde avec quelques amis le Rassemblement démocratique des résistants d'inspiration chrétienne connu sous le sigle R.I.C. Ce regroupement donne naissance au Mouvement républicain populaire en novembre 1944. Jean Catrice devient vice-président du nouveau parti. Il est en même temps fondateur de Nord-Eclair, ancien Journal de Roubaix où il occupe les fonctions de gérant. Il a la Croix de guerre, la Rosette de la Résistance, et la Légion d'honneur. Il est aussi Officier de l'Ordre de Léopold 1er de Belgique.

Le 2 juin 1946, pour les élections à la seconde Assemblée nationale Constituante, le M.R.P. présente Jean Catrice en troisième position sur sa liste dans la deuxième circonscription du Nord. Cinq listes s'affrontent pour neuf sièges à pourvoir. Sur 513 633 électeurs inscrits et 457 801 suffrages exprimés, le M.R.P. arrive en tête avec 169 212 voix et emporte trois sièges, la S.F.I.O. avec 128 900 voix a également trois élus, le Parti communiste avec 109 681 voix a deux élus. Le dernier siège, avec 42 702 suffrages échoit à une liste d'Union des républicains du Nord.

Jean Catrice est nommé membre de la Commission des affaires économiques, des douanes et des conventions commerciales et de la Commission de l'équipement national et de la production. Il a l'occasion d'intervenir pour défendre la représentation des artisans, des commerçants, des associations familiales au Conseil économique. Dans le débat du 2 octobre, il définit avec clarté sa démarche politique : « Certains ont tendance à vouloir passer de la réglementation étriquée à la liberté complète, c'est-à-dire au libéralisme économique, au régime où l'homme est un loup pour l'homme et où les petits sont nécessairement les victimes. Nous voulons, nous, une liberté organisée par des mesures de coordination et de contrôle ».

En novembre 1946, pour les élections à la première Assemblée nationale législative, le M.R.P. présente la même liste dans la deuxième circonscription du Nord et demeure encore la première force politique malgré un recul en voix. Sur 520 875 électeurs inscrits et 453 631 suffrages exprimés, la liste conduite par Maurice Schuman, où Jean Catrice figure en troisième position, regroupe 131 095 voix et conserve ses trois sièges. La S.F.I.O., avec 113 298 voix, a trois sièges, le Parti communiste, avec 110 254, deux sièges, et une liste d'Union des républicains et de rassemblement gaulliste, avec 94 657 voix a deux élus.

Le député du Nord retrouve la Commission des affaires économiques, il en est élu vice-président le 20 janvier 1948. Il est désigné pour faire partie de la Sous-commission chargée de suivre et d'apprécier la gestion des entreprises industrielles nationalisées et des sociétés d'économie mixte. En juillet 1947, il est, en outre, nommé juré à la Haute Cour de justice. Il travaille particulièrement sur les questions commerciales nationales et internationales. Il défend une politique d'expansion du crédit pour les petites et moyennes entreprises industrielles, commerciales et artisanales. Soucieux de la réalisation d'une unité économique de l'Europe, il est amené à intervenir à plusieurs reprises pour défendre les positions du M.R.P. Ainsi, le 2 juillet 1948, déclare-t-il : « Il faut, dans ce dessein, se décider à bousculer un certain nombre de positions traditionnelles et réaliser, au plus vite, des unions douanières ». Dans son travail parlementaire, il s'impose par un grand esprit de rigueur et de sérieux.

Les élections législatives du 17 juin 1951 se font au scrutin majoritaire à un tour avec apparentement. Dans la deuxième circonscription du Nord, un apparentement est conclu entre le M.R.P., la S.F.I.O., les Radicaux et les Indépendants et paysans. Dans sa profession de foi, Jean Catrice met en lumière le rôle du M.R.P. dans la conclusion de cet apparentement : « N'oubliez pas que dans le Nord, comme dans beaucoup de départements, c'est sur notre initiative qu'a pu se faire dans le respect des légitimes divergences, l'accord entre ceux qui veulent défendre la patrie contre l'impérialisme oriental, la liberté contre toutes les dictatures, la paix contre toutes les aventures ». Sur 523 307 électeurs inscrits et 451 713 suffrages exprimés, les listes apparentées obtiennent 240 550 suffrages, soit 14 703 de plus que la majorité absolue. Les dix sièges vont aux listes apparentées, cinq pour la S.F.I.O. qui recueille 107 392 voix, quatre pour le M.R.P. avec 84 480 voix, et un pour les Indépendants et paysans avec 39 409 voix.

Jean Catrice est à nouveau nommé vice-président de la Commission des affaires économiques le 17 juillet. Il est en outre membre de la Commission de la presse (1951). Il est désigné pour faire partie de la Sous-commission chargée de suivre et d'apprécier la mise en œuvre de la convention de coopération économique et du programme de relèvement européen. Le 3 juin 1953, la Commission des affaires économiques le désigne pour faire partie de la Commission de coordination pour l'étude des questions relatives à la Communauté du charbon et de l'acier, dont il est nommé secrétaire le 16 juillet. En juin 1954, il est membre suppléant de la Commission de coordination pour l'examen des problèmes intéressant les Etats associés d'Indochine. Enfin, le 10 mars 1955, il fait partie de la Commission de coordination de l'énergie atomique et des recherches nucléaires.

Il continue de manifester une importante activité parlementaire et dépose plusieurs rapports et propositions de loi de nature économique. Le 1er juillet 1952, faisant le tableau de la crise de l'industrie textile, il critique la politique menée par le gouvernement d'Antoine Pinay : « Poursuivre la baisse par des prières et des supplications sans cesse répétées et en se refusant d'intervenir, de recourir à la contrainte sous le prétexte d'un abri commode sous un libéralisme dépassé, c'est créer une crise de dépression, provoquer un ralentissement et bientôt un arrêt du courant des affaires à travers tout le pays, dans l'espérance d'une baisse qui ne se fait pas ». Il suit son groupe dans les grands votes parlementaires. Le 17 juin 1954, il s'abstient volontairement lors de l'investiture du gouvernement Mendès-France, le 30 août, il vote contre la question préalable posée par le général Aumeran dont l'adoption entraîne le rejet de la C.E.D., le 4 février 1955 il vote contre la confiance au gouvernement Mendès-France (chute du cabinet).

Le 2 janvier 1956, pour les élections législatives anticipées, aucun apparentement n'étant conclu dans la deuxième circonscription du Nord, les dix sièges sont répartis à la proportionnelle. Sur 570 639 électeurs inscrits et 507 934 suffrages exprimés, la S.F.I.O. avec 160 044 voix, arrive en tête et emporte quatre sièges, suivie par le Parti communiste, avec 114 015 voix, et le M.R.P. avec 84 465 voix, qui ont chacun deux sièges. La troisième position de Jean Catrice ne lui permet pas d'être réélu. Les deux derniers sièges échoient, aux Indépendants et paysans, avec 87 488 voix, et à une liste poujadiste avec 38 351 voix.

Jean Catrice quitte alors la vie politique mais conserve ses autres responsabilités sociales, notamment la gérance de Nord-Eclair.



Retour haut de page