Georges Fizaine

1905 - 1992

Informations générales
  • Né le 27 septembre 1905 à Allerey (Côte-d'Or - France)
  • Décédé le 11 février 1992 à Bar-le-duc (Meuse - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Gouvernement provisoire de la République française
Législature
Ire Assemblée nationale constituante
Mandat
Du 21 octobre 1945 au 10 juin 1946
Département
Meuse
Groupe
Socialiste
Régime politique
Gouvernement provisoire de la République française
Législature
2e Assemblée nationale constituante
Mandat
Du 2 juin 1946 au 27 novembre 1946
Département
Meuse
Groupe
Socialiste

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1940 à 1958 (La documentation française)


Né le 27 septembre 1905 à Allerey (Côte d'Or)

Décédé le 11 février 1992 à Bar-le-Duc (Meuse)

Membre de la première et de la seconde Assemblée nationale constituante (Meuse)

Georges Fizaine, fils d'instituteur, devient professeur au lycée Raymond Poincaré de Bar-le-Duc en 1936. Il est alors connu pour être un militant actif du syndicat de l'enseignement et de la section socialiste du chef-lieu du département de la Meuse. A partir de 1937, Georges Fizaine est délégué à la propagande de la fédération SFIO qu'il représente du reste aux congrès nationaux de Royan et de Nantes en 1938 et 1939. A la veille de la guerre, il occupe les fonctions de secrétaire de la section socialiste de Bar-le-Duc.

A la Libération, Georges Fizaine appartient à la poignée de militants qui œuvrent à la reconstitution de la fédération départementale qui se résume pour l'essentiel à la section de Bar-le-Duc. La situation n'est guère favorable aux socialistes. En 1945, le département de la Meuse, pays de petite culture, sensible à l'influence qu'exerce le clergé par l'intermédiaire de la Croix meusienne puis par Le Meusien semble être à l'écart des évolutions politiques nationales d'autant que les moyens de communication sont rétablis tardivement. Malgré tout, Georges Fizaine accepte de siéger au Comité départemental de la Libération, devient l'adjoint du maire de Bar-le-Duc et conseiller général, tout en préparant les prochaines échéances électorales. Il tire une feuille hebdomadaire à trois mille exemplaires.

Le 21 octobre 1945, aux élections à la première Assemblée nationale constituante, la liste SFIO conduite par Georges Fizaine avec 19 053 voix sur 91 064 suffrages exprimés, se place loin derrière les listes d'Union Républicaine et MRP menées respectivement par Louis Jacquinot et Jean Vuillaume. Notons que par un télégramme en date du 3 octobre, Daniel Mayer avait proposé à Georges Fizaine, finalement élu à la plus forte moyenne, de présenter dans la Meuse la candidature d'Alexandre Parodi, ministre du travail.

Le 2 juin 1946, Georges Fizaine conserve son siège d'extrême justesse malgré une campagne très active affichant plus de cinq réunions publiques par jour. Avec 15 262 voix sur 91 816 suffrages exprimés, la liste socialiste devance de peu la liste communiste qui lui a pris des voix ainsi que la liste du RGR

Au Palais-Bourbon, Georges Fizaine est nommé sous les deux Constituantes membre de la Commission de l'équipement national et de la production, sous la première des Commissions du règlement et des pétitions, et du ravitaillement ; sous la seconde de celle du travail et de la sécurité.

Le 10 novembre 1946, aux élections à la première Assemblée législative de la IVe République, Georges Fizaine perd son siège au profit du candidat communiste. Sa liste obtient 12 515 voix sur 87 534 suffrages exprimés. Il se consacre alors à ses mandats locaux et à l'animation de la fédération socialiste en qualité de secrétaire fédéral adjoint. Mais, pour avoir accordé des crédits aux enfants nécessiteux de l'enseignement privé, il se trouve marginalisé au sein des instances départementales de son parti à partir de 1949.



Retour haut de page