Léonard Bord

1744 - 1823

Informations générales
  • Né le 8 décembre 1744 à Vallières (Creuse - France)
  • Décédé le 9 avril 1823 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Consulat et Premier Empire
Législature
Corps législatif
Mandat
Du 28 mai 1800 au 4 juin 1814
Département
Vienne

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député au Corps législatif en l'an VIII, né à Vallières (Creuse), le 8 décembre 1744, mort à Paris, le 9 avril 1823, il entra comme soldat, en 1762, au 17e régiment d'infanterie, ci-devant Auvergne, devenu 17e demi-brigade et plus tard 17e de ligne.

Il fit la campagne de 1762 en Hanovre, passa par tous les grades inférieurs, devint porte-drapeau en 1782, sous-lieutenant (1785) après vingt-trois ans de services, et prit part à la guerre d'Amérique. Capitaine en 1791, chef de bataillon et chef de brigade au l'an II, il suivit toutes les campagnes, de 1792 à l'an VIII, aux armées du Nord, de Sambre et Meuse, du Rhin, d'Italie, de Rome, d'Helvétie, d'Angleterre, du Haut-Rhin et de Naples ; en l'an VII les Anglais le firent prisonnier, puis le rendirent à la liberté. Il présida à Gênes l'unique conseil de guerre de l'armée d'Italie.

Bord fut élu, le 8 prairial an VIII, par le Sénat conservateur, député de la Vienne au Corps législatif, et se montra le serviteur docile de la politique consulaire et impériale.

En l'an XII, le premier consul le créa commandeur de la Légion d'honneur. Il fit partie de la députation qui se rendit auprès de Napoléon pour le complimenter sur son avènement à 1'Empire.

Le Corps législatif, qui l'avait déjà élu candidat pour la questure, le nomma son vice-président dans la séance du 7 avril 1806.

Attaché (1808) à l'état-major général du 4e corps, aux ordres du duc de Dantzig, il reçut, le 1er novembre, le commandement de la place de Bilbao, rentra à Paris par congé en 1813, fut admis à la retraite en 1814, et mourut sous la Restauration.


Retour haut de page