Marc, François Alby

1778 - 1853

Informations générales
  • Né le 9 octobre 1778 à Castres (Tarn - France)
  • Décédé le 12 avril 1853 à Castres (Tarn - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
IIe législature
Mandat
Du 6 septembre 1831 au 25 mai 1834
Département
Tarn
Groupe
Centre gauche

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député du Tarn en 1831, né à Castres (Tarn), le 9 octobre 1778 « fils légitime du sieur François Alby négociant et de demoiselle Marie Eugonin Labarthe mariés », mort à Castres, le 12 avril 1853, il fut négociant à Marseille, et amassa une fortune considérable; ayant quitté le commerce en 1811, il se fixa quelque temps à Nîmes. Là il géra la recette générale du Gard, après avoir, de ses deniers, comblé un déficit de 300,000 francs.

Protestant, Alby, persécuté en 1815, fut forcé de fuir; sa maison fut pillée. En 1820, il acheta à Paris une charge d'agent de change qu'il céda en 1823. Retiré dans son pays natal, il fut nommé en 1825 premier juge au tribunal de commerce, puis président en 1823.

La Révolution de juillet l'appela aux fonctions de maire de Castres; mais les luttes religieuses, très ardentes dans une ville qui comptait alors 16,000 catholiques et 800 protestants, rendirent son administration assez difficile pour l'engager à donner sa démission au bout de trois mois; il ne se retira que sur les instances du conseil municipal.

Le 6 septembre 1831, le 2e collège électoral du Tarn (Castres) l'élut député par 153 voix sur 392 inscrits et 294 votants, contre MM. Hennequin, avocat à Paris, qui n'obtint que 104 voix, et Seuilhes, chef de bataillon à Lacaune, 34 voix. Il siégea au centre gauche, ne se montra pas hostile au gouvernement de Juillet, mais vota plusieurs fois avec l'opposition. Il quitta la vie politique après la législature.

Date de mise à jour: juillet 2013