Charles, François Bouteillier

1760 - 1845

Informations générales
  • Né le 18 juillet 1760 à Nantes (Loire-Inférieure - France)
  • Décédé le 29 janvier 1845 à Nantes (Loire-Atlantique - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Consulat et Premier Empire
Législature
Corps législatif
Mandat
Du 10 août 1810 au 4 juin 1814
Département
Loire-Inférieure
Régime politique
Première Restauration
Législature
Chambre des députés des départements
Mandat
Du 4 juin 1814 au 20 mars 1815
Département
Loire-Inférieure

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député au Corps législatif de 1810 à 1815, né à Nantes (Loire-Inférieure), le 18 juillet 1760, mort à Nantes, le 29 janvier 1845, il appartenait, par sa mère, Eléonore Browne, à une ancienne famille d'Irlande.

« Maître ès arts » de l'Université de Nantes, (on appelait ainsi celui qui avait obtenu de l'Université des lettres qui lui donnaient le droit d'enseigner la philosophie, la rhétorique, etc.), capitaine, puis commandant de la garde nationale à Nantes, président de canton, et plus tard conseiller de préfecture de la Loire-Inférieure, il fut, le 10 août 1810, élu député de ce département au Corps législatif, par le Sénat conservateur. Il y siégea jusqu'en 1815.

Après la déchéance de Napoléon Ier, dans la session de 1814, il se tint à égale distance des « ministériels » et des « constitutionnels », et le Guide électoral de Brissot-Thivars le qualifie d'incertain. Dans l'espoir, sans doute, de fixer ses préférences, Louis XVIII lui donna la croix de la Légion d'honneur. Il prit quelquefois la parole à la Chambre, notamment dans la discussion de la loi sur l'importation des fers étrangers. « Député d'un département maritime, dit un biographe (le Nécrologe universel), il défendit les intérêts de ses commettants avec une force de logique qui eût dû influer sur les déterminations de la Chambre, s'il n'y avait eu à l'avance un parti pris de donner gain de cause à l'intérêt prépondérant des maîtres de forges. »

Le 7 août 1830, Bouteillier donna sa démission de conseiller de préfecture, pour n'avoir pas à prêter le serment de fidélité à Louis-Philippe, et rentra dans la vie privée.

Date de mise à jour: mai 2013