Louis, Jacques, Gabriel Asseray

1904 - 1988

Informations générales
  • Né le 28 février 1904 à Chemillé (Maine-et-Loire - France)
  • Décédé le 3 décembre 1988 à Angers (Maine-et-Loire - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Gouvernement provisoire de la République française
Législature
2e Assemblée nationale constituante
Mandat
Du 2 juin 1946 au 27 novembre 1946
Département
Maine-et-Loire
Groupe
Mouvement républicain populaire
Régime politique
Quatrième République - Assemblée nationale
Législature
Ire législature
Mandat
Du 10 novembre 1946 au 4 juillet 1951
Département
Maine-et-Loire
Groupe
Mouvement républicain populaire

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1940 à 1958 (La documentation française)



Né le 28 février 1904 à Chemillé (Maine-et-Loire)

Membre de la seconde Assemblée nationale Constituante (Maine-et-Loire)

Député du Maine-et-Loire de 1946 à 1951

Louis Jacques Gabriel Asseray est né à Chemillé (Maine-et-Loire), de Prosper Joseph Asseray, agriculteur, et d'Angèle Maria Léontine Cherbonnier, son épouse.

Il fréquente l'école primaire jusqu'au certificat d'études, avant de se consacrer entièrement aux activités agricoles. Elu conseiller municipal de Chemillé en 1945, il accède, le 2 juin 1946, à la seconde Assemblée nationale Constituante, dans le Maine-et-Loire, sous l'étiquette du Mouvement républicain populaire (la liste MRP recueille 108 246 suffrages sur 250 765 votants). Nommé membre de la Commission de la famille, de la population et de la santé publique, il intervient notamment dans le débat sur la politique du ravitaillement.

Le 10 novembre 1946, Louis Asseray est réélu, toujours sur la liste du MRP, député du Maine-et-Loire pour la première législature (118 775 suffrages pour la liste, sur 236 236 votants). Il est nommé membre de plusieurs Commissions : Commission du ravitaillement, Commission du travail et de la sécurité sociale, Commission du suffrage universel, du règlement et des pétitions, Commission de l'agriculture et Commission des pensions. Il est également juré à la Haute cour de justice. Le 17 décembre 1946, il vote la confiance au cabinet Blum. Il vote également pour la candidature de Vincent Auriol comme président de la République (16 janvier 1947) et pour la question de confiance à la suite de laquelle Ramadier se sépare des ministres communistes (4 mai 1947), pour le statut de l'Algérie (27 août 1947) et pour le conseil de l'Europe (9 juillet 1949).

Issu du monde agricole, Louis Asseray fait, en outre, partie de la Commission d'enquête sur les comptes de la société des éleveurs du Bourbonnais en 1948. Il participe au travail parlementaire par le dépôt d'une proposition de loi relative au Crédit mutuel, et intervient à plusieurs reprises, en particulier lors des discussions portant sur des problèmes qui touchent à l'agriculture.

Absent lors de l'élection législative du 17 juin 1951, il se présente sur la liste du MRP, en quatrième position, aux élections du 2 janvier 1956, mais n'est pas élu, la liste n'obtenant que trois sièges.

Louis Asseray avait épousé, le 24 mai 1932, à Champ-Layon (Maine-et-Loire), Marie-Louise Simone Horreau, puis en secondes noces, le 14 octobre 1942, à Chemille (Maine-et-Loire), Hélène Marie Léonie Le Pillet.


Retour haut de page