Emile, André, Désiré Dubois

1839 - 1905

Informations générales
  • Né le 21 août 1839 à Douai (Nord - France)
  • Décédé le 3 février 1905 à Douai (Nord - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
Ve législature
Mandat
Du 22 septembre 1889 au 14 octobre 1893
Département
Nord
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
VIe législature
Mandat
Du 20 août 1893 au 16 janvier 1897
Département
Nord

Mandats au Sénat ou à la Chambre des pairs

Sénateur
du 1er janvier 1897 au 1er janvier 1905

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1889 à 1940 (Jean Jolly)

Né le 21 août 1839 à Douai (Nord), mort le 3 février 1905 à Douai.

Député du Nord de 1889 à 1897. Sénateur du Nord de 1897 à 1905.

Né d'un père fabricant de chandelles, Emile Dubois fit de brillantes études de droit et s'installa notaire à Douai. Il devint vite juge suppléant du Canton de Douai-Sud.

Il fit la campagne de 1870-1871 à la tête d'une batterie d'artillerie de mobiles et son héroïque conduite lui valut la Légion d'honneur qui lui fut remise par le général Faidherbe.

De tels états de service lui ouvrirent les portes du Conseil général ou il représenta le canton de Marchiennes. Secrétaire, puis vice-président de l'Assemblée départementale de 1894 à 1898, il ne sollicita pas le renouvellement de son mandat cette même année.

Il était devenu, entre-temps, député de la deuxième circonscription de Douai, sous l'étiquette de « républicain et protectionniste », à la faveur des élections générales législatives, du 22 septembre 1889, au premier tour de scrutin, où il obtint 6.988 voix contre 6.119 à M. Morel, sur 13.212 votants.

Au cours de cette législature, il appartint à diverses Commissions et rapporta plusieurs projets -de loi d'intérêt local, ainsi que le projet de loi, adopté par le Sénat, concernant la réforme des prisons pour courtes peines (1893) ; il prit part aussi à la discussion du projet de loi relatif à l'établissement du tarif général des douanes (1891), Le 20 août 1893, il était réélu, au premier tour de scrutin, par 7.065 voix contre 5.963 à M. Lambrecht sur 13.166 votants. Si son activité durant cette législature fut relativement modeste : appartenance à quelques Commissions spéciales, rapports sur des élections et sur un projet de loi d'intérêt local, il présenta cependant, avec plusieurs de ses collègues, une proposition de loi, qu'il rapporta d'ailleurs, créant une disposition additionnelle à l'article 1766 du Code civil sur les baux à ferme (1893 et 1895).

Le 3 janvier 1897, s'étant présenté comme républicain aux élections sénatoriales, il fut élu, au premier tour de scrutin, par 1.348 voix sur 1.385 suffrages exprimés.

Il donna sa démission de député le 16 janvier 1897, et exerça son activité au Sénat, surtout en tant que membre de diverses Commissions.

Il mourut à l'âge de 66 ans, le 3 février 1905, à Douai, en cours de mandat. Le président Armand Fallières prononça son éloge funèbre à la séance du 6 février : « L'homme d'affaires consommé qu'il était, apporta dans l'exercice de chacun de ses mandats, une probité, une ardeur et un dévouement qui rehaussèrent singulièrement le prix de son concours... Il était de ceux qui tiennent à accorder les actes avec les paroles. Il avait une grosse fortune. Si mes renseignements sont exacts, il l'a presque toute distribuée par ses dispositions testamentaires, à des œuvres diverses d'humanité et d'assistance sociale. » Il légua en effet à la ville de Douai son hôtel particulier de la rue Fortier pour la création d'une crèche et d'un ouvroir.

Emile Dubois était également Officier d'Académie et membre de la Société des agriculteurs du Nord.


Retour haut de page