Pierre Chevallier

1909 - 1951

Informations générales
  • Né le 30 janvier 1909 à Orléans (Loiret - France)
  • Décédé le 12 août 1951 à Orléans (Loiret - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Gouvernement provisoire de la République française
Législature
Ire Assemblée nationale constituante
Mandat
Du 21 octobre 1945 au 10 juin 1946
Département
Loiret
Groupe
Résistance démocratique et socialiste
Régime politique
Gouvernement provisoire de la République française
Législature
2e Assemblée nationale constituante
Mandat
Du 2 juin 1946 au 27 novembre 1946
Département
Loiret
Groupe
Démocratique et socialiste de la Résistance
Régime politique
Quatrième République - Assemblée nationale
Législature
Ire législature
Mandat
Du 10 novembre 1946 au 4 juillet 1951
Département
Loiret
Groupe
Union démocratique et socialiste de la Résistance
Régime politique
Quatrième République - Assemblée nationale
Législature
IIe législature
Mandat
Du 17 juin 1951 au 12 août 1951
Département
Loiret
Groupe
Union démocratique et socialiste de la Résistance

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1940 à 1958 (La documentation française)



Né le 30 janvier 1909 à Orléans (Loiret)
Décédé le 12 août 1951 à Orléans (Loiret)

Membre de la première et de la seconde Assemblée nationale Constituante (Loiret)
Député du Loiret de 1946 à 1951
Secrétaire d'Etat à l'Enseignement technique, à la jeunesse et aux sports du 11 au 12 août 1951

Pierre Chevallier est né à Orléans le 30 janvier 1909 dans une famille de petits industriels en poterie. Suivant l'exemple de plusieurs de ses ancêtres médecins dans la région du Centre au XIXe siècle, il entreprend des études de médecine à Tours et à Paris au cours desquelles il rencontre celle qui deviendra sa femme en 1939. Après la soutenance de sa thèse en gynécologie, Pierre Chevallier ouvre un cabinet à Orléans.

Le tempérament intrépide du médecin-chef du 8e chasseurs se manifeste en mai et juin 1940 lorsqu'il relève et évacue les blessés sous la mitraille. Sa bravoure lui vaut la Légion d'honneur et la Croix de guerre avec palmes. Prisonnier de guerre à l'Oflag 6 D près de Münster, il est libéré avec d'autres éléments du service de santé en janvier 1941 et revient à Orléans où il ne tarde pas à entrer dans la Résistance dans le groupe de Libération-Nord, fondé par Pierre Ségelle. Soutenu par les résistants et le comité départemental de la Libération, il est désigné le 23 août 1944 comme maire provisoire de la ville libérée. En mai 1945, la liste municipale présentée par les résistants est dirigée par André Dessaux, revenu moribond de Buchenwald et qui meurt le 3 juin, désignant Pierre Chevallier comme le plus digne de diriger la municipalité. En 1947, les électeurs confirment leur nouveau maire.

Aux élections du 21 octobre 1945, pour la première Assemblée nationale Constituante, Pierre Chevallier dirige dans le Loiret la liste de l'Union démocratique de la Résistance et est élu par 20 604 voix sur 168 999 suffrages exprimés.

Pierre Chevallier est nommé membre de la Commission de la famille, de la population et de la santé publique, de la Commission de la presse, de la radio et du cinéma et enfin de la Commission de la reconstruction et des dommages de guerre où il donnera, pendant six ans la pleine mesure de ses capacités. Il n'a que le temps de déposer quelques propositions sur la situation de certains petits fonctionnaires et d'intervenir sur la politique de ravitaillement et de reconstruction avant d'affronter à nouveau les électeurs.

Inscrit au groupe de la Résistance démocratique et socialiste, il vote les nationalisations mais s'oppose au projet de Constitution qui sera repoussé par le référendum du 5 mai 1946.

Aux élections du 2 juin 1946, pour la seconde Assemblée nationale Constituante, tous les députés du Loiret sont réélus. Lui-même, avec 22 443 voix a légèrement augmenté son score. Il est nommé membre de la Commission de l'agriculture et de la Commission de la reconstruction et des dommages de guerre et juré à la Haute Cour de justice. Il montre immédiatement son intérêt pour les problèmes des petites communes en invitant le gouvernement à améliorer la situation des secrétaires de mairie, dépourvus de retraites et soumis aux aléas des fluctuations politiques. Il demande au ministre du ravitaillement de prendre en compte la situation des petits rentiers et des ouvriers contraints de se loger dans les villages ruraux qui ne bénéficient pas d'un bon ravitaillement alimentaire. Sensible à la détresse des vieillards des hospices, il demande qu'il leur soit accordé un minimum mensuel à titre d'argent de poche. Le jeune député est vigilant sur l'activité des membres des conseils d'administration de la Sécurité sociale et sur le vote personnel des députés.

Toujours inscrit au groupe démocratique de la Résistance, il vote contre le nouveau projet de Constitution de la IVe République (28 septembre).

Aux élections législatives du 10 novembre 1946, Pierre Chevallier fait liste commune avec les radicaux dont le député sortant, Pierre Dezarnaulds, conduit la liste du R.G.R. (Rassemblement des gauches républicaines). Arrivé en tête avec près de 32 % des suffrages exprimés le R.G.R. compte deux élus, dont le maire d'Orléans qui figure en deuxième position.

