Roger Gervolino

1909 - 1991

Informations générales
  • Né le 17 décembre 1909 à Nouméa (Nouvelle-Calédonie - Nouvelle-calédonie)
  • Décédé le 24 avril 1991 à Nouméa (Nouvelle-Calédonie - Nouvelle-calédonie)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Gouvernement provisoire de la République française
Législature
Ire Assemblée nationale constituante
Mandat
Du 21 octobre 1945 au 10 juin 1946
Département
Nouvelle-Calédonie
Groupe
Résistance démocratique et socialiste
Régime politique
Gouvernement provisoire de la République française
Législature
2e Assemblée nationale constituante
Mandat
Du 2 juin 1946 au 27 novembre 1946
Département
Nouvelle-Calédonie
Groupe
Démocratique et socialiste de la Résistance
Régime politique
Quatrième République - Assemblée nationale
Législature
Ire législature
Mandat
Du 10 novembre 1946 au 4 juillet 1951
Département
Nouvelle-Calédonie
Groupe
Union démocratique et socialiste de la Résistance

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1940 à 1958 (La documentation française)


Né le 17 décembre 1909 à Nouméa (Nouvelle-Calédonie)

Décédé le 24 avril 1991 à Nouméa

Membre de la première et de la seconde Assemblée nationale constituante (Nouvelle-Calédonie)

Député de la Nouvelle-Calédonie de 1946 à 1951

Roger Gervolino est né le 17 décembre 1909 à Nouméa (Nouvelle-Calédonie).

Exerçant dans sa ville natale, la profession de comptable, il s'engage volontairement, lors de la guerre de 1939-1945, dans le Bataillon du Pacifique.

Nommé à l'Assemblée consultative provisoire d'Alger, par ordonnance du 17 septembre 1943, du Comité français de libération nationale, il y siège à la commission de l'information et à la commission de la France d'Outre-mer. Il prend part, notamment, au débat sur la politique coloniale.

Roger Gervolino est élu le 21 octobre 1945, à la première Assemblée nationale constituante où il est l'unique représentant de la Nouvelle-Calédonie.

Se présentant sous l'étiquette « Résistance démocratique et socialiste », il obtient 3 297 voix sur 6 249 votants, devançant très largement les deux autres candidats qui recueillent respectivement 2 000 et 664 voix.

Il est nommé membre de la commission des moyens de communication et des PTT, ainsi que de la commission de la presse, de la radio et du cinéma.

A nouveau élu, le 2 juin 1946, sous la même étiquette, à la seconde Assemblée nationale constituante, il réalise un score supérieur au précédent, compte tenu du plus grand nombre d'abstentions. Il obtient, en effet, 3 248 voix sur 5 381 votants, ses deux adversaires recueillent respectivement 1 790 et 139 suffrages.

Membre de la commission des territoires d'Outre-mer, il dépose un rapport sur les opérations électorales des territoires des établissements français de l'Océanie (21 septembre 1946). Il est désigné, le 4 juillet 1946, en qualité de juré à la Haute cour de justice.

Candidat aux élections législatives du 10 novembre 1946 auxquelles il se présente, toujours en Nouvelle-Calédonie, sous l'étiquette UDSR, il est élu avec 3 248 voix sur 5 149 suffrages exprimées, son adversaire recueillant 1 671 voix.

Il est nommé successivement membre de la commission de la marine marchande et des pêches, de la commission des affaires économiques, de la commission des boissons, de la commission du travail et de la sécurité sociale.

Il est également désigné, dès le 27 décembre 1946, pour exercer les fonctions de juré à la Haute cour de justice.

Enfin, il est élu secrétaire de l'Assemblée nationale le 11 janvier 1949 et renouvelé dans ses fonctions en 1950 et 1951.

Il intervient, notamment, à l'occasion de la discussion du projet de loi portant fixation des dépenses et voies et moyens pour 1949, déposant un amendement tendant à étendre le payement par titre aux biens à usage agricole ou artisanal supérieurs à 120 000 francs.

Aux élections législatives du 1er juillet 1951, Roger Gervolino n'arrive qu'en seconde position avec 4 207 voix sur 13 648 suffrages exprimée et laisse la place à Maurice Lenormand qui l'emporte avec 5 034 voix.

Roger Gervolino est décédé à Nouméa, le 24 avril 1991.



Retour haut de page