Henri Ghesquière

1863 - 1918

Mort pour la France

Informations générales
  • Né le 27 août 1863 à Lille (Nord - France)
  • Décédé le 1er septembre 1918 à Lille (Nord - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
IXe législature
Mandat
Du 20 mai 1906 au 31 mai 1910
Département
Nord
Groupe
Socialistes unifiés
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
Xe législature
Mandat
Du 8 mai 1910 au 31 mai 1914
Département
Nord
Groupe
Parti socialiste
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
XIe législature
Mandat
Du 10 mai 1914 au 1er septembre 1918
Département
Nord
Groupe
Parti socialiste

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1889 à 1940 (Jean Jolly)

Né le 28 août 1863 à Lille (Nord), mort le 1er septembre 1918 à Lille.

Député du Nord de 1906 à 1918.

Les trois mandats parlementaires d'Henri Ghesquière portent témoignage des exigences qui dominèrent sa vie : la justice sociale et l'amour de la Patrie.

Né à Lille le 27 août 1863, il débute modestement comme ouvrier fileur et déjà se fait remarquer par son action vigoureuse contre les patrons du textile. Il est rapidement licencié et, frappé d'interdit, il devient marchand de journaux ambulant, ce qui constitue, il faut l'avouer, un excellent poste de propagande pour cet ardent militant du parti ouvrier français. Elu conseiller municipal de Lille en 1896, adjoint au maire jusqu'en 1904 puis conseiller général du canton sud de Lille, il devient député au deuxième tour des élections législatives, le 20 mai 1906, dans la même circonscription, la 2e de Lille, avec 7.533 voix sur 13.756 votants contre 6.125 à Auguste Bonte.

Son inlassable activité en faveur de cet humble prolétariat qu'il connaît si bien lui vaudra d'être réélu, toujours au second tour, en 1910, avec 7.200 voix sur 15.553 votants, contre 7.280 à Dambrive, et en 1914 avec 8.424 voix sur 16.475 votants contre 7.862 au même adversaire.

Il appartint d'abord à la commission des mines, puis à la commission des assurances et de la prévoyance sociale. Il est l'auteur de propositions concrètes pour améliorer le sort des couches défavorisées de la population : extension de la loi de 1898 sur les accidents du travail à la réparation des accidents et maladies dont sont victimes les soldats à l'occasion du service militaire (1907), assistance maternelle obligatoire et primes de natalité et d'allaitement aux mères qui élèvent elles-mêmes leurs enfants (1912), réglementation du travail à domicile (1913).

L'occupation du territoire par les Allemands doit être pour Henri Ghesquière l'occasion de nouvelles luttes et de cruelles épreuves. Retenu comme otage en 1914, il perd son plus jeune fils au champ d'honneur en février 1915. Il est ensuite emprisonné, en juillet, pour incitation à la grève d'ouvrières travaillant pour l'ennemi. Sa santé faiblit alors et il meurt le 1er septembre 1918, un mois et demi avant l'armistice, des suites de sa captivité.

La ville de Lille a fait élever à sa mémoire, dans le quartier de Wazemmes, un monument qui rappelle son action en faveur des filles-mères.


Retour haut de page