Pierre Chevallier retrouve la Commission de l'agriculture et la Commission de la reconstruction et des dommages de guerre dont il est nommé vice-président le 8 décembre 1948. En 1950, il entre à la Commission des finances et à la Commission des immunités parlementaires. Il figure sur la liste des jurés à la Haute Cour de justice.

Administrateur attentif de la reconstruction de la ville d'Orléans qui a beaucoup souffert de la guerre, Pierre Chevallier devient un spécialiste de l'urbanisme, déposant en conséquence un grand nombre de propositions de loi et intervenant dans les débats relatifs à la reconstruction et au logement. Au-delà des simples préoccupations d'indemnisation des victimes et de reconstruction des immeubles, il élabore une conception dynamique et sociale de l'avenir des villes concernées par ces problèmes. Il veut préserver la situation des commerçants en leur donnant une priorité sur les locaux disponibles proches de leur ancien établissement mais souhaite en même temps que soient assouplies les limitations à l'installation des nouveaux venus. Les travaux de reconstruction doivent être accélérés par différents moyens : préfinancement plus aisé, regroupement des sinistrés en syndicats ou en coopératives, distribution prioritaire des matériaux disponibles aux communes les plus sinistrées, exemption d'impôt foncier pour les immeubles rebâtis. Le maire d'Orléans se prononce aussi pour la modification du nom des H.B.M. en H.L.M., dotées désormais d'un système de prêts plus efficaces et de meilleures normes de confort. Pierre Chevallier intervient ponctuellement pour défendre des causes sociales. C'est ainsi qu'en 1949, il justifie le maintien de l'Entraide française alors que le ministre de la Santé envisageait de dissoudre cet organisme privé qui avait lancé de nombreux appels à la générosité nationale ou internationale. Il est l'auteur également d'une proposition de loi sur le placement provisoire des enfants martyrisés pendant la procédure de déchéance paternelle. Il ne néglige pas les ruraux de son département, intervenant pour que des indemnités soient accordées aux victimes de la tornade du 6 août 1948, pour que soit augmentée l'aide de l'Etat aux travaux d'amélioration de l'habitat rural et sur le statut du métayage.

La protection du patrimoine retient tout autant l'attention du député du Val de Loire, inquiet du délabrement des églises. Il souhaite le classement de tous les immeubles antérieurs à 1800 et un plan de restauration des œuvres picturales des musées français. Il attire l'attention du gouvernement sur la nécessité d'accompagner l'aménagement hydraulique de la Loire de mesures de préservation des nappes phréatiques et de favoriser la navigation sur ce fleuve.

Les préoccupations sociales sont toujours exemptes de démagogie chez cet administrateur rigoureux qui demande d'exclure du bénéfice des prêts bonifiés les stations climatiques et les résidences secondaires. Enfin, les jeunes ménages sans enfants ne devraient pas, selon lui, toucher d'allocation-logement.

Inscrit au groupe U.D.S.R. (Union démocratique et socialiste de la Résistance) qu'il préside depuis juillet 1950, il défend sans cesse le rétablissement du scrutin uninominal majoritaire à deux tours. Le 7 mai 1951, il vote cependant la loi dite des « apparentements ». Il soutient la politique que suit en Indochine le gouvernement depuis 1949 mais voudrait que Bao-Daï soit mieux enraciné dans son peuple et qu'il constitue enfin une armée efficace. Il suggère de moderniser en Europe l'équipement de l'armée française en mettant au point des bombes télécommandées.

Pour les élections du 17 juin 1951, les engagements électoraux de la liste R.G.R. dans le Loiret insistent sur la révision de la Constitution et la réforme du mode de scrutin, veulent allier liberté économique et solidarité sociale et prônent la lutte contre « l'impérialisme agressif du communisme russe ». Si en pourcentage (24,8 %) elle perd près du quart de ses suffrages, la liste arrive néanmoins à nouveau en première position avec 41 537 voix. Pierre Chevallier a la satisfaction personnelle de dépasser largement la moyenne de sa liste (44 233 voix). De surcroit, le large apparentement conclu par le R.G.R. avec la liste de la S.F.I.O., du M.R.P., des Républicains démocrates et des indépendants dépasse la majorité absolue et se répartit les cinq sièges à pourvoir, dont trois reviennent à la liste du R.G.R.

A l'Assemblée, Pierre Chevallier devient à nouveau membre de la Commission des finances et de la Commission de la reconstruction et des dommages de guerre. Il dépose des propositions de loi sur des thèmes qui lui sont chers : congés supplémentaire pour le père de famille veuf, préservation de la nappe phréatique de la Loire, rétablissement du scrutin d'arrondissement. Il propose de rendre les chasseurs en forêt responsable des dégâts commis par les sangliers et d'imposer aux propriétaires d'automobiles l'obligation de s'assurer contre les accidents qu'ils pourraient provoquer. Pierre Chevallier présente un rapport dénonçant les conditions du vote en Mauritanie et les élections dans les établissements français de l'Inde en soulignant le désir de ces Etats de demeurer au sein de l'Union française. Le 11 août 1951, il est nommé Secrétaire d'Etat à l'Enseignement technique, à la jeunesse et aux sports dans le cabinet de René Pleven. Le lendemain, alors qu'il allait se rendre à l'inauguration du pont suspendu de Chatillon-sur-Loire, Pierre Chevallier est abattu de cinq balles de revolver par son épouse en proie à une crise de jalousie. Le gouvernement organise des obsèques nationales dans sa ville d'Orléans qu'il avait souhaité si ardemment rebâtir.



Retour haut de page