Félix Garcia

1909 - 1972

Informations générales
  • Né le 14 juillet 1909 à Valladolid (Espagne)
  • Décédé le 26 mai 1972 à Bayonne (Pyrénées-Atlantiques - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Gouvernement provisoire de la République française
Législature
Ire Assemblée nationale constituante
Mandat
Du 21 octobre 1945 au 10 juin 1946
Département
Landes
Groupe
Communiste
Régime politique
Gouvernement provisoire de la République française
Législature
2e Assemblée nationale constituante
Mandat
Du 2 juin 1946 au 27 novembre 1946
Département
Landes
Groupe
Communiste
Régime politique
Quatrième République - Assemblée nationale
Législature
Ire législature
Mandat
Du 10 novembre 1946 au 4 juillet 1951
Département
Landes
Groupe
Communiste

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1940 à 1958 (La documentation française)


Né le 14 janvier 1909 à Valladolid (Espagne)

Décédé le 26 mai 1972 à Bayonne (Pyrénées-Atlantiques)

Membre de la première et de la seconde Assemblée nationale constituante (Landes)

Député des Landes de 1946 à 1951

Félix Garcia est né le 14 janvier 1909 à Valladolid (Espagne).

Arrivé en France à l'âge de 10 ans, il obtient la nationalité française le 3 octobre 1929 et participe à la Résistance dans le Lot-et-Garonne.

Il exerce la profession de comptable lorsqu'il se présente aux élections à la première Assemblée nationale constituante dans le département des Landes le 21 octobre 1945. Il figure en tête de la liste du PCF qui recueille 20 232 voix sur 122 610 suffrages exprimés. Il obtient l'un des quatre sièges du département. La liste SFIO, avec 59 599 suffrages a deux élus. La liste MRP, qui obtient 31 642 voix, remporte un siège. La liste radicale, avec 11 137 suffrages, n'a aucun élu.

Nommé membre de la Commission de la justice et de législation générale, il dépose plusieurs propositions de loi témoignant de son intérêt pour l'agriculture et l'élevage : organisation de la remise en valeur de la protection contre les incendies de la forêt de Gascogne (20 décembre 1945), modification de la législation en vigueur sur les baux à cheptel (31 décembre 1945). Le 22 mars 1946, il émet un avis, au nom de la Commission de la justice et de législation générale, sur divers projets et propositions de loi relatifs au statut du fermage. Il intervient en séance publique lors du débat qui a lieu sur ce problème.

Félix Garcia est réélu à la seconde Assemblée nationale constituante le 2 juin 1946, la liste communiste et d'union républicaine et résistante qu'il conduit obtenant 27 893 voix sur 134 850 suffrages exprimés. La répartition des sièges dans le département est la même qu'à l'issue des élections précédentes. La liste SFIO obtient 52 419 voix et a deux élus, la liste MRP 40 451 suffrages et un élu, tandis que la liste RGR (14 087 voix) n'obtient pas de siège.

Félix Garcia est nommé membre de la Commission de l'agriculture et retrouve sa place à la Commission de la justice et de législation générale.

A nouveau, les problèmes de l'agriculture et de l'élevage retiennent particulièrement son attention. Il dépose, notamment, le 20 août 1946, une proposition de loi tendant à créer une caisse autonome nationale des calamités agricoles assurant le fonctionnement de l'assurance nationale obligatoire pour les calamités agricoles.

Aux élections législatives du 10 novembre 1946, Félix Garcia conduit à nouveau la liste du PCF dans les Landes. Cette liste recueille 28 598 voix sur 125 149 suffrages exprimés. Il est élu, les trois autres sièges de la circonscription allant à la SFIO (45 039 voix et deux élus) et au MRP (32 776 voix et un siège). La liste RGR (16 595 voix) n'a pas d'élu.

Nommé membre de la Commission de l'éducation nationale, de la Commission de la justice et de législation et de la Commission des finances, il déploie une grande activité parlementaire, ne déposant pas moins de 27 propositions de loi et de résolution au cours de la législature.

Les questions agricoles figurent encore au premier plan de ses préoccupations, en particulier le statut du fermage, la protection contre les incendies et la préservation de la forêt. Mais il s'intéresse aussi à la situation des artisans, proposant l'adoption d'un ensemble de mesures établissant un équitable statut fiscal de l'artisanat.

Il intervient fréquemment dans la discussion de projets de loi portant sur des questions économiques et financières : projets de loi portant fixation du budget d'équipement et de reconstruction pour les exercices 1947 et 1948, instituant un prélèvement exceptionnel de lutte contre l'inflation (1947 et 1948), fixant le taux de l'impôt sur les opérations de bourse (1949), relatif à la situation des anciens combattants et victimes de la guerre (1950).

Figurant encore en tête de la liste du PCF aux élections législatives du 17 juin 1951, Félix Garcia est battu, la liste n'obtenant que 28 009 voix sur 126 234 suffrages exprimés. La totalité des sièges est attribuée aux groupements des listes apparentées (SFIO, RGR et Radical-socialiste, MRP), lesquels recueillent au total 74 094 voix. La liste SFIO (39 715 voix) a deux élus. Les listes MRP (19 122 voix) et RGR et Radicale-socialiste (15 257 voix) ont chacune un élu. La liste d'union républicaine et de progrès social (22 987 voix) n'a pas d'élu.

Félix Garcia est décédé à Bayonne le 26 mai 1972.



Retour haut de page