Paul, Alphonse, Joseph Delmotte

1903 - 1965

Informations générales
  • Né le 29 avril 1903 à Linselles (Nord - France)
  • Décédé le 20 mars 1965 à Linselles (Nord - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Quatrième République - Assemblée nationale
Législature
IIe législature
Mandat
Du 17 juin 1951 au 1er décembre 1955
Département
Nord
Groupe
Mouvement républicain populaire

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1940 à 1958 (La documentation française)



Né le 29 avril 1903 à Linselles (Nord)
Décédé le 20 mars 1965 à Linselles (Nord)

Député du Nord de 1951 à 1955

Paul Delmotte est le fils de Charles, Xavier, Joseph Delmotte tisserand à Linselles et de Marthe, Julie, Joseph Béhague, ménagère, également originaire de Linselles. Comptable puis représentant de commerce, il participe à la bataille du Nord et de Dunkerque et s'embarque in extremis pour l'Angleterre avec les hommes de sa compagnie de chars. Réembarqué à Plymouth, il débarque à Brest pour être dirigé sur le dépôt de Vannes. Il est ensuite incorporé dans une compagnie volante de rapatriés de l'armée de Narvik. Il est alors fait prisonnier mais parvient à s'évader et est affilié à un service spécial de renseignements. Il milite au R.I.C. qui devient le M.R.P. à la Libération. Il est alors élu maire de son village natal en octobre 1945 et premier magistrat de sa commune en 1947. Il contribue pendant son long mandat à la modernisation de Linselles et préside ou anime diverses associations ou établissements publics. Il devient également conseiller général du canton de Tourcoing-Nord, siège qu'il conserve en 1948, 1954 et 1961.

Aussi, pour les élections législatives de 1951, son parti fait-il appel à lui pour figurer en quatrième position sur la liste M.R.P. derrière Maurice Schumann, Jules Duquesne et Jean Catrice, tous trois députés sortants. Paul Delmotte recueille à titre personnel 84 438 voix. Le M.R.P., grâce à un large accord d'apparentements, conquiert quatre sièges au lieu de trois précédemment, si bien que le maire de Linselles peut aller siéger au Palais Bourbon. Il appartient à la Commission des immunités parlementaires dont il est vice-président, à celle du suffrage universel et, à partir de 1953, à celle de l'intérieur.

Paul Delmotte dépose deux propositions de loi pendant la législature. L'une tendant à faciliter la construction de logements dans le cadre de l'accession à la propriété, l'autre tendant à étendre aux départements du Nord et du Pas-de-Calais les dispositions du décret-loi du 8 août 1935 relatif à la protection des eaux souterraines. Sa seule intervention publique a pour objet la défense d'un amendement concernant le comité technique paritaire provisoire chargé d'émettre un avis sur le statut du personnel de la sûreté nationale et de la police d'Etat. Il met en évidence la non-conformité de la composition de celui-ci avec les instructions relatives à l'organisation de la fonction publique. L'Assemblée vote sa proposition de mise en conformité du comité mentionné avec les règles invoquées quant à sa composition. Par ses votes, Paul Delmotte soutient la politique des partis de la troisième force, notamment le projet de Communauté européenne de défense et les lois Marie et Barangé relatives à l'aide à l'enseignement privé.

Au renouvellement du 2 janvier 1956, Paul Delmotte retrouve la même position sur la liste du M.R.P. Il recueille un nombre de suffrages quasiment identique (84 658) à celui de la précédente élection. En revanche, l'absence d'accord d'apparentement réduit le nombre des députés démocrates-chrétiens à deux. Paul Delmotte perd donc son siège au profit d'un communiste. Sa carrière politique se poursuivra cependant sur le plan local (comme maire et conseiller général) et même national lors des premières élections de la Ve République où il sera le suppléant de Maurice Schumann.



Retour haut de page