Julien, Joseph Virey

1775 - 1846

Informations générales
  • Né le 21 décembre 1775 à Hortes (Haute-Marne - France)
  • Décédé le 9 mars 1846 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
IIe législature
Mandat
Du 5 juillet 1831 au 25 mai 1834
Département
Haute-Marne
Groupe
Gauche
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
IIIe législature
Mandat
Du 21 juin 1834 au 3 octobre 1837
Département
Haute-Marne
Groupe
Gauche

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député de 1831 à 1837, né à Hortes (Haute-Marne) le 21 décembre 1775 « fils en légitime mariage de Me Nicolas Toussaint Virey notaire royal au baillage et siège présidial de Langres et de Delle Marie Adélaïde Voillemin son épouse », mort à Paris le 9 mars 1846, il fit ses études à Langres, et fut employé dans le laboratoire d'un de ses oncles pharmacien dans cette ville.

Il s'y passionna pour l'étude des plantes et des animaux, puis fut enrôlé dans l'armée, servit en qualité de pharmacien militaire à Strasbourg, et fut appelé par Parmentier à l'hôpital d'instruction du Val-de-Grâce. Pharmacien en chef des hôpitaux militaires en 1812, officier de la Légion d'honneur, il donna sa démission pour se consacrer à ses travaux de prédilection, se fit recevoir, en 1814, docteur en médecine à la faculté de Paris, et professa pendant quelques années, à l'Athénée, des cours très suivis d'histoire naturelle.

D'opinions libérales et fort indépendantes en matière scientifique, il ne fut point inquiété, bien qu'il soutint la pluralité des origines humaines et le transformisme dont la Philosophie zoologique de Lamark avait jeté les premières bases. Mais l'autorité alors triomphante de Cuvier détourna l'attention des leçons de Virey. Elu membre de l'Académie de médecine en 1823 et du conseil supérieur de santé l'année suivante, il fut proposé, en 1825, par l'Ecole de pharmacie et par l'Académie des sciences, pour la chaire de professeur de l'histoire des drogues simples à l'Ecole de pharmacie: le ministère lui préféra un M. Guilbert, qui n'avait obtenu qu'une voix : Virey avait eu l'imprudence de blâmer les exagérations réactionnaires du gouvernement de la Restauration. Aussi accueillit-il avec joie la révolution de juillet.

Elu député du 2e collège de la Haute-Marne (Bourbonne), le 5 juillet 1831, par 87 voix (144 votants, 164 inscrits), contre 41 à M. Lahérard, maire de Bourbonne, et réélu, le 21 juin 1834, par 71 voix (128 votants, 157 inscrits), contre 34 à M. Renard, il prit place à gauche, désapprouva bientôt la politique ministérielle, vota contre les lois de septembre et, ayant échoué, dans le même collège, le 4 novembre 1837, avec 48 voix, contre 79 à l'élu, M. Renard, rentra avec joie dans sa laborieuse retraite. Il mourut subitement à 71 ans, en faisant une partie de whist avec ses amis.

Membre de « l'Académie des curieux de la nature », correspondant et associé de plusieurs sociétés savantes françaises et étrangères, Virey a publié un grand nombre d'ouvrages, parmi lesquels il faut citer : Histoire naturelle du genre humain (1801, 2 volumes); L'art de perfectionner l'homme (1808, 2 volumes) ; Traité de pharmacie théorique et pratique (1809, 2 volumes) ; Recherches médico-philosophiques sur la nature et les facultés de l'homme (1817) ; Histoire des mœurs et de l'instinct des animaux (1822, 2 volumes); De la puissance vitale considérée dans ses fonctions physiologiques chez l'homme et tous les êtres organisés (1823); De la femme sous ses rapports physiologique, moral et littéraire (1823); Des maladies de la littérature française (1825); Hygiène philosophique (1828). M. Virey a en outre collaboré au Journal de Pharmacie, au Journal de Physique, au Magasin encyclopédique, aux Suites à Buffon, au Dictionnaire des Sciences médicinales, etc.

Date de mise à jour: septembre 2013


Retour haut de page