Henri Gallet

1900 - 1996

Informations générales
  • Né le 23 février 1900 à Poitiers (Vienne - France)
  • Décédé le 2 mars 1996 à Poitiers (Vienne - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Gouvernement provisoire de la République française
Législature
2e Assemblée nationale constituante
Mandat
Du 2 juin 1946 au 27 novembre 1946
Département
Vienne
Groupe
Mouvement républicain populaire
Régime politique
Quatrième République - Assemblée nationale
Législature
Ire législature
Mandat
Du 10 novembre 1946 au 4 juillet 1951
Département
Vienne
Groupe
Mouvement républicain populaire

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1940 à 1958 (La documentation française)


Né le 23 février 1900 à Poitiers (Vienne)

Décédé le 2 mars 1996 à Poitiers

Membre de la seconde Assemblée nationale constituante (Vienne)

Député de 1946 à 1951 (Vienne)

Henri Gallet est le fils de Charles Gallet qui exerça la profession d'avoué à Loudun dont il fut le premier magistrat de 1915 à 1919. Le jeune Henri suit les traces de son père. Après avoir suivi des études de droit à Poitiers, il est avocat en 1920 puis avoué à la Cour d'appel de Poitiers en 1930. Maire de Benassay en 1929, Henri Gallet succède à François Albert le 11 février 1934 au siège de conseiller général du canton de Vouillé sous l'étiquette de Concentration de Défense paysanne, siège qu'il perd en 1937 contrairement à la mairie qu'il conserve jusqu'en 1965. Avant la seconde guerre mondiale, il ne se présente pas au Parlement bien qu'il fut président départemental du Parti Démocrate Populaire de 1937 à 1939.

Soupçonné de sympathies gaullistes, Henri Gallet est arrêté par les Allemands du 10 septembre au 9 octobre 1942. Cette arrestation ne contrarie pas sa nomination comme conseiller départemental en avril 1943. Suspendu en septembre 1944, il est membre du Comité Départemental de Libération. Henri Gallet est titulaire de la médaille du combattant volontaire de la Résistance pour sa participation au réseau Louis Renard.

Dirigeant d'associations familiales catholiques, Henri Gallet est second de la liste du Mouvement Républicain Populaire conduite par Pierre Abelin le 21 octobre 1945, il n'est pas élu. En revanche le 2 juin et le 10 novembre 1946, toujours en deuxième position, il est élu député de la Vienne avec respectivement 54 372 voix sur 157 386 suffrages exprimés et 58 564 voix sur 149 610 suffrages exprimés. Durant l'exercice de ces deux mandats, Henri Gallet est nommé membre de la Commission de la famille ainsi que de la Commission de la justice. Ce juriste est nommé membre de la Commission de grâce amnistiante constituée après les évènements de 1945 en Algérie. Il est aussi désigné pour figurer sur la liste des jurés de la Haute cour de justice. Au nom de la Commission de la justice et de la législation et de la Commission de la famille, Henri Gallet rédige de nombreux rapports et avis.

Le 17 juin 1951, aux élections à la deuxième législature, Henri Gallet figure toujours en deuxième position sur la liste de Pierre Abelin. Un large apparentement réunit les listes qui soutiennent le régime. Les sièges sont répartis dans ce cadre. Si le Parti communiste et le RPF qui arrivent respectivement en première et deuxième position n'ont aucun élu, la liste MRP avec 20 464 voix sur 149 675 suffrages exprimés recule sensiblement et perd son deuxième siège. Battu, Henri Gallet ne devait briguer aucun autre mandat de député.



Retour haut de page