Isabelle, Elizabeth dite Douteau Née Sureau

1914 - 2004

Informations générales
  • Né le 27 avril 1914 à Mouterre-silly (Vienne - France)
  • Décédé le 14 juillet 2004 à Loudun (Vienne - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Quatrième République - Assemblée nationale
Législature
Ire législature
Mandat
Du 30 janvier 1947 au 4 juillet 1951
Département
Vienne
Groupe
Communiste

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1940 à 1958 (La documentation française)



Née le 27 avril 1914 à Mouterre-Silly (Vienne)

Député de la Vienne de 1947 à 1951

Isabelle Douteau est née le 27 avril 1914 à Mouterre-Silly, petite commune rurale proche de Loudun (Vienne). Entrée au Parti communiste avant 1940, elle est secrétaire de la section de Loudun. Arrêtée par les Allemands le 24 juin 1941, elle est internée au camp de Compiègne, mais libérée en 1942.

A nouveau secrétaire de la section communiste de Loudun à la Libération, Isabelle Douteau ne se présente pas aux élections du 21 octobre 1945 pour la première Assemblée nationale Constituante.

A la suite du rejet du projet de Constitution par le référendum du 5 mai 1946, une nouvelle Assemblée Constituante doit être élue : Isabelle Douteau figure en troisième position sur la liste communiste et d'union républicaine et résistante présentée dans le département de la Vienne, où quatre sièges sont à pourvoir. Avec 45 405 voix sur 157 386 suffrages exprimés (28,8 % des voix) la liste communiste emporte deux sièges, les deux autres allant à la liste M.R.P., emmenée par Pierre Abelin. Isabelle Douteau n'est donc pas élue.

Le nouveau projet de Constitution est entériné par le référendum du 27 octobre. Lors des élections du 10 novembre 1946 pour la première législature de la IVe République, Isabelle Douteau figure, toujours en troisième position, sur la liste du Parti communiste et d'Union républicaine et résistante dans la Vienne. La liste communiste recueille 48 849 voix sur 149 610 suffrages exprimés (32,6 %) et conserve ses deux sièges. Cependant, Alphonse Bouloux, tête de liste communiste dans le département, est élu, le 8 décembre 1946, membre du Conseil de la République, et démissionne donc de son siège de député. Isabelle Douteau est amenée à le remplacer, et son élection est validée le 30 janvier 1947.

Le nouveau député de la Vienne est nommé membre de la Commission du ravitaillement (1947-1948), de celle de la famille, de la population et de la santé publique (1948-1951) et de celle des territoires d'outre-mer (1951). Elle est également juré à la Haute Cour de justice (1947).

Au cours de cette législature, Isabelle Douteau dépose une proposition de résolution tendant à inviter le gouvernement à rétablir les régimes de suralimentation en faveur des tuberculeux. Mais, surtout, elle intervient assez fréquemment dans les débats, notamment lorsque ceux-ci abordent les questions de la santé publique, du ravitaillement ou du matériel scolaire.

Lors des grands scrutins parlementaires, Isabelle Douteau se conforme aux positions de son parti : opposée à la confiance à Ramadier le 4 mai 1947 (scrutin à la suite duquel Ramadier se séparera de ses ministres communistes), elle s'abstient volontairement sur le statut de l'Algérie (27 août 1948) mais soutient la nationalisation des écoles des houillères (14 mai 1948). Hostile à l'intégration occidentale, Isabelle Douteau vote naturellement contre le plan Marshall (9 juillet 1949), puis contre la ratification du pacte Atlantique (26 juillet). Enfin, elle est opposée au projet de réforme instituant le scrutin de liste majoritaire départemental à un tour avec apparentement (7 mai 1951).

Candidate comme tête de liste communiste aux élections municipales d'octobre 1947 à Loudun, Isabelle Douteau n'est pas élue.

Lors des élections du 17 juin 1951 pour la seconde législature, Isabelle Douteau figure, toujours en troisième position sur la liste d'Union républicaine, résistante et antifasciste pour l'indépendance nationale, le pain, la liberté et la paix, liste conduite par Alphonse Bouloux pour le Parti communiste dans la Vienne. Mais, comme la liste R.P.F., la liste communiste n'a conclu aucun accord d'apparentement : les quatre sièges sont donc emportés par le groupement des listes apparentées alors que le Parti communiste arrivé en tête avec 24,2 % des voix, perd ses deux sièges. Isabelle Douteau obtient 36 272 voix sur 149 675 suffrages exprimés. Le R.P.F., qui a 31 963 voix n'a pas non plus d'élu.

Isabelle Douteau ne se présente pas aux élections législatives du 2 janvier 1956.



Retour haut de page