Charles, Olivier, Marie, Sévère de La Bourdonnaye-Montluc

1766 - 1859

Informations générales
  • Né le 25 septembre 1766 à Bruz (Ille-et-Vilaine - France)
  • Décédé le 10 décembre 1859 à Laillé (Ille-et-Vilaine - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Seconde Restauration - Chambre des députés des départements
Législature
IIe législature
Mandat
Du 7 mars 1823 au 24 décembre 1823
Département
Ille-et-Vilaine
Groupe
Droite
Régime politique
Seconde Restauration - Chambre des députés des départements
Législature
IIIe législature
Mandat
Du 25 février 1824 au 5 novembre 1827
Département
Ille-et-Vilaine
Groupe
Droite
Régime politique
Seconde Restauration - Chambre des députés des départements
Législature
IVe législature
Mandat
Du 17 novembre 1827 au 16 mai 1830
Département
Ille-et-Vilaine
Groupe
Droite

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député de 1823 à 1830, né à Bruz (Ille-et-Vilaine), le 25 septembre 1766, mort au château de Laillé (Ille-et-Vilaine), le 10 décembre 1859, il émigra sous la Révolution, et combattit à l'armée des princes.

Nommé après la seconde Restauration, colonel lieutenant de roi de la place de Lorient, il se présenta, le 7 mars 1823, pour remplacer à la Chambre, dans le 4e arrondissement électoral d'Ille-et-Vilaine (Redon), Jousselin-Delahaye, décédé. Il fut élu, puis réélu dans la même circonscription le 25 février 1824, et le 17 novembre 1827, à la presque unanimité des suffrages. Une biographie du temps lui consacre ces lignes : « M. Sévère de la Bourdonnaye prend rarement la parole, mais quand il est à la tribune, il y défend vigoureusement les intérêts de ses anciens compagnons d'armes, qui sont par trop délaissés depuis onze ans, et dont plusieurs sont morts dans la misère, sous le règne du roi pour qui ils avaient versé leur sang. Ah ! si Charles X le savait! » Légitimiste, le comte de la Bourdonnaye-Montluc vota jusqu'au bout pour le gouvernement de la Restauration.

La révolution de 1830 le rendit à la vie privée. Il avait été fait chevalier de la Légion d'honneur le 23 mai 1825 et admis à la retraite comme colonel, le 21 décembre 1828.

Date de mise à jour : septembre 2015