Charles, Achille Adam-Fontaine

1829 - 1887

Informations générales
  • Né le 29 novembre 1829 à Boulogne-sur-mer (Oise - France)
  • Décédé le 9 février 1887 à Boulogne-sur-mer (Oise - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Assemblée Nationale
Législature
Mandat
Du 8 février 1871 au 7 mars 1876
Département
Pas-de-Calais
Groupe
Centre droit
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
Ire législature
Mandat
Du 20 février 1876 au 25 juin 1877
Département
Pas-de-Calais
Groupe
Union des Droites
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
IVe législature
Mandat
Du 4 octobre 1885 au 9 février 1887
Département
Pas-de-Calais
Groupe
Union des Droites

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Représentant à l'Assemblée nationale de 1871 et député en 1876 et en 1885, né à Boulogne-sur-Mer, le 29 novembre 1829, mort dans cette ville, le 9 février 1887, il occupa d'abord les fonctions de juge au tribunal de commerce et de consul de Belgique à Boulogne-sur-Mer.

Ancien membre du conseil général du Pas-de-Calais, il fut envoyé à l'Assemblée nationale par ce département en 1871, le 4e sur 15, avec 140 944 voix sur 206 432 inscrits et 169 532 votants. Il siégea au centre droit, déposa, le 31 mars 1871, un rapport favorable sur le projet de loi ajournant à une date indéfinie les élections des juges aux tribunaux de commerce, élections que la délégation de Tours avait fixées au 15 avril 1871 ; proposa sans succès, le 18 avril, la substitution facultative d'un acte sommaire appelée nothing au protêt des effets de commerce, et vota :

- le 1er mars 1871, pour les préliminaires de paix ;
- le 16 mai, pour les prières publiques (proposition Cazenove de Pradines) ;
- le 29 novembre 1872, contre le message de Thiers ;
- le 24 mai 1873, pour l'acceptation de la démission de Thiers ;
- le 10 juin, pour l'approbation de la circulaire Pascal ;
- le 20 janvier 1874, pour la loi des maires ;
- le 16 mai, pour le ministère de Broglie ;
- le 30 janvier 1875, contre l'amendement Wallon, reconnaissant implicitement la République ;
- le 25 février, contre l'ensemble des lois constitutionnelles.

La 1re circonscription de Boulogne-sur-Mer le renomma aux élections du 26 février 1876, par 8 016 voix contre 6 078 à M. Henry, candidat républicain, sur 18 652 inscrits et 14 186 votants.

Il faisait partie, à sa mort, de la droite de la Chambre élue le 4 octobre 1885, où il était entré le 9e sur 12, avec toute la liste conservatrice, par 101 901 voix sur 216 227 inscrits et 180 439 votants.