Jacques Defermon des Chapelières

1796 - 1870

Informations générales
  • Né le 8 novembre 1796 à Paris (Seine - France)
  • Décédé le 21 mars 1870 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
IIe législature
Mandat
Du 5 juillet 1831 au 25 mai 1834
Département
Ille-et-Vilaine
Groupe
Majorité gouvernementale
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
IIIe législature
Mandat
Du 21 juin 1834 au 3 octobre 1837
Département
Ille-et-Vilaine
Groupe
Majorité gouvernementale
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
IVe législature
Mandat
Du 4 novembre 1837 au 2 février 1839
Département
Ille-et-Vilaine
Groupe
Majorité gouvernementale
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
Ve législature
Mandat
Du 2 mars 1839 au 12 juin 1842
Département
Ille-et-Vilaine
Groupe
Majorité gouvernementale
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
VIe législature
Mandat
Du 9 juillet 1842 au 6 juillet 1846
Département
Ille-et-Vilaine
Groupe
Majorité gouvernementale
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
VIIe législature
Mandat
Du 1er août 1846 au 24 février 1848
Département
Ille-et-Vilaine
Groupe
Majorité gouvernementale

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député de 1831 à 1848, né à Paris, le 8 novembre 1796, mort à Paris, le 21 mars 1870, fils aîné de Defermon des Chapelières (V. ce nom), et de Jeanne Dubois Dessaussays, il étudia le droit et se fit recevoir avocat.

Il fut nommé conseiller d'Etat par le gouvernement de Juillet, qu'il soutint de ses votes à la Chambre comme député du 6e collège d'Ille-et-Vilaine (Redon).

M. Defermon fut élu dans cette circonscription le 5 juillet 1831, et successivement réélu :
- le 21 juin 1834, par 73 voix (86 votants, 146 inscrits), contre 12 à M. Mangin d'Oins ;
- le 6 novembre 1837, par 86 voix (118 votants, 158 inscrits) ;
- le 9 juillet 1842, par 75 voix (131 votants, 155 inscrits), contre 48 à M. Gibon de Beaumont ;
- et le 1er août 1846, par 101 voix (181 votants, 207 inscrits), contre 78 à M. de Genoude.

Parfois il se rapprocha du tiers-parti ; mais il resta fidèle à la monarchie constitutionnelle, et rentra dans la vie privée à la révolution de 1848.


Retour haut de page