Armand, François, Maximilien de Lusignan

1783 - 1844

Informations générales
  • Né le 30 août 1783 à Toulouse (Haute-Garonne - France)
  • Décédé le 5 avril 1844 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
IIe législature
Mandat
Du 5 juillet 1831 au 25 mai 1834
Département
Lot-et-Garonne
Groupe
Opposition constitutionnelle
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
IIIe législature
Mandat
Du 21 juin 1834 au 3 octobre 1837
Département
Lot-et-Garonne
Groupe
Majorité ministérielle
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
IVe législature
Mandat
Du 4 novembre 1837 au 2 février 1839
Département
Lot-et-Garonne
Groupe
Majorité ministérielle
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
Ve législature
Mandat
Du 2 mars 1839 au 6 novembre 1839
Département
Lot-et-Garonne
Groupe
Majorité ministérielle

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député de 1831 à 1839 et pair de France, né à Toulouse (Haute-Garonne) le 30 août 1783, mort à Paris le 5 avril 1844, fils du constituant Armand du Lau de Lusignan, il servit, dans les guerres du premier Empire, comme aide-de-camp du maréchal d'Albufera, qui le chargea d'une mission de confiance auprès de Napoléon 1er, pendant que l'empereur se battait en Champagne contre l'Europe coalisée.

Commandeur de la Légion d'honneur, propriétaire à Nérac, M. de Lusignan fut élu, après la révolution de juillet, le 5 juillet 1831, député de cet arrondissement (le 4e collège de Lot-et-Garonne), par 154 voix (304 votants et 459 inscrits), contre 144 au comte de Digeon. Il vota quelquefois avec l'opposition constitutionnelle, fut réélu, le 21 juin 1834, par 181 voix (284 votants, 446 inscrits), contre 98 au comte de Digeon, puis, le 4 novembre 1837, par 277 voix (384 votants, 498 inscrits), et, le 2 mars 1839, par 282 voix (377 votants, 502 inscrits).

Il fut appelé, par une ordonnance du 7 novembre 1839, à siéger dans la Chambre des pairs, où il soutint la monarchie constitutionnelle jusqu'en 1844, date de son décès. Conseiller général de Lot-et-Garonne.


Retour haut de page