Emile, Toussaint, Marie Dépasse

1804 - 1880

Informations générales
  • Né le 29 juillet 1804 à Saint-brieuc (Côtes d'Armor - France)
  • Décédé le 28 avril 1880 à Lannion (Côtes d'Armor - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Deuxième République
Législature
Assemblée nationale constituante
Mandat
Du 23 avril 1848 au 26 mai 1849
Département
Côtes-du-Nord
Groupe
Droite
Régime politique
Deuxième République
Législature
Assemblée nationale législative
Mandat
Du 13 mai 1849 au 2 décembre 1851
Département
Côtes-du-Nord
Groupe
Droite
Régime politique
Assemblée Nationale
Législature
Mandat
Du 8 février 1871 au 7 mars 1876
Département
Côtes-du-Nord
Groupe
Centre droit

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Représentant en 1848, en 1849 et en 1871, né à Guingamp (Côtes-du-Nord), le 29 juillet 1804, mort à Lannion (Côtes-du-Nord), le 28 avril 1880, il exerça le notariat à Lannion, devint maire de la ville (1839) et y établit (1843) une salle d'asile d'après un plan dont il était l'auteur.

Conseiller d'arrondissement de Lannion , il fut élu, le 23 avril 1848, représentant des Côtes-du-Nord à l'Assemblée constituante, le 5e sur 16, par 91,618 voix sur 144,377 votants et 167,673 inscrits. Bien qu'il appartînt depuis 1830 à l'opposition libérale, il siégea à droite, fit partie du comité de la marine, et vota:

- pour le bannissement de la famille d'Orléans,
- pour la loi sur les attroupements,
- pour le décret sur les clubs,
- contre la proposition Proudhon,
- pour les poursuites contre Louis Blanc et Caussidière,
- contre l'abolition de la peine de mort,
- contre l'impôt progressif,
- contre l'amendement Grévy sur la présidence,
- contre le droit au travail,
- pour la suppression complète de l'impôt du sel,
- pour le renvoi des accusés du 15 mai devant la haute Cour,
- pour l'interdiction des clubs,
- pour les crédits de l'expédition de Rome,
- contre l'amnistie des transportés.

Réélu par le même département à l'Assemblée législative, le 13 mai 1849, le 9e sur 13, avec 50,864 voix sur 110,201 votants et 164,242 inscrits, il ne se sépara jamais de la droite monarchiste, et soutint la politique de l'Elysée jusqu'au coup d'Etat de 1851, contre lequel il protesta.

Aussi, s'étant présenté comme candidat indépendant au Corps législatif, le 29 février 1852, dans la 4e circonscription des Côtes-du-Nord, il ne réunit que 1,440 voix contre 15,003 données au candidat officiel élu, M. de la Tour, et 3,401 à M. Tassel. Il échoua une seconde fois, comme candidat d'opposition, le 24 mai 1869, dans la même circonscription, avec 10,793 voix, contre 12,474 au député sortant réélu, M. de la Tour.
Le 8 février 1871, le département des Côtes-du-Nord l'élut représentant à l'Assemblée nationale, le 3e sur 13, par 79,313 voix sur 106,809 votants et 163,398 inscrits. Il siégea au centre droit, fut élu conseiller général pour le canton de Lannion le 8 octobre 1871, et vota:

- pour la paix,
- pour les prières publiques,
- pour l'abrogation des lois d'exil,
- pour le pouvoir constituant de l'Assemblée,
- pour l'acceptation de la démission de Thiers,
- pour l'arrêté contre les enterrements civils,
- pour le septennat,
- pour le ministère de Broglie,
- contre le retour du parlement à Paris,
- contre la dissolution,
- contre l'amendement Wallon,
- contre l'amendement Pascal Duprat;
- il s'abstint sur les lois constitutionnelles.

M. Dépasse quitta alors la vie politique. On a de lui : Considérations sur les salles d'asile et de leur influence sur l'avenir des classes pauvres (1848). Il a été fait chevalier de la Légion d'honneur le 13 août 1857.

Date de mise à jour: mars 2016