Jacques, Louis Chombart de Lauwe

1902 - 1975

Informations générales
  • Né le 2 janvier 1902 à Compiègne (Oise - France)
  • Décédé le 5 août 1975 à Herbignac (Loire-Atlantique - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Gouvernement provisoire de la République française
Législature
Ire Assemblée nationale constituante
Mandat
Du 21 octobre 1945 au 10 juin 1946
Département
Loire-Inférieure
Groupe
Parti républicain de la liberté
Régime politique
Gouvernement provisoire de la République française
Législature
2e Assemblée nationale constituante
Mandat
Du 2 juin 1946 au 27 novembre 1946
Département
Loire-Inférieure
Groupe
Parti républicain de la liberté
Régime politique
Quatrième République - Assemblée nationale
Législature
Ire législature
Mandat
Du 10 novembre 1946 au 4 juillet 1951
Département
Loire-Inférieure
Groupe
Parti républicain de la liberté

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1940 à 1958 (La documentation française)




Né le 2 janvier 1905 à Compiègne (Oise)

Décédé le 5 août 1975 à Herbignac (Loire-Atlantique)


Membre de la première et de la seconde Assemblée nationale Constituante (Loire-Inférieure)

Député de la Loire-Inférieure de 1946 à 1951


Fils de militaire, Jacques Chombart de Lauwe est né à Compiègne le 2 janvier 1905. Après des études secondaires au collège Sainte-Croix de Neuilly puis au collège Stanislas, il suit les cours de la Faculté des lettres de Paris et de l'Ecole des sciences politiques dont il sort diplômé de la section diplomatique.

Mobilisé en 1939, il est fait prisonnier, s'évade et s'installe en Loire-Inférieure où il organise la résistance sous le nom de colonel Félix. Chef départemental F.F.I., il soutient les Alliés lors du siège de Saint-Nazaire en septembre 1944, participe à la libération de Nantes et demeure commandant du secteur jusqu'en mars 1945. Ses hauts faits militaires lui valent d'être fait chevalier de la Légion d'honneur et de recevoir la Croix de guerre avec palmes.

Maire d'Herbignac, il est élu conseiller général du canton, le 23 septembre 1945.

Le 21 octobre 1945, Jacques Chombart de Lauwe est élu à la première Assemblée nationale Constituante. La liste Union nationale et républicaine de la Résistance, sur laquelle il se présentait en troisième position, l'emporte nettement avec 119 522 suffrages sur 315 299 exprimés. Membre de la Commission de la presse (il est lui-même journaliste), il interpelle le gouvernement, le 13 mars 1946, lui reprochant de bloquer le prix des journaux à un niveau trop bas pour leur permettre de vivre : « Les journaux ne pouvant se livrer au marché noir, c'est la liberté d'expression qui se trouve compromise, c'est l'avenir d'une nouvelle presse pourrie qui se prépare », déclare-t-il alors.

Il vote contre les nationalisations du crédit (2 décembre 1945), du gaz et de l'électricité et des assurances (28 mars et 24 avril 1946), contre le projet de loi relatif à la dévolution des biens de presse, auquel il avait déposé un amendement (16 avril) et s'oppose au projet de Constitution (19 avril).

Tête de liste du Parti républicain de la liberté, qui obtient 94 297 voix sur 332 102 suffrages exprimés, il est réélu, le 2 juin 1946, à la seconde Constituante. Reconduit dans la Commission de la presse, il est également membre de la Commission de l'éducation nationale et des beaux-arts et intervient à ce titre, le 23 juillet, sur les examens du baccalauréat. Le 19 juin, Jacques Chombart de Lauwe vote pour Georges Bidault comme chef du gouvernement provisoire, mais s'abstient le 26, lors du vote de confiance au cabinet et s'oppose au nouveau projet de Constitution (28 septembre).

Les élections législatives du 10 novembre le portent de nouveau à l'Assemblée avec 98 916 voix sur 326 254 suffrages exprimés. La liste d'Union nationale, parti républicain de la liberté, union gaulliste et unité paysanne, qu'il conduit, obtient trois des huit sièges à pourvoir, devançant largement les listes M.R.P., communiste et S.F.I.O. Jacques Chombart de Lauwe s'inscrit au groupe du Parti républicain de la liberté puis, en 1950, au Centre républicain indépendant d'action paysanne et sociale. Président de la Commission de la presse, il appartient aussi à la Commission de la marine marchande, à la Commission de la reconstruction et des dommages de guerre et à la Commission de l'intérieur. Au cours de la législature, il dépose plusieurs textes, en particulier trois propositions de loi relatives au statut de la presse, alors en discussion (février-mai 1948). Ses nombreuses interventions sont souvent très critiques vis-à-vis du gouvernement. Le 13 mai 1947, il dénonce la division au sein du cabinet Ramadier qui empêche, selon lui, toute politique cohérente face aux graves problèmes de ravitaillement. Le 27 décembre 1950, au cours de la discussion du programme de réarmement, il souligne l'indécision du gouvernement de René Pleven par rapport au rétablissement des relations diplomatiques avec l'Espagne franquiste : « À la vérité, la France n'a plus de diplomatie ».

Jacques Chombart de Lauwe s'abstient lors du vote de confiance au cabinet Blum (17 décembre 1946), soutient Ramadier au moment de la crise avec les ministres communistes (4 mai 1947), vote contre le projet de loi sur le statut de l'Algérie (27 août), contre la nationalisation des écoles des houillères (14 mai 1948). Le 7 juillet 1948, il ne prend pas part au vote sur la ratification du plan Marshall mais approuve le projet relatif à la constitution du Conseil de l'Europe et la ratification du pacte Atlantique (9 et 26 juillet 1949). Il vote pour la réforme électorale (7 mai 1951) entraînant le scrutin de liste majoritaire départemental avec apparentements.

Candidat aux élections législatives du 17 juin 1951, comme tête de liste du Rassemblement des groupes républicains et indépendants français, il n'obtient que 24 181 voix sur 323 721 suffrages exprimés et n'est pas réélu. Aucun apparentement n'avait été conclu dans sa circonscription.

Le 27 avril 1955, il est reconduit dans son mandat de conseiller général du canton d'Herbignac.



Retour haut de page